Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les secrets des autres
Patrick Wang  août 2015

Réalisé par Patrick Wang. Etats-Unis. Drame. 1h43 (Sortie le 26 août 2015). Avec Wendy Moniz, Trevor St. John, Oona Laurence, Jeremy Shinder; Jessica Pimentel, Gabriel Rush, Rachel Dratch et Eyas Younis.

Avec "In the family", Patrick Wang avait signé un premier film d'une grande force émotionnelle. Tous les spectateurs conquis par sa radicalité formelle et sa bienveillance sentimentale pourraient témoigner que son souvenir ne s'est pas beaucoup estompé de leur mémoire.

"In the family" appartient à cette minorité d'oeuvre qui travaille, qui pénètre profondément dans les cœurs et les âmes. C'est donc avec une certaine impatience,teintée de curiosité et même d'appréhension, que l'on s'immerge dans le second long-métrage de Patrick Wang en s'interrogeant : peut-il renouveler le "miracle" de "In the family" ?

D'emblée, on sait que "Les secrets des autres" va s'inscrire dans la même famille que le premier long de Patrick Wang. Même économie de moyens, même intérêt pour la classe moyenne, même capacité de s'exprimer simplement pour décrire la complexité des sentiments humains.

La différence essentielle réside dans l'absence d'un élément qui structure le film et en constitue la colonne vertébrale, comme l'était le procès dans "In the Family".

Dans "Les secrets des autres", la description de cette famille nucléaire en pleine déliquescence se fait autour d'une agrégation de saynètes signifiantes. Il n'y a pas vraiment de moments-clés où se cristalliseraient les rancoeurs et où exploseraient les non-dits. Plus subtil, moins théâtral, le cinéma de Patrick Wang gagne encore en force, même s'il perd en efficacité immédiate.

Sans doute, ce qui sépare les deux films tient au rapport à la mort. Dans "In the family", la disparition d'un jeune homme est le point de départ "dynamique" de l'histoire ; dans "Les secrets des autres", la mort cachée d'un bébé bloque la vie de quatre personnes, les enferme chacun dans une inguérissable souffrance. Si la fille est fugueuse, son frère obèse et ses parents en crise aiguë de la quarantaine, c'est qu'il y a un immense déni, un secret simple et épouvantable.

Tiré d'un roman de Leah Hager Cohen, très lu aux États-Unis, "Les secrets des autres" de Patrick Wang pénètre profondément dans les arcanes de la famille. Bien qu'il puise sa source dans le modèle américain, Il ne s'agit pas à proprement parler de le critiquer, de le disséquer avec cruauté.

Au contraire, tout l'enjeu du film est de chercher avec les personnages la clé, le déclic, qui pourrait remettre ces braves personnes sur le chemin du bonheur conjugal et familial. Sans dévoiler l'événement qui va tout débloquer, on notera qu'il est à la fois interne et externe, qu'il s'inscrit dans la "correspondance"... et qu'il est source d'ouverture là où il ne devrait provoquer que du repli.

Loin d'être un "révolutionnaire", Patrick Wang développe un cinéma de l'intime dont le but ultime serait de retrouver des recettes cinématographiques perdues avec la disparition de Frank Capra.

Ambitieux programme que l'on va pouvoir, désormais, suivre régulièrement dans les films à venir de Wang. En deux films, faits à la maison, en à peine plus de quinze jours à chaque fois, et en toute indépendance - "Les Secrets des autres" est volontairement tourné en "Super 16" à l'ère du numérique - il a réussi, marque des grands réalisateurs, à créer son univers. Un univers singulier à nulle autre comparable, malgré quelques parentés avec un certain cinéma asiatique moderne.

Voir "Les secrets des autres" de Patrick Wang devrait être ainsi l'une des priorités de la rentrée culturelle et, pour ceux qui l'auraient raté, il faudra y adjoindre la vision du DVD de "In the Family", sorti récemment chez "ED Distribution", qui a découvert ce grand cinéaste de demain et a bien raison de le défendre bec et ongles.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=