Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Oriana Fallaci
Marco Turco  août 2015

Réalisé par Marco Turco. Italie. Biopic. 1h48 (Sortie le 5 août 2015). Avec Vittoria Puccini, Vinicio Marchioni, Francesca Agostini et Stéphane Freiss.

"Vacances", ça rime à peu près avec "indulgence". C'est donc sous le signe de l'indulgence que l'on abordera "Oriana Fallaci" de Marco Turco.

À l'origine, ce biopic est un téléfilm en plusieurs parties racontant sur plusieurs dizaines d'années la vie de la célèbre journaliste florentine Oriana Fallaci.

Cette version pour le cinéma souffre donc d'un des maux de ce genre de production, celui d'un manque de fluidité entre les périodes traitées. Même si le montage peut faire des miracles, on sent des trous dans la narration.

Si l'on associe ce défaut au manque de moyens inhérent aux productions télés, que l'on constate par exemple dans la séquence vietnamienne, il faut considérer "Oriana Fallaci" comme une plongée partielle, aléatoire, dans le destin extraordinaire de la journaliste controversée.

On pourrait, pour poursuivre dans l'indulgence, comparer "Oriana Fallaci" de Marco Turco au "Carlos" d'Oliver Assayas, où l'on suit une autre figure mythique de la seconde moitié du vingtième siècle. Dans les deux cas, les évènements qui se succèdent fonctionnent comme des "Je me souviens", mêlant politique, nostalgie et exotisme.

Certes, à l'inverse du film de Turco, "Carlos" est un téléfilm à charge contre le terroriste, qui revisionne les années "révolutionnaires". Dans "Oriana Fallaci", il n'y a pas vraiment réécriture de l'Histoire que l'ardente madone du journalisme parcourt un appareil photo et un nagra en mains. On serait plutôt dans l'évitement, dans l'oubli de tout ce qui peut fâcher, de tout ce qui peut valoir polémique.

Le film préfère privilégier le moment fort de Fallaci, celui qui lui a permis d'écrire son livre le plus fort et le plus célèbre, "Un homme", consacré à son grand amour, l'activiste grec Alexandros Panagoulis.

"Love Story" sous fond d'effervescence grecque pendant et après la Dictatures des colonels, les aventures d'Oriana et Alexandros constituent le meilleur moment du film de Marco Turco. Finie la reconstitution bon marché de Saïgon, avec Stéphane Freiss en prime en beau quinqua de l'AFP, avec l'épisode athénien des aventures de la reporter Tintina Fallaci, voilà le règne des grands sentiments démocratiques.

Le charme opère avec le Parthénon en arrière-plan et prépare à s'intéresser à l'album d'Oriana en Iran, chez un ayatollah Khomeiny parlant curieusement en français...

L'énergique et féministe Oriana n'est pas du genre à se laisser marcher sur la burqa par un prophète barbu et l'on louera son courage - ou son inconscience - journalistique qui la pousse à demander au père de la Révolution iranienne pourquoi il ne mène pas la politique laïque du Shah...

Pour incarner la vindicative Oriana, Marco Turco a fait appel à Vittoria Puccini, toute douce et charmante. Erreur de casting ? Peut-être. En tout cas, si Vittoria n'a pas le regard dur, acéré qu'on lit sur les photos de son modèle, elle convainc dans ce personnage qu'elle habite pendant presque un demi-siècle.

"Oriana Fallaci" de Marco Turco est donc loin d'être un chef-d'oeuvre. Il permet cependant de se remémorer de manière distrayante le tumultueux destin d'une femme hors du commun. C'est déjà beaucoup.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=