Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vu du pont
Ateliers Berthier  (Paris)  octobre 2015

Comédie dramatique de Arthur Miller, mise en scène de Ivo van Hove avec Nicolas Avinée, Charles Berling, Pierre Berriau, Frédéric Borie, Pauline Cheviller, Alain Fromager, Laurent Papot et Caroline Proust.

L'an passé, Ivo van Hove avait monté "Antigone" avec Juliette Binoche dans le rôle-titre de la pièce de Sophocle. On lui avait reproché une certaine rigidité dans ce qui avait tout d'un "euro-pudding" rassemblant des énergies disparates.

Avec "Vu du pont", il paraît tout de suite plus dans son élément que dans la tragédie grecque. D'emblée, le dispositif scénique choisi correspond bien à la pièce d'Arthur Miller, qui n'est pas sans analogie avec un combat de boxe.

Les spectateurs sont en effet rangés autour de trois côtés d'un carré noir qui laisse place à une scène qui pourrait être un ring rectangulaire dont le sol blanc est celui d'une salle de bain, et qui est bordé d'un rebord noir sur lequel les acteurs pourront occasionnellement s'asseoir, et notamment Alfieri, l'avocat qui raconte le fait-divers sur lequel est construit "Vu du pont".

Quand la pièce commence, deux hommes se rhabillent : ils viennent de prendre leur douche après leur travail. Ce sont des dockers new-yorkais. Ivo van Hove en a fait une "essence" de dockers et Daniel Loayza, qui a traduit la pièce, ne leur a pas donné un "phrasé" populaire, comme l'avait fait Marcel Aymé dans sa traduction.

Chez les Carbone, famille d'origine italienne, la solidarité n'est pas un vain mot, et c'est sans arrière-pensées que sont accueillis Marco et Rodolpho, deux jeunes italiens qui viennent travailler clandestinement aux États-Unis pour subvenir aux besoins des leurs restés au pays.

Mais Catherine, la fille unique d'Eddie Carbone, qu'il aime peut-être trop, tombe amoureuse de Rodolpho, l'italien blond et se met en place la terrible logique, celle de la fatalité, qui transforme un drame en tragédie.

Dans ce décor elliptique sans rien de typiquement italien, Ivo van Hove s'est refusé à l'anecdote et au détail pour se concentrer sur l'intensité qui sied au texte d'Arthur Miller. Les comédiens sont habillés simplement sans "repères" sociaux et les costumes d'An D'Huys sont plutôt élégants et éloignés de toute référence "prolétarienne".

Dans "Vu du pont", Charles Berling incarne avec une conviction toute en brutalité Eddie Carbone. Son corps se transforme au fil de la pièce en un bloc de plus en plus compact. Les acteurs qui lui font face eux aussi doivent muer. Les sentiments qui transcendaient leurs existences heureuses malgré les épreuves se délitent au fur et à mesure de l'évolution du drame.

Chacun, ici, finit par perdre sa pureté originelle et devient le contraire de ce qu'il était à l'état naturel. De l'amour à la haine, de la compassion à la vengeance, de la fraternité à la trahison, le paradis blanc ne va pas survivre. Tout est près pour un opéra de sang et de fureur.

Une plongée dans l'abîme d'un fait-divers monstrueux et stupide propice à un grand moment de théâtre, un moment à proprement parler inoubliable qui remet Arthur Miller à la place qu'il mérite.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=