Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
Live aux [PIAS] Nites  (PIAS)  septembre 2015

Vous vous souvenez du temps où les gens achetaient des disques ? Non ? Moi non plus, je suis si jeune, mais on m’en a beaucoup parlé, et certains en font même des romans, c’est dire.

A ce qu’il paraît, c’était le bon temps. En ce temps-là, le rien s'appelait quotidien, les artistes alternaient un disque studio, un disque live, une compil, un disque studio, le même disque studio avec un deuxième disque avec quatre inédits, un disque live, un best of et hop ! Sept ans de carrière discographique sans trop se fouler et tout ça se vendait comme des petits pains au chocolat. Aujourd’hui, il n’y a plus grand monde pour sortir des compils sauf Etienne Daho qui en sort une tous les deux ans, plus grand monde non plus pour sortir des lives et plus grand monde pour acheter quoi que ce soit de toutes façon.

Comme Jean-Louis Murat ne fait rien comme tout le monde, son nouveau disque est un live puisqu’il refuse d’ailleurs de sortir un Best Of... Il est coutumier du fait, de proposer des lives, mais habituellement ils sont en bonus de l’édition collector limitée double digipack sleeves. Comme par exemple mettre un live sans post-prod, direct "au cul de la console" en CD bonus de Grand Lièvre en 2011, ou mettre un live assez dispensable en CD bonus du pourtant indispensable Toboggan en 2013… D’ailleurs, ce [PIAS] Nites eut été très bien en bonus du prochain album, mais bon.

Il convient pour bien comprendre l’objet disque qui nous est proposé de savoir deux choses :
- Comment est-ce un concert de Murat ?
- Les conditions d’enregistrement du disque
Thèse, antithèse, synthèse, un café, l’addition et un steak de Salers avec truffade pour la douze !

1. Un concert de Murat, c’est comment ?

Bah ça dépend des soirs, et des tournées, parfois c’est génial, parfois c’est chiant, parfois c’est magique, parfois c’est niveau baloche de province. Chaque soir est différent, il réinvente ses morceaux sur scène mettant de l’électronique dans des morceaux pop (période Muragostang), se la jouant White Stripes non mixte, ou power trio, étirant parfois les chansons à n’en plus finir, avec des intros à la guitare qui oscillent entre deux et quatorze minutes, variant les rythmes, mangeant ou mélangeant les paroles, les reprenant en voix de tête, parfois c’est un peu brouillon, parfois ça s’envole, parfois ça part dans tous les sens, parfois c’est bien, parfois moins. Mais en tout cas, c’est toujours surprenant et toujours un grand moment.

2. Les conditions d’enregistrement du disque

Ce [PIAS] Nites a été enregistré à la Maroquinerie à Paris quelques jours avant la sortie de Babel, avec donc un peu de pression et avec surtout le Delano Orchestra au grand complet et la douce Morgane Imbeaud. Le public était heureux d’être là, et visiblement le groupe aussi. Les chansons venaient à peine d’être enregistrées, pour la plupart du public, personne ne les avaient encore entendues et pour beaucoup ce fut une bonne surprise. Comme je vous le disais plus haut, chaque concert de Murat est assez unique, les chansons sont malaxées, retravaillées ; ici, au contraire elles sont encore assez proches de leur version studio, en fin de tournée le "Blues du Cygne" se fera moins rock, "Mujabe Ribe" encore plus longue et apocalyptique, Morgane fera plus de chœur, etc.

Paradoxalement, Murat n’est jamais aussi bon que quand il n’est pas laissé trop en liberté, avec un groupe sur scène qui le tient un peu, sans oublier de le suivre évidemment, il reste dans les clous de ses chansons, ne part pas trop dans des solos interminables et donne plus de place à sa voix qu’à son jeu de guitariste et personnellement, je ne m’en plains pas du tout, au contraire.

Ce [PIAS] Nites est un témoignage unique, d’une part parce que plus jamais les chansons ne seront jouées de cette façon et d’autre part évidemment parce que c’est un live, avec ses imperfections, ses oublies de paroles, etc. Certes, cinq chansons c’est un peu court, mais ne serait-ce que pour "Long John" ou "Mujabe Ribe", ce disque mérite largement votre attention. Pour les chansons manquantes, il reste heureusement les souvenirs des chanceux qui y ont assisté et dont j’étais, oui je dis ça juste pour me la raconter.

La Minute du collectionneur pour finir : initialement, ce disque est sorti le jour du Disquaire Day en version "Vinyle Blanc", il est aujourd’hui proposé en version CD et Vinyle Noir (normal quoi), cette ressortie, d’après PIAS, est à la demande des fans qui n’avaient pas tous pu le trouver ou casser leur Codevi pour se l’offrir, je vous laisse juge du procédé et me réjouis simplement que cela permette au plus grand nombre de découvrir ce que peut faire Murat sur scène dans ses bons soirs.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Moscou de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Les fleurs du mal - Charles et Léo de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Tristan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Le cours ordinaire des choses de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Grand Lièvre de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Toboggan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Babel de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Morituri de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Travaux sur la N89 de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Il Francese de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Baby Love de Jean-Louis Murat
Jean-Louis Murat en concert aux Saulnières (28 octobre 2004)
Jean-Louis Murat en concert à La Cigale (17 novembre 2006)
Jean-Louis Murat en concert au Studio Davout (3 septembre 2009)
Jean-Louis Murat en concert au Grand Mix (vendredi 2 avril 2010)
Jean-Louis Murat en concert à L'Alhambra (mardi 23 novembre 2010)
Jean-Louis Murat en concert à la Salle Moebius du Beffroi (samedi 10 octobre 2015)
L'interview de Jean-Louis Murat (20 septembre 2011)
La chronique de l'album Lilith de Jean Louis Murat
La chronique de l'album A bird on a poire de Jean Louis Murat - Fred Jimenez - Jennifer Charles
La chronique de l'album Charles et Léo de Jean Louis Murat
Jean Louis Murat en concert à La Cigale (3 et 4 novembre 2003)
Jean Louis Murat en concert à La Cigale (9 et 10 mars 2004)
La vidéo de Parfum d'acacia au jardin par Jean Louis Murat

La chronique de l'album Will Anyone Else Leave Me de The Delano Orchestra
La chronique de l'album Dossier Kütu Folk Records de Pastry Case - St-Augustine - Leopold Skin - The Delano Orchestra
La chronique de l'album Now that you are free my beloved love de The Delano Orchestra
La chronique de l'album EITSOYAM de The Delano Orchestra
La chronique de l'album MVAT MVCT MLWY de The Delano Orchestra
The Delano Orchestra en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
The Delano Orchestra en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
The Delano Orchestra en concert au Nouveau Casino (8 avril 2009)
The Delano Orchestra en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)


En savoir plus :
Le site officiel de Jean-Louis Murat
Le Myspace de Jean-Louis Murat
Le Facebook de Jean-Louis Murat
Le site officiel de The Delano Orchestra
Le Myspace de The Delano Orchestra
Le Facebook de The Delano Orchestra


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=