Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - vendredi 21 août
A-Vox - The Toy Dolls - Black Industrie - Jurassic 5 - Wand - The Shoes - Dan Deacon - Ratatat - The Chemical Brothers  (Square Bayard, Charleville-Mézières)  du 20 au 23 août 2015

Bis repetita non placent...

Soleil de plomb, et c’est tant mieux. Faisons comme si de rien était et partons du principe que le premier jour comptait pour du beurre.

On apprécie grandement A-Vox, moins pour la musique, peut-être, que pour l’énergie des deux jeunes musiciens sur scène. Lui satisfait, elle bondissante, le public plus que déjà conquis (avantage non négligeable du groupe local) : tout fonctionne à merveille dans ce duo prometteur. Bien sûr, il y a de petites incertitudes dans la voix et sans doute la gestion du souffle à revoir, mais A-Vox n’a pas démérité pour ouvrir ce deuxième jour.

Miraculeusement, le cercle vertueux se poursuit sur la scène Zanzibar, où les vieux de la vieille de The Toy Dolls nous embarquent dans un grand n’importe quoi version punk. Superbe show tout en sauts et en grimaces, afin de rappeler au spectateur le fonctionnement de l’occupation de l’espace de la scène dans un concert – chose que bien des groupes semblent, d’année en année, oublier...

Du coup, on décide de reprendre nos esprits en zappant Black Industries (écoutant le concert de loin, je pense que je n’aurais pas eu grand chose à en dire) et en attendant Jurassic 5. Grand bien m’a pris, puisque tout roule une fois encore sous l’angle musical : hip-hop groovy, funky, puissant sans être agressif, porté par quatre MC’s bien équilibrés, six artistes souriants, convaincants – dont ce petit mash-up inattendu sur "Assassin de la police". Excellent moment pour ma part.

Pour couronner le tout : Wand. Jusqu’à présent, j’ai apprécié les sets sans avoir de coup de cœur, le voilà donc. Garage, psyché, parfois progressif, le rock de Wand n’a rien de particulièrement nouveau. Mais il semble porté par des petits jeunes talentueux et habités, qui proposent des compos plutôt malines qui "perchent" son auditeur de jolis petits riffs avant de le faire lourdement retomber dans les affres de la saturation et du lancinant – et cette très bonne reprise de "The End" des Doors fait le reste... Il paraît que ce serait du sous-Tame Impala – personnellement, pour avoir vu les deux groupes en live, j’avoue que Wand gagne le duel sur scène... Leur dernier EP est disponible sur YouTube : avis aux curieux.

Et... ce sera tout pour aujourd’hui.

Phénomène musical soutenu de toutes parts, The Shoes est un groupe définitivement perché : preuve en est l’animation délirante et psychédélique qui défile sur l’écran géant derrière eux... J’aurais aimé un live plus pêchu d’entrée de jeu, mais passer à cette heure-ci avec cette musique-là n’est pas forcément un cadeau de la part des programmateurs...

On passe, sans transition, à la folie Dan Deacon, qui, bien décontracté dans son short en coton, dispense une électro barrée et tonitruante sur fond de lumière à faire pâlir un épileptique. Cherchant l’interaction avec son public dès les premières minutes, il instaure un petit jeu qui fera la foule se pousser et s’asseoir. Un beau prodige, bien qu’il ne soit pas encore trop tard, et un réel amusement pour le public. Génial à voir, mais... Difficile à écouter pour l’amateur peu éclairé.

De fait, le live de Ratatat a l’air... d’un ennui mortel. Si techniquement tout est absolument parfait, de la musique à l’animation sur écran géant (encore lui), un manque (encore lui) se fait sentir. C’est superbe mais sans plus. C’est beau mais c’est tout. Du coup, cela m’inspire une hypothèse qui me semble opératoire : l’irruption démultipliée des écrans et des animations en tous genres lors des concerts, réalité qui était, jadis, l’apanage de quelques rares groupes et se révèle aujourd’hui quasi systématique, n’a pas que des effets positifs sur la prestation live. Parfois, l’écran remplace, malencontreusement, le scénique (encore lui), de telle sorte qu’un effort attendu n’est pas produit. C’est ce qu’une partie du set de Ratatat m’a inspiré... Même si leur musique reste toujours aussi subtile et puissante.

Ce serait mentir que de dire que je n’ai pas pensé au Chemical Brothers lors de la journée. Je vous épargnerai le couplet autobiographique, mais souhaite vous faire comprendre l’importance du groupe à mes yeux – et, vu la foule, je ne suis pas la seule à avoir ce petit pincement au cœur en attendant le concert. Pour la faire courte, rien ne va. Des techniciens (gloire à eux) décrochent et replacent une barre de lights tout en haut de la scène. En gros, le concert commence avec trente minutes de retard : une broutille quand on aime. Et puis, le drame au bout d’une dizaine de minutes, dès le début du deuxième morceau : tout pète - coupure, couic, plus rien (bis repetita non placent, donc).

Imaginez alors une foule bouche bée. Un blanc de plomb. Au silence succèdent rapidement des huées cinglantes, des jurons, des hurlements, et des millions de "non, mais c’est pas possible". La réaction des artistes a été très pro : une surprise, une colère hyper maîtrisée – malgré un petit geste significatif –, une sortie digne de scène. La grande, grande classe. Dix, vingt minutes plus tard (cette fois-ci, une éternité), le groupe revient, souriant, comme si de rien n’était. Re-début du deuxième morceau. Re-coupure au bout de quelques minutes. Littéralement décontenancée, je pars, dégoûtée pour le public, les artistes, et les techniciens qui vont se faire engueuler ce soir ou demain, sans que je sache vraiment sur qui il faille rejeter "la faute".

Je décide donc de me passer du concert : sursaut suivi par un bon nombre de festivaliers, quittant le site en râlant. Visiblement, le live a repris ensuite, mais quand l’illusion théâtrale est rompue, parfois, rien ne peut la faire renaître, même d’un coup de groupe électrogène. Scandale et catastrophe pour boucler ce deuxième jour... qui sera LE tabou du lendemain : rien des "incidents" sur la fameuse gazette du festival ou dans les articulets de la PQR, à la docilité condamnable. Restent les vidéos pirates sur YouTube comme autant de preuves qui s’accumulent...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Jurassic 5 en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - dimanche 3 juillet
La chronique de l'album Death Seat de Wooden Wand
Wand en concert au Festival Artrock 2015
Wand en concert au Festival Rock en Seine 2015 - vendredi 28 août
Wand en concert au Festival La Route du Rock #25 (vendredi 14 août 2015)
La chronique de l'album Crack My Bones de The Shoes
The Shoes parmi une sélection de singles (mars 2012)
The Shoes en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
The Shoes en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
La chronique de l'album eponyme de Ratatat
La chronique de l'album LP3 de Ratatat
Ratatat en concert au Festival La Route du Rock #25 (vendredi 14 août 2015)
The Chemical Brothers en concert au Festival Rock en Seine 2004
The Chemical Brothers en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
The Chemical Brothers en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2015 - Du jeudi au dimanche

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Le Cabaret Vert
Le Facebook du Festival Le Cabaret Vert

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=