Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Amnesia
Barbet Schroeder  août 2015

Réalisé par Barbet Schroeder. France/Suisse. Drame. 1h36 (Sortie le 19 août 2015). Avec Marthe Keller, Max Riemelt, Bruno Ganz, Corinna Kirchhoff, Joel Basman, Fermi Reixach, Marie Leuenberger et Fèlix Pons Ferrer.

Il y a 45 ans, Barbert Schroeder avait tourné son premier long-métrage à Ibiza. "More" était et reste toujours "le" film de l'époque hippie, de l'époque hippie chic, où les rebelles de bonne famille, sur fond de musique planante - celle des Pink Floyd naissants - s'essayaient aux nouveaux paradis artificiels.

Aujourd'hui, le temps s'est écoulé et le parcours de Barbet l'a mené aux quatre coins du monde, d'Hollywood à la Colombie en passant par le Japon ou l'Ouganda d'Idi Amin Dada. En une vingtaine de films, il a décrit toutes les sortes possibles d'obsessions et de passions humaines et, d'emblée, dans "Amnesia", on sent qu'il est arrivé au bout de son chemin, celui peut-être où l'on revient en arrière pour boucler la boucle et tirer les leçons de tant de tumultes.

Le revoilà revenu dans la belle lumière chaude et tranquille d'Ibiza, rendue ici magistralement par la photo savante de Luciano Tovoli. Mais ce retour n'est pas une soumission à notre époque, puisqu'il a placé son récit au début des années 1990, précisément quand la chute du Mur de Berlin balaie l'ordre européen ancien.

Martha, musicienne, s'est retirée dans une maison blanche et silencieuse dans la partie "sauvage" d'Ibiza. Sa retraite est soudain troublée par l'arrivée d'un jeune voisin souriant, sympathique, plein d'allant et de rêves. Il n'a qu'un défaut, rédhibitoire pour Martha qui ne se déplace qu'en R4 et ne parle qu'en anglais : c'est un allemand de la nouvelle génération...

Car cette "amnésie" qui donne son titre au film et qui détermine la vie fuyante de Martha a trait justement à l'Allemagne. Comme le philosophe Vladimir Jankélévitch, Martha, après Auschwitz, a décidé de rayer de sa carte personnelle toute trace de germanité. Tout ce qui est allemand est à fuir, est tabou.

Renonçant à ses armes habituelles, Barbet Schroeder passe par le discours plus que par l'action pour faire évoluer la situation. C'est la fraîcheur juvénile de Jo, sa soif de comprendre le monde et de s'y faire une place musicale au chaud soleil d'Ibiza, qui ébranlera la radicalité rageuse de Martha.

Inspiré par la mère du cinéaste, qui quitta l'Allemagne en 1936, et habita longtemps la maison où est tourné le film, le personnage de Martha irradie sous les traits de Marthe Keller.

On pourrait reprocher à "Amnesia" de Barbet Schroeder, un certain didactisme, une manière un peu datée de se mettre en place. Mais ce cinéma hors saison est comme l'envers de "More" et de sa modernité. Là où résonnaient jadis les accords des Floyd s'élèvent les sons discos et les paroles binaires qui leur correspondent. Ce sera l'objet de la "scène de bravoure" du film, celle où l'indispensable Bruno Ganz, le grand-père de Jo, avouera à Martha ce quil faisait en 1944-45...

Il fallait donc privilégier des moments où les dialogues l'emportent sur la contemplation des beaux paysage des Baléares pour assister sinon à une réconciliation, du moins à une amorce de paix entre ces Allemands séparés par la barbarie.

"Amnesia" de Barbet Schroeder est un film délicat. Son auteur parle de beaucoup de choses qui lui tiennent à cœur. Il les aborde avec la retenue d'un homme mûr qui se penche sur son passé. Marthe Keller est au zénith dans le rôle de Martha. Le regard que Jo, incarné formidablement par le prometteur Max Riemelt, porte sur elle est à l'unisson de celui du spectateur qui sera heureux de retrouver cette magnifique comédienne.

"Amnesia" est un film apaisant qui n'utilise aucun procédé pour convaincre et qui, pourtant, emportera toutes les convictions.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=