Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Dame dans l'auto avec des des lunettes et un fusil
Joann Sfar  août 2015

Réalisé par Joann Sfar. France/Belgique. Thriller. 1h33 (Sortie le 5 août 2015). Avec Freya Mavor, Benjamin Biolay, Elio Germano et Stacy Martin.

Signé par Sébastien Japrisot, scénariste et romancier qui a largement contribué au cinéma des années 1960-1970, "La Dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil" s'inscrit dans le genre du roman policier.

Non le polar standard, mais dans la catégorie récit d'énigme, un "roman-problème", dont la quatrième de couverture lors de sa parution en 1966 - "Rechercher désespérément un assassin pour découvrir que c'est soi-même et tenter d'en réchapper quand on est également la victime, ce n'est pas possible" - rendait compte de la complexité de l'intrigue à laquelle s'ajoutait celle de la construction narrative.

En effet, sur les thèmes du bouc-émissaire et du grain de sable, le premier constituant le second, et imbriquant enquête et quête identitaire, il y brasse les thématiques du double, de la binarité érigée en postulat (bien/mal, vérité/mensonge, rêve/réalité, fantasme/névrose...) et celle du labyrinthe déclinée en road-movie cauchemardesque dans un enchaînement d'énigmes conduisant vers un tragique renversement de perspective.

Une jeune dactylo "emprunte" la voiture de son patron pour aller voir la mer et en chemin, lors d'une première halte, est reconnue comme la dame qui a oublié son manteau la veille. Ce qui augure d'un périple qui va brouiller tous les repères, altérer les frontières du monde tangible, et, paranoïa oblige, la mener sur la voie de la dépersonnalisation d'autant plus fortement ressentie que la "dame", à la personnalité schizoïde, souffre tant de confusion mentale que de troubles mnésiques et identitaires.

Joann Sfar déjoue, ou contourne selon le jugement du spectateur, cette complexité en optant pour une transposition filmique qui ressort au Comic Strip gainsbourgien traité à la manière d'un psychédélique kaléidoscope lynchien qui si elle a dû faire le bonheur du chef chef opérateur Manu Dacosse et les délices du chef monteur, Christophe Pinel.

Son centre d'intérêt ne tenant ni à cette histoire alambiquée, qui donne lieu, en l'espèce, à un pesant dénouement didactique en forme d'indigeste rembobinage à rebours, ni à la psychologie des personnages qui, réduits à des figures de papier animées, ne sont pas incarnés, il privilégie donc une approche formelle maniériste, enquillant effets visuels, dont l'incontournable split-screen hérité de la bande dessinée, et inserts cinéphiliques, sur laquelle les avis pourront osciller de manière radicale entre collage excitant les petites cellules grises pour les amateurs de puzzle et fastidieuse carte d'échantillons pour les autres.

Ce qui aurait pu constituer un exercice de style, certes un peu vain mais, au diable, que le roi s'amuse... Mais, il s'avère largement parasité par un pseudo-érotisme lié à la psyché masculine intégrant le symbolisme, l'animalité et la sensualité attachée à la chevelure rousse, le stéreotype fantasmé de la figure féminine, sainte-nitouche, en l'occurrence avec croix de baptême au cou et sous-vêtements Petit Bateau, révélant une panthère à la sexualité débridée, et le fétichisme, pour le moins esthétique.

En effet, Joann Sfar, qui indique "la seule chose que j'avais en tête en cherchant ma comédienne, c'était l'idée de créer une star", a trouvé la "nouvelle Adjani". Elle se nomme Freya Mavor, et sa plastique, notamment ses longues jambes, ces non obscurs objets du désir filmées sous tous les angles et formats possibles, a fasciné Joann Sfar, pour le moins sa caméra.

Le réalisateur-pygmalion a été vampirisé par la jeune mannequin et actrice écossaise. Quant à sa prédiction, il va falloir attendre les prochaines prestations de la belle Freya Mavor.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 août 2022 : Only happy when it rains

Un peu de pluie, enfin ! C'est pour ainsi dire la tradition pendant le festival de La Route du Rock qui commence cette semaine ! Pour le reste voici notre petite sélection estivale hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Change" de Franz Robert Wild
retour sur le Hellfest 2022 avec Seth, Dog Eat Dog, Deftones, Suicidal Tendancies, Ghost etc.
"I started a garden" de Her Skin
Des petits festivals à venir avec La Guinguette Sonore et Engrenage Party
"Stereolab & Laetitia Sadier", nouvelle émission de Listen In Bed à écouter ici et toujours :
"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia..

Au théâtre :

les comédies de l'été :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
"Un cadeau particulier" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montartre
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Dîner de famille" au Café de la Gare

et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :
'Christian Bérard - Bébé excentrique" au Nouveau Musée National de Monaco
la présentation du nouveau parcours des Collections du Musée d'Art Moderne de Paris en accès gratuit
la visite commentée par la commissaire de "Anne de France - Femme de pouvoir, princesse des arts" au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins
dernière ligne droite pour :
"Le Théâtre des émotions" au Musée Marmottan Monet

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Silvio et les autres" de Paolo Sorrentino
"Two lovers" de James Gray
"Innocents" de Bernardo Bertolucci
"Gothika" de Mathieu Kassovitz
"Lina" de Michael Schaerer
et le cinéma indien en 6 films

Lecture avec :

La rentrée littéraire d'automne 2022
et toujours :
"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=