Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The look of silence
Joshua Oppenheimer (II)  septembre 2015

Réalisé par Joshua Oppenheimer (II). Danemark/Indonésie/Norvège/Filande/Grande Bretagne. Documentaire. 1h43 (Sortie le 30 septembre 2015).

Attention : grand film à ne pas manquer.

Que dire d'autre de "The look of silence" ? En parler, c'est craindre de décourager ceux qui apprenant son propos ne viendrait pas recevoir une vraie leçon d'humanité de la part d'Adi l'ophtalmo indonésien itinérant.

Malheureusement, dans ce monde hémiplégique qu'était celui de la guerre dite froide et du conflit est-ouest, on n'avait d'yeux que pour les crimes et les génocides de l'autre camp. Ainsi les plus critiques du camp occidental, ceux qui rejettent encore aujourd'hui le capitalisme et son lot d'inhumanités, ignorent toujours qu'il y a eu un abominable massacre de paysans dits communistes en Indonésie.

Joshua Oppenheimer a pourtant déjà conté cette histoire effarante dans un premier film, "The Act of Killing", en 2012. Il y reconstituait avec les bourreaux eux-mêmes les crimes qu'ils avaient commis presque cinquante ans avant.

Cerise sur le gâteau, il les amadouait en leur réalisant visuellement leurs fantasmes.

Ce film, produit comme "The look of silence" par Werner Herzog, avait eu un grand écho, mais n'avait pas passé la barre du "grand public". Il avait valu à Joshua Oppenheimer une interdiction de tourner en Indonésie.

C'est donc dans des conditions indescriptibles qu'il revient à la charge avec "The Look of silence". Ceux qui auront la patience de lire le générique du film découvriront quelque chose d'inouï : à part le réalisateur et quelques-uns de ses collaborateurs, chaque poste technique est attribué à un certain "Anonymous".

Il faut dire que l'Indonésie est un cas à part : c'est un des rares pays où les responsables d'un quasi-génocide n'ont pas été jugés à un moment ou à un autre. À l'inverse des nazis ou des khmers rouges, le régime de Suharto est toujours en place et ceux qui ont tué leurs voisins, non seulement n'ont pas été inquiétés, mais sont souvent de vieux monsieurs bardés de médailles et ayant gagné du galon à l'intérieur de la hiérarchie du parti responsable des massacres.

On comprend dès lors pourquoi Joshua Oppenheimer est persona non grata et pourquoi ses collaborateurs indonésiens s'appellent tous "anonymous".

Dans "The look of silence", il a troqué le ton persifleur du documentaire reconstitué pour celui d'un vrai témoignage. En suivant Adi qui a perdu son frère, des amis, des voisins dans ces atrocités perpérées à coup de machettes, et qui retrouve un à un ceux qui les ont commises, on est tout à fait sans voix. On ose écrire qu'il les regarde dans les yeux, qu'il sonde ce qu'il y a au fond de leur regard.

Plus étonnant, plus effrayant, ce sont ces aveux badins, lâchés presque en passant, de ces vieillards presque tous sans remords et pire encore sans conscience qu'ils pourraient avoir à en exprimer.

"The look of Silence" de Joshua Oppenheimer ne nécessite pas de longues dissertations. Il se voit, il se vit avec l'espoir que tous ceux qui le verront en tireront une réflexion sur la dialectique bourreau-victime. Car, les bourreaux et leurs complices réels ou symboliques sont loin de n'être que des Indonésiens.

Puisse ce film prodigieusement intelligent et d'une force exemplaire rare faire comprendre qu'il ne faut pas se contenter des discours dominants si l'on veut qu'un petit morceau de vérité, même s'il n'est qu'un infime élément d'un puzzle que l'on ne peut plus reconstituer, transparaisse enfin.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=