Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dheepan
Jacques Audiard  août 2015

Réalisé par Jacques Audiard. France. Drame. 1h54 (Sortie le 26 août 2015). Avec Antonythasan Jesuthasan, Kalieaswari Srinivasan, Claudine Vinasithamby, Vincent Rottiers, Marc Zinga, Franck Falise et Tarik Lamli.

En voyant "Dheepan" de Jacques Audiard, en anticipant son succès critique, en se remémorant qu'il est "palmedoré" comme disait Godard du pire film de David Lynch, on est pris d'un terrible découragement initial...

Comment ce cinéma qui montre la banlieue avec les mêmes clichés que ceux qu'on voit tous les soirs dans les JT de TF1, ce cinéma qui, quoi qu'il dise de lui-même, est plus proche des idées du Front national que du Front de gauche, va-t-il être vanté et "aimé" par ces gens "sympathiques", selon l'expression d'Emmanuel Todd, qui ont défilé en toute bonne conscience pour Charlie en janvier ?

Dès le départ, ça ne sent pas bon : dans le camp sri-lankais, un homme, une femme et une enfant qui ne se connaissent pas font cause commune pour "fabriquer" une famille de réfugiés "crédible"... Et le stratagème réussit : la triplette se retrouve en France avec un statut de réfugiés politiques...

Jacques Audiard et ses deux co-scénaristes Noé Debré et Thomas Bidegain ont de la chance : personne, hélas, ne va leur demander si cette vision de la "famille de réfugiés" type n'est pas celle développée par certains démagogues...

Pareillement, quelqu'un leur dira-t-il que "leur" banlieue surchargée de dealers, dans laquelle Dheepan, le « brave sri-lankais", devient gardien d'immeuble, ressemble à un fantasme d'électeur travaillé par les médias ?

Fallait-il, par ailleurs, pour en rajouter, montrer Dheepan en train de balayer inlassablement le "local" des dealers et retirer quotidiennement une bonne "tonne" de canettes et de paquets de chips, au-delà de toute vraisemblance sur les mauvaises habitudes alimentaires des petits trafiquants ?

Si l'on suit Jacques Audiard depuis longtemps, on sait que le mot "vraisemblance" n'est pas dans son vocabulaire. Il suffit de se rappeler d' "Un prophète" où le jeune héros sans diplôme allait en prison et y apprenait tout seul le corse, la comptabilité, la science des organisations, sans oublier de devenir un spécialiste de Machiavel et du Coran.

Personne, à l'époque, n'y avait vu problème et nulle doute, une fois encore, que tout ce qui cloche dans ce cinéma roboratif, sera présenté comme une volonté de décoller du "réalisme cinématographique". On pourra pourtant objecter qu'ici, il y a des images subliminales.

Curieusement, bien que Dheepan soit un "tigre tamoul", ce sont des images au ralenti de tête d'éléphant (d'Asie) qui viennent parfois troubler sans raison logique son quotidien de plombier réparateur. Car Dheepan, que l'on suit "s'assimilant" contrairement à toute cette "racaille" qui lui lance de l'électro-ménager des toits de leurs immeubles vandalisés, apprend le français, pendant que sa "fille" peut même passer dans une "classe normale".

Mais Audiard ne croit plus au "modèle social" français et a scénariquement d'autres projets pour Dheepan... Et d'abord, de réveiller le "Tigre" qui dormait en lui. Ce sera l'occasion d'une scène du "Justicier en banlieue", digne des plus ineptes films de Charles Bronson, où Dheepan flinguera tout ce qui écoute du rap dans les escaliers du HLM...

Restera alors à toute la fausse famille, devenue une vraie en France, à partir vers le paradis britannique, pour un final qui devrait faire rire, mais le rire n'est pas le propre des fans de Jacques Audiard, qui, lui, a laissé la carte de la gaudriole à son papa Michel.

Bien sûr, il faudrait aussi parler de la forme de ce film, qui, à l'instar des précédents chefs-d'oeuvre de Jacques Audiard, pose problème : se souvient-on d'un plan, d'un seul plan d'un de ses films, même si on leur a accordé cinq étoiles ? Ce sera pareil pour celui-ci, malgré qu'il soit "palmedoré" par les frères Coen qui ont dû se régaler de ce cinéma bourré d'effets gratuits et d'afféteries filmiques qui pourraient rivaliser avec les leurs, leur génie fraternel en moins...

"Dheepan" de Jacques Audiard est donc bien parti pour remporter la majorité des suffrages. En dire du mal, c'est malheureusement déjà en dire du bien. Qu'on n'oublie pas que, le jour où il sort, sortira aussi "Les secrets des autres" de Patrick Wang.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=