Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sangue del mio sangue
Marco Bellocchio  (octobre 2015) 

Réalisé par Marco Bellocchio. Italie/France/Suisse. Drame. 1h47 (Sortie le 7 octobre 2015). Avec Roberto Herlitzka; Piergiorgio Bellocchio jr, Lidiya Liberman; Fausto Russo Alesi , Alba Rohrwache, Federica Fracassi, Alberto Cracco et Bruno Cariello.

Il y a cinquante ans, Marco Bellocchio tournait "Les Poings dans les poches". Enfant terrible du cinéma italien, il prouve aujourd'hui avec "Sangue del mio sangue" qu'il ne s'est pas assagi malgré une œuvre abondante qui en a fait un maître de son art.

Tout autre que lui se serait ainsi contenté de broder autour de la première partie de son film, celle où il raconte avec une grande mastria l'histoire de Benedetta une nonne qui a séduit un prêtre et à qui l'Inquisition fait subir un procès en sorcellerie.

Il faut dire que la mise en scène de Bellochio est à couper le souffle tellement elle semble évidente, tellement elle est inspirée pour faire le portrait tragique de Benedetta. Scène après scène, supplice après supplice, le spectateur suit le calvaire de la nonne qui a trahi ses vœux comme s'il assistait vraiment en direct à sa petite mort.

Quand viennent les maçons pour l'emmurer vivante, on se demande quelle subtile vengeance la sorcière prépare pour ses juges iniques et ses bourreaux sadiques. C'est alors que cet athée, cet anarchiste ricanant de Bellochio en revient à aujourd'hui pour construire sa parabole grinçante sur l'Italie de toujours.

Dans cette seconde partie, les personnages que l'on a vu entourer Benedetta et participer à sa perte ont pris les traits de la modernité. Mais y-a-t-il une modernité dans ce monde bâti sur tant de cadavres emmurés ?

L'Inquisition a pris d'autres formes et ne continue-t-elle pas de faire trembles les âmes ? Tous ces nouveaux mondialisés ne sont-ils pas ses obligés ? N'ont-ils pas pour fonction d'empêcher par d'autres moyens les hommes d'être enfin libres ?

Bellocchio invente un comte-vampire qui habite dans l'ex-palais où avait été jugée Benedetta. Supervise-t-il les activités mafieuses dans cette petite localité où toutes les solidarités ont disparu à l'ère de la misère post-industrielle ? À quoi servent ses représentants de l'État et notamment cet inspecteur ministériel qui a les traits de l'amant de Benedetta ?

Qu'est devenue l'Italie d'avant, celle où les citoyens pouvaient, malgré tout ce qu'ils en pensaient de négatif, compter sur la politique pour échapper aux puissances obscures ?

On retrouvera ici l'ambiance virtuose qu'avait su créer Bellocchio dans "Le Sourire de ma mère". Chef d'orchestre décrivant ce tourbillon infernal, cette danse de vie et de mort à laquelle participent les forces nuisibles qui s'accaparent sans transcendance les âmes italiennes, il assène une magistrale leçon de cinéma.

Elle ne sera sans doute pas comprise par tous les Sorrentino et autres Desplechin italiens. Tant pis. "Sangue del mio sangue" de Marco Bellocchio appartient à cette lignée de chefs d'oeuvre qui ne livrent pas leurs secrets immédiatement.

Peut-être faudra-il pour les percer une ère politique nouvelle, une ère où le sang italien se sera enfin régénéré. Le toujours jeune Bellocchio qualifierait ce moment à venir de révolutionnaire...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=