Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Oriana Fallaci
Marco Turco  août 2015

Réalisé par Marco Turco. Italie. Biopic. 1h48 (Sortie le 5 août 2015). Avec Vittoria Puccini, Vinicio Marchioni, Francesca Agostini et Stéphane Freiss.

"Vacances", ça rime à peu près avec "indulgence". C'est donc sous le signe de l'indulgence que l'on abordera "Oriana Fallaci" de Marco Turco.

À l'origine, ce biopic est un téléfilm en plusieurs parties racontant sur plusieurs dizaines d'années la vie de la célèbre journaliste florentine Oriana Fallaci.

Cette version pour le cinéma souffre donc d'un des maux de ce genre de production, celui d'un manque de fluidité entre les périodes traitées. Même si le montage peut faire des miracles, on sent des trous dans la narration.

Si l'on associe ce défaut au manque de moyens inhérent aux productions télés, que l'on constate par exemple dans la séquence vietnamienne, il faut considérer "Oriana Fallaci" comme une plongée partielle, aléatoire, dans le destin extraordinaire de la journaliste controversée.

On pourrait, pour poursuivre dans l'indulgence, comparer "Oriana Fallaci" de Marco Turco au "Carlos" d'Oliver Assayas, où l'on suit une autre figure mythique de la seconde moitié du vingtième siècle. Dans les deux cas, les évènements qui se succèdent fonctionnent comme des "Je me souviens", mêlant politique, nostalgie et exotisme.

Certes, à l'inverse du film de Turco, "Carlos" est un téléfilm à charge contre le terroriste, qui revisionne les années "révolutionnaires". Dans "Oriana Fallaci", il n'y a pas vraiment réécriture de l'Histoire que l'ardente madone du journalisme parcourt un appareil photo et un nagra en mains. On serait plutôt dans l'évitement, dans l'oubli de tout ce qui peut fâcher, de tout ce qui peut valoir polémique.

Le film préfère privilégier le moment fort de Fallaci, celui qui lui a permis d'écrire son livre le plus fort et le plus célèbre, "Un homme", consacré à son grand amour, l'activiste grec Alexandros Panagoulis.

"Love Story" sous fond d'effervescence grecque pendant et après la Dictatures des colonels, les aventures d'Oriana et Alexandros constituent le meilleur moment du film de Marco Turco. Finie la reconstitution bon marché de Saïgon, avec Stéphane Freiss en prime en beau quinqua de l'AFP, avec l'épisode athénien des aventures de la reporter Tintina Fallaci, voilà le règne des grands sentiments démocratiques.

Le charme opère avec le Parthénon en arrière-plan et prépare à s'intéresser à l'album d'Oriana en Iran, chez un ayatollah Khomeiny parlant curieusement en français...

L'énergique et féministe Oriana n'est pas du genre à se laisser marcher sur la burqa par un prophète barbu et l'on louera son courage - ou son inconscience - journalistique qui la pousse à demander au père de la Révolution iranienne pourquoi il ne mène pas la politique laïque du Shah...

Pour incarner la vindicative Oriana, Marco Turco a fait appel à Vittoria Puccini, toute douce et charmante. Erreur de casting ? Peut-être. En tout cas, si Vittoria n'a pas le regard dur, acéré qu'on lit sur les photos de son modèle, elle convainc dans ce personnage qu'elle habite pendant presque un demi-siècle.

"Oriana Fallaci" de Marco Turco est donc loin d'être un chef-d'oeuvre. Il permet cependant de se remémorer de manière distrayante le tumultueux destin d'une femme hors du commun. C'est déjà beaucoup.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=