Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ibrahim Maalouf
Red & Black Light / Kalthoum  (Mister Productions)  septembre 2015

"En Orient, une journée sans Oum Kalthoum n’aurait plus de couleur" (Omar Sharif)

La première fois que j’ai entendu parler d’Ibrahim Maalouf, c’était par son père Nassim alors que nous improvisions tous les deux lors d’une exposition autour de la trompette. Pour rappel, Nassim Maalouf est l’inventeur d’une trompette qui avec l’ajout d’un quatrième piston permet de jouer des quarts de ton, intervalles très présents dans la musique orientale. Bien sûr, il ne savait pas que quelques années plus tard, son fils participerait à pas mal de disques "pop" et "world" et remporterait pour son album hommage à Miles Davis une victoire de la musique jazz, puis pour Illusions, une Victoire de la Musique dans la catégorie Meilleur album de musiques du monde.

Des récompenses obtenues après avoir connu un prestigieux parcours classique conclu par différents prix internationaux (France, Hongrie, Finlande, USA), un diplôme du CNSM de Paris, et des collaborations au sein de nombreux orchestres symphoniques.

Le jeune trompettiste d’origine Libanaise est donc de retour (après un Illusions, album que l’on qualifiera gentiment de mi-figue mi-raisin, en tout cas bien moins intéressant que Wind, son disque hommage à Miles Davis ou sa trilogie DiasporasDiachronismDiagnostic) avec un double projet dédié aux femmes : Red & Black Light et Kalthoum.

Kalthoum, comme son l’indique, est un hommage à la diva Egyptienne Oum Kalthoum et célèbre les 40 ans de la disparition de l’astre de l’orient. Avec son quintette de prédilection : Franck Woeste au piano, Clarence Penn à la batterie, Marc Turner au saxophone et Larry Grenadier à la contrebasse, le trompettiste fait une relecture comme du velours et pas inintéressante du tout au départ, de la suite Alf Leila Wa Leila (Les Mille et une Nuits), composé par Baligh Hamidi et qu’Oum Kalthoum chanta en 1969. Malheureusement, le phrasé tout en nuances sinueuses devient rapidement redondant et l’enivrement oriental cède le pas à un ennui sucré.

On oubliera encore plus rapidement l’autre disque, Red & Black Light où Ibrahim Maalouf y rend également hommage aux femmes surtout "à la femme d’aujourd’hui et à son rôle fondateur et fondamental pour espérer un monde meilleur". On cherche encore où… Par contre, le musicien nous plonge entre Balkan et Klezmer mais "arrangé de manière à contourner le piège de l’élitisme, de manière à ce que jamais le poids de l’écriture ne se fasse entendre".

Grosso-modo, Maalouf prouve sa capacité à aplanir, à affadir. Quelle tristesse pour ce genre de musique pleine de folie rythmique notamment, que de tout gommer, de la faire rentrer dans le rang, surtout quand on joue avec des musiciens comme François Delporte à la guitare, Stéphane Galland aux percussions et Eric Legnini au(x) piano(s) ! On se fâchera en parlant des mélodies qui n’évitent aucun cliché ou poncif du genre, l’hilarant "Escape" en est un parfait exemple, ou qui flirtent avec un jazz world version pop sans âme. Ou plutôt faites pour être facilement assimilables, une sorte de jazz FM, sans trop de saveur, passe-partout, qui n’embêtera ni ne bousculera vraiment personne.

Dommage, quand on connaît toutes les qualités (technique et sonore) du trompettiste capable de faire bien mieux que cela… On se souviendra que, déjà au CNSM, Ibrahim Maalouf était plus attiré vers une carrière tournée vers le showbiz que vers les lumières tamisées des clubs de jazz, mais cela il ne faut pas trop le dire… On gardera tout de même la tête en haut en se disant que cela fait une belle publicité pour la trompette et en pensant à cette phrase de Godard : "mieux vaut voir un mauvais film américain qu'un mauvais film slovène"…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Ibrahim Maalouf en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mercredi)
Ibrahim Maalouf en concert à Ibrahim Maalouf - Festival Les Jazzeries d'Hiver
Ibrahim Maalouf en concert à Théâtre Sébastopol (lundi 13 octobre 2014)
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet
L'interview de Ibrahim Maalouf (dimanche 22 janvier 2012)


En savoir plus :
Le site officiel de Ibrahim Maalouf
Le Soundcloud de Ibrahim Maalouf
Le Myspace de Ibrahim Maalouf
Le Facebook de Ibrahim Maalouf


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=