Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce John Greaves
Verlaine Gisant  (Radio France / Signatures)  septembre 2015

"Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens" (Arthur Rimbaud)

Attention danger ! Ce disque est venimeux, il ne vous laissera pas indemne. En même temps, c’est ce que nous recherchons tous : des disques qui vous secouent, qui vous remuent les tripes et le cœur.

John Greaves, bassiste, chanteur, pianiste et compositeur est né en 1950 au Pays de Galles. Il a joué avec des groupes comme Henri Cow (Fred Frith, Tim Hodgkinson), l’ensemble d’improvisation libre Soft Heap ou National Health et a collaboré avec, notamment, le Penguin Café Orchestra ou des musiciens comme Robert Wyatt, Peter Blegvad, Vincent Courtois ou l’ONJ. Il habite à Paris depuis 1983.

"De la musique avant toute chose, Et pour cela préfère l’Impair, Plus vague et plus soluble dans l’air, Sans rien en lui qui pèse ou qui pose " (Verlaine, Art poétique)

Le musicien Anglais est fasciné par Verlaine depuis une dizaine d’années. Verlaine Gisant est en effet le troisième disque qu’il lui consacre après Greaves / Verlaine I et II où il mettait en musique, et de manière résolument moderne les écrits du poète. Cette fois-ci, Greaves a décidé de s’attaquer à des textes d’Emmanuel Tugny (écrivain, diplomate, musicien), lui-même influencé par Les Derniers jours de Paul Verlaine, livre de Gustave Le Rouge.

Le Britannique s’est entouré d’instrumentistes extraordinaires comme Guillaume Roy à l’alto, Olivier Mellano à la guitare et Elise Caron, Jeanne Added et Thomas de Pourquery au chant. Simplement une évidence. Le résultat est un disque étrange, envoûtant et mystérieux, loin des repères et des structures simples où les musiciens, comme des fantômes, se mêlent pour raconter la vie et les gens qui ont côtoyé Verlaine.

Verlaine Gisant est foncièrement poétique et romanesque, intensément mélodique (tout le parcours musical mais surtout Robert Wyatt ne sont pas très loin…) mais il est tout aussi onirique, électrique et fascinant. Romances brutes et modernes, avec paroles, où la mélodie suit la prosodie, plus proche en définitif de Debussy que de Fauré parce que, comme le dit si bien Isabelle Bretaudeau, la musique du compositeur Français est : "Sensuelle et langoureuse, élastique et plastique, généreuse et vivante, joyeuse". Mais Greaves tout comme Debussy (ou Ravel et peut-être dans une moindre mesure Fauré) partage avec la poésie symboliste, les thèmes et les idées esthétiques, que l’on retrouve dans la recherche d'une expression mélodique et rythmique toujours plus épurée et jouant avec de subtiles inflexions.

John Greaves joue avec la flexibilité du rythme prosodique, conjugue articulations tonales, dissonances (Verlaine fait très souvent usage de ce terme dans ses poèmes) couleurs d’accords et agogie. Il y a des tempêtes, de la passion, des harmonies transfigurées, des vents contraires. Alors oui "de la musique avant tout chose…" mais aussi de la vie, de la vie et encore de la vie. Et puis ces voix ! De véritables montagnes russes ! La puissance reptilienne du magicien sonore Thomas de Pourquery, la finesse d’Elise Caron et l’agilité, cette façon de jouer avec les phrases de la délicieuse Jeanne Added sont un véritable véhicule à émotions.

Avec cette trilogie, John Greaves s’inscrit tout simplement dans la lignée des grands compositeurs ayant mis en relief la langue poétique et chantante du (plus musicien) poète Français que sont Debussy, Fauré, Hahn et Ferré, c’est dire la qualité de cette musique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

L'interview de John Greaves (septembre 2015 )

En savoir plus :
Le site officiel de John Greaves
Le Soundcloud de John Greaves


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=