Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dirty Fonzy
Interview  (Marmande)  avril 2005

Et bah ça fait longtemps que je n'ai pas stressé comme ça. Je suis plutôt du genre "Ttout va bien, ça va le faire". Mais là, pour ma toute première interview, j'avoue que je me fais un peu dessus.

J'ai rendez-vous avec les Dirty Fonzy, un groupe d'Albi qui délivre depuis 2003 un bon vieux Punk Rock des familles plutôt speed. Heureusement, ils sont vraiment sympas et vont même jusqu'à me proposer un jus d'orange (rhhooooo).

Bonjour à tous.

Dirty Fonzy : Salut.

Vous pourriez vous présenter rapidou les Dirty Fonzy ?

Nico : Moi c'est Nico alias "Johnny Guitare", guitare et chant.

Gillou : Moi c'est Gilles alias "Gillou", basse.

Angelo : Moi c'est Angelo, guitare et chant. Ils manquent Midier le trompettiste et Dadé notre batteur. On est 5 dans le groupe. On s'est formé en 2003 et on était tous dans des groupes précédemment. On n'en est pas à notre première expérience musicale. On avait tous des groupes dans le créneau punk rock et on s'est tous retrouvé en février 2003 pour monter Dirty Fonzy.

La chronologie, c'est de suite, on a fait quelques dates et on a fait un album en décembre 2003 et qui est sorti en mars 2004. Suite à cette sortie d'album Playing Punk Songs qu'on a enregistré au studio Le Chalet à Bordeaux, on a fait une tournée de mars à juillet. En août, on s'est un petit peu reposés. On a ensuite repris de septembre à décembre une autre tournée et après une petite pause en janvier et février 2005, on a changé de bassiste. Gilles est arrivé et on repart en tournée jusqu'à cet été. C'est assez condensé.

(Je m'étonne de leur débit car ils n'arrêtent pas de parler). Vous n'avez pas pensé à changer de nom pour le groupe ? Vous auriez pu l'appeler Dirty Gilles non (Dirty Fonzy vient du nom de leur ancien bassiste "Fonzy") ?

Dirty Fonzy : (Rires) On l'appelle Dirty Gillou effectivement mais il est encore un peu timide. Mais bon attention car quand il va se lâcher… On arrive encore à le maîtriser mais après, s'il commence, il n'y aura vraiment plus rien à faire.

Pourquoi l'ancien bassiste est parti si ce n'est trop indiscret ?

Angelo : C'est simple, il est papa maintenant. Il a un petit bout de chou qui est arrivé à la maison et il avait envie de se consacrer intégralement à sa petite fille. Il n'y a donc eu aucun souci. Il nous avait prévenu en avance et s'est arrêté après la tournée d'automne comme prévu. On est restés en très bon termes. De plus, on a la chance à Albi d'avoir un vivier de punks rockeurs assez important. On n'a donc pas du tout galérer pour trouver un autre bassiste. Gilles qui était dans un groupe qui s'appelle Now'n'later à l'époque, il n'y a pas si longtemps que ça non plus, 3 / 4 mois...

C'est vrai que ça fait déjà longtemps (sourire)

Angelo : (rires) c'est vrai que depuis, il a les cheveux blancs qui ont poussés. Bref, il a repris le flambeau dans la foulée, quelques répéts et ça s'est fait assez naturellement. En fait on est ensemble depuis longtemps. On se connaissait déjà avant les Dirty Fonzy et ça nous a pas mal aidé.

On dit souvent que la scène toulousaine est plutôt axée sur le rock festif et le ska. Mais je ne savais pas qu'Albi était un vivier de punks. Comment ça se fait ?

Angelo : Tu sais, je crois que c'est surtout des clichés. A Toulouse, il n'y a pas que du ska. Mais c'est vrai qu'à Albi il y a toujours eu des groupes et des concerts. Ca ne date pas d'aujourd'hui. Ca perdure et ça se renouvelle, ça passe d'une génération à une autre.

On va parler peu de votre album que j'ai écouté et acheté d'ailleurs…

DF : (Rires) ah ça c'est bien !

... et je ne vais pas vous demander vos influences car votre excellent CD tourne surtout autour des grands classiques comme les Clash ou encore Bad Religion. Quelles sont vos inspirations actuelles et celles qui vous ont aidé lors de la création de votre album ?

Nico : (Rires) ouais Rancid (groupe californien qui a vu le jour en 1991). Honnêtement, ce n'est pas facile d'avoir du recul par rapport à ça. Tu peux peut-être piquer un riff comme ça sans le vouloir. Tu te rendras compte que 3 ou 4 mois après que telle ou telle chose t'a influencé. On ne va pas non plus piocher comme tous les groupes et faire du plagiat consciemment.

Nos influences, c'est un mixe de ce qui nous touche au quotidien, des Clash, des Pistols, des Buzzcocks. Les petits jeunes qui ne connaissent pas les vieux groupes trouvent toujours des références aux groupes actuels. On nous parle souvent d'un groupe, catch…, euh, River City Rebel, que nous n'avons pas écouté mais qui semble être dans le même style que ce l'on fait.

C'est vrai qu'on a tous cette tendance à comparer les groupes que l'on ne connaît pas à choses qui nous permettent de nous raccrocher, des choses qui nous aident à situer l'écoute. Vous avez d'autres projets au niveau album ?

Angelo : Là on commence à composer déjà. Avec la pause du début d'année, on en a profité pour monter de nouveaux morceaux. On va d'ailleurs en jouer 2 ou 3 ce soir.

C'est donc une exclusivité ce soir :)

DF : (rires) Presque ! Ce sont les montpelliérains qui l'on eue la semaine dernière. Mais c'est vrai, on pense beaucoup sûr au prochain album.

Comment ça se passe d'ailleurs ? Chacun part en jam ou alors, un de vous arrive avec une mélodie ou un rythme ?

Nico : On compose beaucoup à deux avec David (Angelo) et après on travaille en groupe. Pour les paroles, ça dépend, chacun arrive avec une idée et on la met en place tout ensemble. Chacun amène son truc, on en discute tous ensemble. C'est très ouvert. C'est vraiment mieux comme ça car tout le monde s'y retrouve. En effet, s'il y en a un à qui ça ne plait pas, c'est dommage et c'est voué à l'échec.

Angelo : On essaie d'amener des idées un peu structurées car comme on n'est pas non plus des virtuoses. On ne part jamais de jams ou de bœufs. On peut avoir une idée mais on n'en pas encore à ce niveau là. On arrive avec des riffs bien posés mais qui peuvent évoluer. Généralement, Nico ou moi essayons d'arriver avec un couplet, un refrain ou un bout de truc que l'on peut modifier. Nous essayons d'être structurés car composer comme ça, ce n'est vraiment pas évident. Il faut être très bon musicien, ça viendra peut-être (sourire)…

D'ailleurs au niveau des textes, vous allez continuer en anglais ?

Nico : Bah là, ça a l'air bien parti (rires) ! Je suis désolé de le dire à tous les amateurs de punk français. Si on réussit à écrire des textes en français qui soient bien…

Angelo : On n'a rien contre, on n'est pas fermé à ça mais c'est quand même plus facile en anglais. Ca sonne tout de suite comme un standard. Ca nous permet de composer rapidement.

Nico : Les paroles du prochain album seront plus solides, tout comme les prochains morceaux. Les chansons en français, on en aura deux ou trois c'est clair mais c'est vraiment un autre boulot car c'est franchement plus difficile.

Vous repartez en tournée pour quelques temps là ?

Angelo : Ouais jusqu'à cet été, on va jouer tous les week-ends quasiment, ce qui est quand même un bon rythme pour un circuit en France. De toutes façons, on n'avait pas envie de faire comme à l'automne avec 3 ou 4 dates par semaine car on pense déjà au prochain enregistrement et ça nécessite beaucoup de répét'. Lorsqu'on était en tournée en décembre 2004, on n'a pas fait une seule répét'.

On a répété avant la tournée, on a mis le matos dans le camion et on est parti. Pendant les balances ou dans les coulisses, on faisait tourner de nouvelles idées quand on avait le temps. Mais bon pour travailler correctement, il faut quand même avoir des heures de répét' bien posées et au calme. Quand on est sur la route, vu qu'on est en autogestion totale, qu'on n'a pas de road manager, de mec qui s'occupe de tout, on n'a pas trop le temps.

Vous avez quand même un label, une structure qui s'occupe de vous ?

Angelo : Oui mais ça reste de l'autoprod' en soi. Ce n'est pas un gros label gavé de gens. On fait tout nous-même. On gère les contrats, les timings. On a quand même beaucoup de trucs à faire en plus de jouer de nos instruments. Ca nous prend aussi du temps.

Ca vous brancherez d'avoir un plus gros label pour éviter justement tout ce travail extra musical ?

Angelo : Ouais, ça pourrait nous brancher. Après ce qu'il y a encore de plus intéressant, ça serait de grossir la structure dans laquelle on est déjà. On pourrait ainsi faire travailler des gens et faire ainsi avancer notre structure. On pourrait peut-être ainsi avoir un tourneur, d'autres groupes, tout comme le collectif Antistatik sur Toulouse. C'est ce qu'ils ont fait.

Et même si Psykup a signé ailleurs, ils offrent une bonne alternative aux groupes qui pourrait signer sur un gros label ou ceux qui resteront toujours indépendants sans vouloir autre chose. Essayer de faire avancer sa propre structure, c'est peut-être encore plus motivant. C'est vraiment un état d'esprit différent. C'est un travail entre des groupes et des personnes qui ont envie d'avancer tous ensemble pour le même projet.

Quels sont les groupes que vous aimeriez voir ce week-end ?

Angelo : Etant donné que l'on doit jouer dans le nord demain soir, on charge le matos dans le camion juste après les concerts et on dormira sur Poitiers ce soir. On n'aura hélas pas le temps d'écouter quoique ce soit pendant le festival.

Qu'auriez-vous aimé voir ?

Dirty Fonzy : Nashville Pussy, The Saints, les Svinkels, Lofofora ou Sidilarsen. Même s'ils sont tous dans des styles différents, c'est toujours intéressant de voir des gars qui proposent un spectacle en plus de leur musique, une présence, un show. Même si on fait du punk rock, on pourra toujours s'inspirer d'un groupe de métal ou de reggae en se disant "Ouais, c'est pas mal ce qu'ils ont fait". C'est juste que nous sommes fans de musique !

Pour finir, que pourriez-vous dire pour que les gens viennent à vos concerts ?

Dirty Fonzy : (rires)

Vas-y lâche-toi !

Nico : Venez voir mes solos, ça déchire !!

Angelo : Ca crache dans les baffles !

Nickel, merci les Dirty

Dirty Fonzy : (tous en chœur) Merci.

Musicalement.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Dirty Fonzy en concert au Festival Garorock 2005 (vendredi)


ManuD         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=