Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Troy Von Balthazar
Interview  (Paris)  13 avril 2005

Troy Von Balthazar, le charismatique leader de Chokebore a décidé de continuer tout seul après avoir passé une quinzaine d'années sur les routes. Son passage à Paris tombe à point nommé et va nous permettre d'en connaître un peu plus sur les raisons de la mise entre parenthèses de Chokebore.

C'est également l'occasion d'en savoir un peu plus sur ses aspirations en tant qu'artiste solo.

Pourquoi avoir décidé d'arrêter Chokebore ? Tu as du engendrer pas mal de frustration parmi les fans du groupe ?

Troy Von Balthazar : Ok je t'explique : nous avons passé quatorze ans au sein d'un groupe. Nous étions tout le temps ensemble et inévitablement, nous avons ressenti qu'à un moment, il fallait faire une pause. C'était un peu comme si nous étions mariés… Nous avons passé de très bons moments mais nous avons décidé qu'il était temps de respirer, de faire autre chose. Mais tôt ou tard, nous referons un album avec Chokebore.

Pourtant Chokebore commençait à avoir une certaine reconnaissance, du moins un succès d'estime ?

Troy Von Balthazar : Ah bon, tu penses ? J'ai du mal avoir du recul sur ce genre de chose.

Donc on a des chances de te revoir avec Chokebore un jour ?

Troy Von Balthazar : Peut être, on verra bien… Quand les choses deviennent pesantes ou compliquées, il faut savoir prendre ses distances. C'était le cas avec les membres de Chokebore, c'était devenu bizarre, nous étions trop proches, ça avait duré trop longtemps. Nous sommes toujours en contact et nous avons la moitié du prochain album de Chokebore qui est terminée, mais je suis incapable de te dire ce que le futur nous réservera.

Est-ce que tu es plus épanoui maintenant que tu joues seul ? Y-a-t-il des choses que tu peux te permettre de faire et que tu ne faisais pas au sein de Chokebore ?

Troy Von Balthazar : Oui bien sûr. Si je fais une erreur, je ne peux m'en vouloir qu'à moi-même et à personne d'autre. C'est vraiment intense et une expérience unique. Sur scène, je suis seul et je dois me débrouiller… Dans Chokebore il y avait d'autres personnes autour de moi qui faisaient plein de bruit. Maintenant je suis tout seul et j'adore ça. Je sais que les gens m'observent sur scène… Mais ça me donne l'impression d'être sous l'emprise du LSD. C'est un mélange de crainte et en même temps tu te sens plein d'énergie.

Au niveau des compositions, qu'est ce qui change par rapport à Chokebore ?

Troy Von Balthazar : J'utilise les boucles et les effets, ce qui n'était pas le cas avant. Maintenant je ressens le besoin de faire ces choses. Les boucles et les effets, c'est pour éviter de se retrouver tout seul avec ma guitare. Ca me permet de créer des sons et des ambiances. Mais j'apprends, je débute avec tout ce matériel.

Pourtant les morceaux que tu jourais à la balance sonnaient très Chokebore...

Troy Von Balthazar : C'est à cause de l'accord. Je me servais beaucoup de cet accord quand je composais dans Chokebore, donc forcément… Mais c'est un truc qu'il faut que je change. Il faut que j'essaie d'aller vers d'autres accords, d'autres styles de composition.

Tu as sorti un EP, l'album va suivre ?

Troy Von Balthazar : Oui. Je viens de terminer l'enregistrement à Los Angeles. J'ai passé un mois tout seul en studio. J'ai tout fait moi-même. C'était vraiment une expérience intense et bizarre. Le problème est que je n'avais personne pour me dire si ça sonnait bien ou non. Quand j'étais dans Chokebore, les autres membres du groupe me disaient quand un truc n'allait pas. C'est une des choses que je regrette, car je leur faisais confiance. Maintenant je ne peux compter que sur moi et c'est difficile de faire la part des choses, d'avoir du recul.

Comment écris-tu tes paroles ? De quoi t'inspires-tu ?

Troy Von Balthazar : Les paroles sont une part importante de l'écriture. J'espère que les gens vont apprécier les paroles du nouvel album. Je n'ai pu demander l'avis de personne, donc… J'écris tous les jours. Certaines chansons sont très simples, leur sens est clair et évident. Parfois j'essaie d'être plus cryptique, de faire des choses plus symboliques.

Quand est-ce que sort l'album ?

Troy Von Balthazar : Il sort en septembre.

Tu habites en France maintenant ?

Troy Von Balthazar : Une partie de l'année seulement, mais je n'habite plus aux Etats-Unis. Je dois retourner à Hawaii (Troy est originaire de l'archipel.) Mais c'est cher, un peu trop pour aller à la plage (rires).

Tu préfères ta vie en France ?

Troy Von Balthazar : Oui. La plupart de mes amis sont en France. La vie est meilleure ici. Mais faîtes attention vous êtes bien partis pour l' "American way of life". Il y a eu une évolution. Quand je suis venu la première fois ici il y a dix ans, les choses étaient différentes. Il y a eu une forte « américanisation » de la société en France.

Que vas-tu faire dans les mois qui viennent ?

Troy Von Balthazar : Avec un peu de chance, je vais me reposer. L'album ne sort qu'à la rentrée, donc je vais essayer d'en profiter. Ma tournée commencera en septembre et se prolongera jusqu'à la fin de l'année.

Si tu devais résumer ta musique en trois mots…

Troy Von Balthazar : I love music.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Troy Von Balthazar EP de Troy Von Balthazar
La chronique de l'album eponyme de Troy Von Balthazar
La chronique de l'album How To Live On Nothing de Troy Von Balthazar
Troy Von Balthazar en concert à la Salle de la Cité (11 novembre 2004)
Troy Von Balthazar en concert à La Guinguette Pirate (13 avril 2005)
Troy Von Balthazar en concert au Fil (vendredi 8 avril 2011)
L'interview de Troy Von Balthazar (28 juin 2010)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Troy Von Balthazar (28 juin 2010)


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=