Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - Jeudi 20 août
Slaves - Son Lux - Etienne Daho - Benjamin Clementine - Christine and The Queens - Shamir - Paul Kalkbrenner  (Square Bayard, Charleville-Mézières)  du 20 au 23 août 2015

Le coup d'essai

Est-ce le reflet de ma satisfaction d’être arrivée à bon port ou tout simplement l’accueil légendaire des Ardennais ? Autour de moi, aujourd’hui, tout est particulièrement sympathique et souriant. Coincée dans le public massé devant les portes, à 16h58 très exactement, j’attends le décompte amusé des bénévoles (10, 9, 8, vous connaissez la suite) pour regarder les vannes s’ouvrir, les fans courir avant d’entrer sur site.

Tranquillement installée au bar VIP une Oubliette ambrée à la main, histoire de m’imprégner de l’atmosphère, mon oreille traînante perçoit que l’ambiance en interne est quelque peu tendue. Je décide de fermer les écoutilles, car l’espionnage industriel n’est pas mon rayon. Je constate seulement que le sens du détail est une donnée fondamentale du Cabaret vert et que les acteurs de cette onzième édition du Cabaret vert ont quelque peu la pression.

Premier "epic fail" du jour : deux programmes, deux horaires différents de Slaves. Évidemment, j’arrive en retard pour le début du concert. Un batteur, un guitariste, beaucoup d’énergie d’un côté et un peu de flegme de l’autre. Déséquilibre indéniable en terme de charisme, mais le duo fonctionne quand même plutôt bien et le garage rock violent, sauvage et provocant de Slaves séduit les premiers festivaliers. Très bon début.

On change de scène et d’ambiance avec Son Lux : et voilà la première déception. Début de set : un micro pas branché qui peine à retrouver la voix et un chanteur bien poseur à mon goût (habité, sans doute, mais se sachant regardé aussi). Côté musical, je ne suis pas plus emballée que cela par cette pop très minimaliste, très électronique, presque trop cérébrale pour toucher à vif.

Une petite demi-heure avant le concert, alors que tout était en règle, le management de Daho précise que, hormis la PQR, aucun photographe ne sera autorisé à aller dans la fosse. Petite surprise et petite déception, qui ne m’empêche pas d’aller faire quelques prises dans le public. Il y a, dans ce concert, une froideur assez perturbante : même si Daho semble content d’être sur scène, il ne réussit pas abandonner une certaine raideur. Dans le public, deux sons de cloche très opposés : d’un côté, la jeune génération ("c’est kitsch et c’est chiant"), de l’autre les vieux de la vieille ("que de bons souvenirs"). Des quadragénaires en délire hurlent "Un week-end à Rome", tandis qu’on est pris de pitié pour ce bon vieux chanteur légendaire qui passe pour un "has been" aux yeux de la quasi totalité de la foule. Une des crasses cruautés de festival...

C’est indéniablement Benjamin Clementine qui sauvera, en partie, notre soirée sous l’angle musical. Dissimulé dans un manteau démesuré, inspiré et brillant, il diffuse en toute discrétion son talent et ses improvisations. Je m’attendais à un set sobre et doux : or, Clementine a su instiller, mais trop rarement, énergie et puissance dans une atmosphère intimiste et cosy. Un très beau moment, donc, mais qui ne peut dissimuler un sentiment de manque et d’ennui.

Il y a, dans le petit air mutin de Christine and The Queens quelque chose qui agace et qui plaît à la fois. Souplesse de chat, justesse de loriot, répartie de renard. Tournant depuis quelques mois, le set est trois fois bien rôdé ce qui ennuie ferme l’habitué mais gargarise toujours autant la foule. Comme aux Eurockéennes, plus un seul centimètre carré de libre sur des lieues et des lieues : l’engouement est ahurissant et la mythification proche - preuve en est le refus de validation de ma photographie : l’image devenant icône doit être contrôlée et ne pas dévier de ce qui fait naître la fascination. La presse retiendra l’histoire de la tomate jetée, je saurai me souvenir de la relégation de mon image.

Ovni du soir, bonsoir. Shamir est un jeune afro-américain exhibant sans complexe sa part féminine. Sa voix, hyper juste, surprend, semblant tout droit sortie du coffre étroit d’une jeune midinette effarouchée. Malheureusement, comme c’est le cas depuis le début du festival, ça n’accroche pas en terme musical – le seul atout étant en effet les atomes fort crochus avec Prince. A réécouter, sans doute.

A grands coups de potards tournés et de fumée artificielle, Paul Kalkbrenner, sûr de lui, imposant, clope vissé à la bouche, galvanise son public – jusqu’à... ce que tout pète. Coupure, couic, plus rien. On lira dans la PQR de l’après-lendemain que, je cite, "les organisateurs ont décidé de couper court à la représentation de l’artiste". Vaste mensonge, puisque son set était prévu jusqu’à 1h45 du matin. On reste surpris, en tous les cas, de l’absence totale d’explications de la part des organisateurs... Bravo à "Paul K" pour le self-control sur scène, durant les longues, longues minutes de silence avant que les watts ne reviennent.

Nul doute que cette journée aura clairement pâti de l’annulation de Mastodon, qui aurait su impulser, finalement, ce qui a manqué complètement à cette première journée sous le signe du faux-rythme et de l’hésitation. La question reste la suivante : pourquoi le groupe n’a-t-il pas été remplacé par un autre du même acabit en terme de style ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Come down de Gravity Slaves
Slaves en concert à Chato'Do (9 août 2005)
Slaves en concert au Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août
L'interview de Gravity Slaves (21 octobre 2004)
La chronique de l'album Lanterns de Son Lux
La chronique de l'album Bones de Son Lux
Son Lux en concert au Fil (23 octobre 2008)
Son Lux en concert au Café de la Danse (lundi 26 mai 2014)
Son Lux en concert au Festival Rock en Seine 2015 - vendredi 28 août
L'interview de Son Lux (mercredi 3 juin 2015 )
Etienne Daho en concert au Festival Les Inrocks 2006
Etienne Daho en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Samedi 4
Etienne Daho en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Dimanche
Etienne Daho en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
Benjamin Clementine en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Samedi
Benjamin Clementine en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015)
Christine and The Queens en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Samedi
Christine and The Queens en concert au Festival Le Printemps de Bourges #39 - Edition 2015
Christine and The Queens en concert au Festival Artrock 2015
Christine and The Queens en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)
La chronique de l'album Ratchet de Shamir

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Le Cabaret Vert
Le Facebook du Festival Le Cabaret Vert

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=