Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sangue del mio sangue
Marco Bellocchio  (octobre 2015) 

Réalisé par Marco Bellocchio. Italie/France/Suisse. Drame. 1h47 (Sortie le 7 octobre 2015). Avec Roberto Herlitzka; Piergiorgio Bellocchio jr, Lidiya Liberman; Fausto Russo Alesi , Alba Rohrwache, Federica Fracassi, Alberto Cracco et Bruno Cariello.

Il y a cinquante ans, Marco Bellocchio tournait "Les Poings dans les poches". Enfant terrible du cinéma italien, il prouve aujourd'hui avec "Sangue del mio sangue" qu'il ne s'est pas assagi malgré une œuvre abondante qui en a fait un maître de son art.

Tout autre que lui se serait ainsi contenté de broder autour de la première partie de son film, celle où il raconte avec une grande mastria l'histoire de Benedetta une nonne qui a séduit un prêtre et à qui l'Inquisition fait subir un procès en sorcellerie.

Il faut dire que la mise en scène de Bellochio est à couper le souffle tellement elle semble évidente, tellement elle est inspirée pour faire le portrait tragique de Benedetta. Scène après scène, supplice après supplice, le spectateur suit le calvaire de la nonne qui a trahi ses vœux comme s'il assistait vraiment en direct à sa petite mort.

Quand viennent les maçons pour l'emmurer vivante, on se demande quelle subtile vengeance la sorcière prépare pour ses juges iniques et ses bourreaux sadiques. C'est alors que cet athée, cet anarchiste ricanant de Bellochio en revient à aujourd'hui pour construire sa parabole grinçante sur l'Italie de toujours.

Dans cette seconde partie, les personnages que l'on a vu entourer Benedetta et participer à sa perte ont pris les traits de la modernité. Mais y-a-t-il une modernité dans ce monde bâti sur tant de cadavres emmurés ?

L'Inquisition a pris d'autres formes et ne continue-t-elle pas de faire trembles les âmes ? Tous ces nouveaux mondialisés ne sont-ils pas ses obligés ? N'ont-ils pas pour fonction d'empêcher par d'autres moyens les hommes d'être enfin libres ?

Bellocchio invente un comte-vampire qui habite dans l'ex-palais où avait été jugée Benedetta. Supervise-t-il les activités mafieuses dans cette petite localité où toutes les solidarités ont disparu à l'ère de la misère post-industrielle ? À quoi servent ses représentants de l'État et notamment cet inspecteur ministériel qui a les traits de l'amant de Benedetta ?

Qu'est devenue l'Italie d'avant, celle où les citoyens pouvaient, malgré tout ce qu'ils en pensaient de négatif, compter sur la politique pour échapper aux puissances obscures ?

On retrouvera ici l'ambiance virtuose qu'avait su créer Bellocchio dans "Le Sourire de ma mère". Chef d'orchestre décrivant ce tourbillon infernal, cette danse de vie et de mort à laquelle participent les forces nuisibles qui s'accaparent sans transcendance les âmes italiennes, il assène une magistrale leçon de cinéma.

Elle ne sera sans doute pas comprise par tous les Sorrentino et autres Desplechin italiens. Tant pis. "Sangue del mio sangue" de Marco Bellocchio appartient à cette lignée de chefs d'oeuvre qui ne livrent pas leurs secrets immédiatement.

Peut-être faudra-il pour les percer une ère politique nouvelle, une ère où le sang italien se sera enfin régénéré. Le toujours jeune Bellocchio qualifierait ce moment à venir de révolutionnaire...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=