Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Oriana Fallaci
Marco Turco  août 2015

Réalisé par Marco Turco. Italie. Biopic. 1h48 (Sortie le 5 août 2015). Avec Vittoria Puccini, Vinicio Marchioni, Francesca Agostini et Stéphane Freiss.

"Vacances", ça rime à peu près avec "indulgence". C'est donc sous le signe de l'indulgence que l'on abordera "Oriana Fallaci" de Marco Turco.

À l'origine, ce biopic est un téléfilm en plusieurs parties racontant sur plusieurs dizaines d'années la vie de la célèbre journaliste florentine Oriana Fallaci.

Cette version pour le cinéma souffre donc d'un des maux de ce genre de production, celui d'un manque de fluidité entre les périodes traitées. Même si le montage peut faire des miracles, on sent des trous dans la narration.

Si l'on associe ce défaut au manque de moyens inhérent aux productions télés, que l'on constate par exemple dans la séquence vietnamienne, il faut considérer "Oriana Fallaci" comme une plongée partielle, aléatoire, dans le destin extraordinaire de la journaliste controversée.

On pourrait, pour poursuivre dans l'indulgence, comparer "Oriana Fallaci" de Marco Turco au "Carlos" d'Oliver Assayas, où l'on suit une autre figure mythique de la seconde moitié du vingtième siècle. Dans les deux cas, les évènements qui se succèdent fonctionnent comme des "Je me souviens", mêlant politique, nostalgie et exotisme.

Certes, à l'inverse du film de Turco, "Carlos" est un téléfilm à charge contre le terroriste, qui revisionne les années "révolutionnaires". Dans "Oriana Fallaci", il n'y a pas vraiment réécriture de l'Histoire que l'ardente madone du journalisme parcourt un appareil photo et un nagra en mains. On serait plutôt dans l'évitement, dans l'oubli de tout ce qui peut fâcher, de tout ce qui peut valoir polémique.

Le film préfère privilégier le moment fort de Fallaci, celui qui lui a permis d'écrire son livre le plus fort et le plus célèbre, "Un homme", consacré à son grand amour, l'activiste grec Alexandros Panagoulis.

"Love Story" sous fond d'effervescence grecque pendant et après la Dictatures des colonels, les aventures d'Oriana et Alexandros constituent le meilleur moment du film de Marco Turco. Finie la reconstitution bon marché de Saïgon, avec Stéphane Freiss en prime en beau quinqua de l'AFP, avec l'épisode athénien des aventures de la reporter Tintina Fallaci, voilà le règne des grands sentiments démocratiques.

Le charme opère avec le Parthénon en arrière-plan et prépare à s'intéresser à l'album d'Oriana en Iran, chez un ayatollah Khomeiny parlant curieusement en français...

L'énergique et féministe Oriana n'est pas du genre à se laisser marcher sur la burqa par un prophète barbu et l'on louera son courage - ou son inconscience - journalistique qui la pousse à demander au père de la Révolution iranienne pourquoi il ne mène pas la politique laïque du Shah...

Pour incarner la vindicative Oriana, Marco Turco a fait appel à Vittoria Puccini, toute douce et charmante. Erreur de casting ? Peut-être. En tout cas, si Vittoria n'a pas le regard dur, acéré qu'on lit sur les photos de son modèle, elle convainc dans ce personnage qu'elle habite pendant presque un demi-siècle.

"Oriana Fallaci" de Marco Turco est donc loin d'être un chef-d'oeuvre. Il permet cependant de se remémorer de manière distrayante le tumultueux destin d'une femme hors du commun. C'est déjà beaucoup.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=