Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sufjan Stevens
Le Grand Rex  (Paris)  mercredi 9 septembre 2015

Emplir de sons et de lumières ou tout simplement, de sa présence le Grand Rex, cathédrale de l’entertainment, n’est jamais une chose aisée. Sufjan Stevens a su transformer ce lieu en une véritable cathédrale, pour donner un récital de musique sacrée.

Silence religieux, sobriété constante, lumières et images de paysages panthéiques ou de films familiaux jaillissant à travers des formes géométriques rappelant des vitraux ou des tuyaux d’orgues. Il fallait créer une ambiance toute dédiée au recueillement pour célébrer son dernier album, le bouleversant Carrie & Lowell inspiré par la nostalgie et le deuil.

Entouré de musiciens brillants, dont le prestigieux Nico Muly ou la chanteuse Dawn Landes, notre Chamane pas vraiment showman mais pourtant si charismatique et émouvant a maintenu, tout au long de ces deux heures, une tension douce, une sobriété exubérante entre les sons et la lumière créant une présence humaine et musicale dense et mélodique saisissante de beauté.

La version époustouflante de presque dix minutes de "Blue Bucket of Gold" sonnant comme un envoi a clôturé la première partie du concert, ou plutôt de la cérémonie, consacrée au dernier album.

Ensuite, Sufjan Stevens a entonné ses classiques tirés des autres albums : "UFO", "John Wayne Gacy Jr" pour se terminer par "Chicago".

Dans cette deuxième partie, Sufjan Stevens et les musiciens se montraient un peu plus empathiques et décontractés, sortant de la religiosité de la première partie, pour se faire plus humains, rigolant entre eux ou s’adressant au public de manière très polie mais si respectueuse.

Cette dimension chaleureuse se retrouvait au merchandising, à la sortie, par d’étonnants tee-shirt "flashy" presque "disco" aux couleurs chatoyantes tranchant avec le gris, couleur dominante du dernier album.

Cette dernière évocation illustre bien cette soirée tout en équilibres subtils, entre profondeur et légèreté, joie et gravité, couleurs opposées et sonorités harmonieuses.

Au final, un public conquis savourant un moment rare de beauté, de musique et d’humanité. Revigoré par cette musique douce et rédemptrice, je me trouvais soudain transporté dans un état proche de l’Illinois ou du Michigan.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Avalanche de Sufjan Stevens
La chronique de l'album The Age Of Adz de Sufjan Stevens
Sufjan Stevens en concert au Festival Les Inrocks 2005

En savoir plus :
Le site officiel de Sufjan Stevens

Crédits photos : François Remoué


François Remoué         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=