Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Chemins de Compostelle
Lydia B. Smith  octobre 2015

Réalisé par Lydia B. Smith. Eats Unis/Espagne. Documentaire. 1h24 (Sortie le 7 octobre 2015).

Il y a quelques mois, sortait un film intitulé "Sur le chemin de Compostelle". Réalisé par Freddy Mouchard, il suivait la route de Compostelle depuis la France ou la Suisse et ponctuait ses images de voix off de pèlerins.

Toujours en salles, il a connu et connaît encore grand succès sans pourtant bénéficier d'une réputation critique ni d'un gros budget publicitaire.

On souhaite vivement le même destin à un autre film sur Compostelle, "Les Chemins de Compostelle" de Lydia B. Smith. D'autant qu'en termes cinématographiques, il est objectivement bien meilleur. Car Lydia B. Smith a choisi un angle d'attaque plus fort et plus intéressant que Fredy Mouchard : elle filme des pèlerins. Non seulement, elle les filme mais les suit du début de leur "épopée" jusqu'à leur délivrance à Compostelle.

Contrairement à Freddy Mouchard, elle ne démarre pas son film à Paris ou à Lausanne, mais à Saint-Jean Pied de Port, là où débute le "camino frances", le chemin officiel long de 800 kilomètres qui mène à Saint-Jacques de Compostelle.

L'avantage de Lydia, c'est de ne pas faire une suite de belles photos touristiques, de la cathédrale de Chartres au pont de Cahors, en passant par le col de Roncevaux. Non, dans "Les Chemins de Compostelle", le tourisme et les villes sont quasiment absents.

Ce qui compte ce sont les routes, les chaussures, les ampoules, la pluie, le froid, l'envie, le renoncement, les rires et les pleurs, la solitude et la fraternité, les extrêmes tensions et les doux relâchements. Bref, la vie au jour le jour d'un marcheur avec ses hauts et ses bas, son pourquoi et ses comments.

Lydia a choisi six pèlerins, tous différents et tous semblables, ayant la même quête mais pas les mêmes raisons de la mener. Elle sait remarquablement tous les saisir, les rendre complexes, les faire parler, ne pas les juger et ne jamais montrer si elle a eu ou non des préférés ou des préférences.

Son film, magnifiquement photographié par Pedro Valenzuela, donne envie - au moins pendant sa durée - d'imiter tous ces insensés que l'on finit par trouver raisonnables. On est saisi par la beauté des paysages espagnols qui, aux éoliennes près, semblent inchangés depuis mille ans. On est aussi saisi par l'ambiance de cette longue marche et par la diversité du troupeau qui y participe.

Dans son film, à la différence de celui de Freddy Mouchard, Lydia B Smith sait aussi être terre à terre : grâce à elle, on comprend comment "ça marche". A chaque étape, les pèlerins font tamponner leurs passeports et peuvent dîner et dormir dans des auberges diverses et variées.

On suppose qu'ils ont tous réglé avant de partir et qu'on est ici devant la forme la plus aboutie du "tourisme culturel (ou cultuel)" de masse. En voyant leurs assiettes pleines de choses succulentes et roboratives, on se dit aussi que ce "camino" n'est pas que pavé de pierres et de ronces...

Au bout du voyage plaisant que "Les Chemins de Compostelle" de Lydia B Smith propose, on sera presque devenu des amis des six pèlerins filmés et on se souviendra d'autres rencontrés au détour de plusieurs étapes, comme cette truculente et mystérieuse coréenne.

On se posera certainement tous aussi la question obligatoire : "irai-je ou pas... un jour ?" En tout cas, à l'issue de ce film aussi beau qu'un "Connaissance du monde" d'antan, on aura eu l'impression d'avoir usé une paire de bons souliers pendant une heure et demie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=