Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Oriana Fallaci
Marco Turco  août 2015

Réalisé par Marco Turco. Italie. Biopic. 1h48 (Sortie le 5 août 2015). Avec Vittoria Puccini, Vinicio Marchioni, Francesca Agostini et Stéphane Freiss.

"Vacances", ça rime à peu près avec "indulgence". C'est donc sous le signe de l'indulgence que l'on abordera "Oriana Fallaci" de Marco Turco.

À l'origine, ce biopic est un téléfilm en plusieurs parties racontant sur plusieurs dizaines d'années la vie de la célèbre journaliste florentine Oriana Fallaci.

Cette version pour le cinéma souffre donc d'un des maux de ce genre de production, celui d'un manque de fluidité entre les périodes traitées. Même si le montage peut faire des miracles, on sent des trous dans la narration.

Si l'on associe ce défaut au manque de moyens inhérent aux productions télés, que l'on constate par exemple dans la séquence vietnamienne, il faut considérer "Oriana Fallaci" comme une plongée partielle, aléatoire, dans le destin extraordinaire de la journaliste controversée.

On pourrait, pour poursuivre dans l'indulgence, comparer "Oriana Fallaci" de Marco Turco au "Carlos" d'Oliver Assayas, où l'on suit une autre figure mythique de la seconde moitié du vingtième siècle. Dans les deux cas, les évènements qui se succèdent fonctionnent comme des "Je me souviens", mêlant politique, nostalgie et exotisme.

Certes, à l'inverse du film de Turco, "Carlos" est un téléfilm à charge contre le terroriste, qui revisionne les années "révolutionnaires". Dans "Oriana Fallaci", il n'y a pas vraiment réécriture de l'Histoire que l'ardente madone du journalisme parcourt un appareil photo et un nagra en mains. On serait plutôt dans l'évitement, dans l'oubli de tout ce qui peut fâcher, de tout ce qui peut valoir polémique.

Le film préfère privilégier le moment fort de Fallaci, celui qui lui a permis d'écrire son livre le plus fort et le plus célèbre, "Un homme", consacré à son grand amour, l'activiste grec Alexandros Panagoulis.

"Love Story" sous fond d'effervescence grecque pendant et après la Dictatures des colonels, les aventures d'Oriana et Alexandros constituent le meilleur moment du film de Marco Turco. Finie la reconstitution bon marché de Saïgon, avec Stéphane Freiss en prime en beau quinqua de l'AFP, avec l'épisode athénien des aventures de la reporter Tintina Fallaci, voilà le règne des grands sentiments démocratiques.

Le charme opère avec le Parthénon en arrière-plan et prépare à s'intéresser à l'album d'Oriana en Iran, chez un ayatollah Khomeiny parlant curieusement en français...

L'énergique et féministe Oriana n'est pas du genre à se laisser marcher sur la burqa par un prophète barbu et l'on louera son courage - ou son inconscience - journalistique qui la pousse à demander au père de la Révolution iranienne pourquoi il ne mène pas la politique laïque du Shah...

Pour incarner la vindicative Oriana, Marco Turco a fait appel à Vittoria Puccini, toute douce et charmante. Erreur de casting ? Peut-être. En tout cas, si Vittoria n'a pas le regard dur, acéré qu'on lit sur les photos de son modèle, elle convainc dans ce personnage qu'elle habite pendant presque un demi-siècle.

"Oriana Fallaci" de Marco Turco est donc loin d'être un chef-d'oeuvre. Il permet cependant de se remémorer de manière distrayante le tumultueux destin d'une femme hors du commun. C'est déjà beaucoup.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=