Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La demande d'emploi
Théâtre de l'Epée de Bois  (Paris)  septembre 2015

Comédie dramatique de Michel Vinaver, mise en scène de René Loyon, avec Valentine Galey, Pierre-François Garel, Olivia Kryger et Julien Muller.

En ce début de 21ème siècle, l'univers impitoyable du monde du travail constitue un des épicentres de l'écriture théâtrale, et ce dans tous les registres, de la comédie au théâtre documentaire.

Mais au milieu du siècle précédent, Michel Vinaver, et, en l'occurrence, en 1969 avec "La demande d'emploi", faisait figure de pionnier avec une comédie dramatique qui, de surcroît, et rétrospectivement, s'avère non seulement novatrice mais également prémonitoire et donc d'une actualité sidérante.

Novatrice, car articulée autour de l'interview intrusif auquel est soumis le postulant à un poste de cadre supérieur, , qui, s'il a perdu de son caractère intrusif au regard de sa déclinaison contemporaine qu'est l'entretien de sélection, lequel n'a pas encore atteint l'acmé machiavélique dépeint par Mike Bartlett dans "Contractions", augurait des nouvelles méthodes de recrutement et de management appliquant les principes de la psychologie sociale.

Prémonitoire, en prenant pour cadre une multinationale qui se targue d'exercer une activité qui milite pour le pacifisme et dont, ironiquement le nom commercial - CEVA acronyme de compagnie internationale de vacances animatrices - est celui du dieu hindou de la guerre. Depuis ces entreprises de la nouvelle génération, toujours purement commerciales avec pour finalité unique la réalisation de bénéfices et pour dogme la loi du profit, grâce à des tours de passe-passe marketing, tel, par exemple, le greenwashing, se sont dotées d'une image vertueuse, voire philanthropique.

Enfin, intemporelle parce que Michel Vinaver ne verse pas dans la diabolisation primaire de l'entreprise inféodée au capitalisme libéral ou l'antagonisme existentiel entre l'individu et le système.

En effet, il use d'une dialectique plus subtile, celle de l'individu aux prises avec l'ordre économique qui repose sur sa capacité d'adaptation et son janusianisme entre l'adhésion et le rejet du credo moderne, un credo économique qui, au 20ème siècle scellant la mort de Dieu, se substitue au divin et repose sur la nouvelle trinité que forment le capitalisme libéral, la financiarisation érigeant l'argent-moyen en produit et but et le consumérisme.

Ressortant au théâtre du quotidien et au théâtre de la parole, la pièce intègre, comme toujours dans son oeuvre une dimension mythique qui la rapproche de la tragédie classique, en l'espèce, biblique avec le thème du paradis perdu, plus précisément de l'homme chassé du jardin d'Eden auquel correspond l'exclusion résultant du chômage.

Par ailleurs, la structure formelle est singulière puisque l'intention de l'auteur est de présenter les différents états du Moi du personnage central - Monsieur Fage, cadre quarantenaire, marié avec un enfant, en recherche d'emploi - selon les schémas posés par l'analyse transactionnelle qui conduiront à son implosion mentale.

Dès lors, l'écriture, éminemment virtuose, calquée sur le mode du flux de pensée, tout en n'étant pas monologale, s'affranchit tant de la linéarité narrative que du discours, de la logique et de la fonction du dialogue pour procéder à l'imbrication et au télescopage de fragments de situations et de conversations qui, de plus, peuvent se répéter à la manière de variations autour d'un même point d'achoppement.

Dans le décor multifonctionnel, impersonnel et intemporel, de Nicolas Sire, un quatuor émérite satisfait ce difficultissime exercice nécessitant une concentration absolue et une écoute attentive pour reprendre la parole "au pied levé" sans hiatus tonal.

Il est dirigé à la baguette par René Loyon qui a orchestré cette partition glassienne parsemée de pauses instantanées, faisant office de diapason, dans le registre du réalisme tempéré.

Valentine Galey est juste et crédible dans le rôle de l'adolescente butée à la rébellion pragmatique et Olivia Kryger, campe, avec uns pointe d'hystérie dispensable, l'épouse à l'esprit petit-bourgeois et culpabilisatrice qui se défausse sur son mari.

Pierre-François Garel, comédien plus que prometteur, déjà remarqué lors de son cursus au CNSAD et tout dernièrement vu dans un exercice diamétralement opposé, époustouflant monologue dramatique ("La dernière idole") est parfait dans le rôle du chargé du recrutement.

Et mention spéciale à Julien Muller qui doit mener de front, en sus de ces angoisses personnelles, et en trilatéral, l'interrogatoire invasif et pertubateur et les doléances autocentrées des membres de sa famille.

Du théâtre de haut vol.

 

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2024 : La culture en forme Olympique

Avignon se termine et on fait le plein de spectacles formidables que nous avons découverts au festival OFF. Un peu de musique, des festivals, de quoi passer un bon été, sportif ou non ! Et pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

Festival des Vieilles Charrues #32 et toutes les photos sur Taste Of Indie
retour sur le Hellfest #17 avec Green Lung, Houle, Satyricon et beaucoup d'autres
Festival Chauffer dans la Noirceur #32 :
le vendredi avec Mike Love, Gogol Bordello, Psychotic Monks et d'autres
le samedi avec TTrruuces, Faada Freddy, Slift et quelques autres
"In the sky wirh" Gérard Loussine
"Summer sampler #11" de Howlin' Banana Bands
"Mesdames" de Mesdames
2 petites découvertes : Alfs et Harun
et toujours :
"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"La cabane de l'architecte" au Théâtre du Collège de La Salle
"Hamlet take away" au Théâtre de l'Atelier Florentin
"Toutes les choses géniales" au Théâtre La Condition des Soies
"Agathe Royale" au Théâtre des Gémeaux
"Comme on brûle encore" au Théâtre du Cabestan
"Entrée des artistes" au Théâtre des Halles
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corp" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chappelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :
"Gondola" de Veit Helmer
"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini
un DVD avec "Berlin boys" de David Wnendt
"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé
"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat
"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=