Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Claire Diterzi - 69 battements par minute
Monfort Théâtre  (Paris)  octobre 2015

Concert mis en scène par Alexis Armengol, avec Claire Diterzi accompagnée par les musiciens Christophe Rodomisto, David Aknin et Antoine Simoni.

Claire Diterzi est une punk. Alors ok, elle n'a pas de crête ni d'épingle plantée dans le lobe de l'oreille, elle ne sent pas la bière ni le chien mouillé et elle est toujours propre sur elle.

N'empêche, Diterzi ça fait des années qu'elle fait bien ce qu'elle a envie de faire, avec ou sans maison de disque, avec ou sans théâtre subventionné, avec ou sans son précédent groupe les Forguette mi note. Et ce n'est pas donné à tout le monde.

Claire Diterzi est libre et s'ouvre ainsi tout le champ des possibles de la création artistique.

Bandes originales de films ("Requiem for Billy the kid"), spectacle avec Philippe Découflé ("Iris"), albums ("Boucle", "Tableau de chasse", "Rosa la rouge", "Le Salon des refusées") se succèdent sans ordre particulier avec, on l'imagine, pour seul raison le moment présent, l'envie et les rencontres (et donc les séparations). Car chacune de ses créations est fortement ancrée dans sa vie personnelle, que ce soit sur le plan amoureux, professionnel, ou parfois les deux.

On se souvient du mini scandale dans le landerneau de la musique "savante" quand Diterzi fut invitée en résidence à la fameuse Villa Medicis. Résidence qui accoucha au final du superbe "Le Salon des Refusées".

Mais là n'est pas la question du moment, puisqu'il s'agit avant tout de vous parler du nouveau spectacle de Claire Diterzi, "69 battements par minute".

Spectacle plutôt que concert car même si "69 battements par minute" est également son nouvel album, il serait réducteur de résumer à un simple concert cette heure et demie passée en compagnie du quatuor présent sur la scène du Monfort Théâtre.

Batterie, guitares, piano jouet et quelques machines discrètes meublent donc la scène dans une disposition là encore loin des classiques du rock. Les musiciens - Christophe Rodomisto, David Aknin et Antoine Simoni - étant tous sur une même ligne, occupant la totalité du large espace scénique offrant ainsi une large profondeur de champ à la protagoniste qui pourra se mouvoir à sa guise dans ces grands espaces laissés vides.

Car ce qui fait que ce "69 battements par minute" sur scène n'est pas vraiment un concert, c'est la mise en scène, discrète mais efficace de Alexis Armengol offrant à la fois un grand espace de liberté à Diterzi et profitant pleinement de la configuration "théâtre" offrant plusieurs tableaux tout au long du spectacle, faits de rideaux, de projections et de lumières, conçues par Vincent Idez, remarquablement orchestrés.

Dans le détail, le spectacle passe à une vitesse folle. A peine Claire Diterzi arrive sur scène, avec sa chaise, pour nous raconter la genèse de ce spectacle, les textes de Rodrigo Garcia, son carnet de notes prises pendant la création de cette oeuvre, l'idée de ce spectacle qu'elle semble déjà nous quitter sur un dernier titre au ukulélé ("La Broche").

Une heure trente pendant laquelle on se laisse porter par sa prose, parler et chanter, par ses textes mordants, parfois presque glauques mais curieusement toujours drôles, dans une langue française élégante. Le tout emmené par des musiciens impeccables rendant dans la mesure du possible justice à la production de l'album. Les arrangements de scène sont tout à fait à la hauteur de ce que l'on connaît de l’album et donne une énergie plus rock, un sens plus immédiat aux chansons.

Diterzi donne l'impression de voler sur scène, son élément assurément. Elle danse, sautille, court et fait même de la trottinette.

Son chant remarquablement juste, qu'elle hurle ou qu'elle murmure et sa voix incroyable ne faiblissant jamais (si ce n'est lors de la défaillance d'un micro HF qui donnait pourtant des signes de faiblesse dès le départ) et un son dans la salle quasi parfait mais avec une voix peut-être un peu sous mixée notamment par rapport à l'album, rendant parfois légèrement difficile de distinguer toutes les finesses de ses textes si l'on ne connaissait pas le disque avant - grande parenthèse pour un problème finalement pas si gênant néanmoins).

Les quelques intermèdes pendant lesquelles elle parle au public sont également partie intégrante du spectacle, et nul ne peut s'empêcher de pouffer ou de rire jaune à l'évocation de sa psy, du papier peint des toilettes de son enfance, de ses échecs amoureux ou de sa visite médicale. Mais nul besoin de vous en dévoiler plus tant il vous sera plaisant de découvrir ses explications de textes.

Le spectacle est rythmé, drôle et même s'il est encore un peu jeune, mené de main de maître de bout en bout.

Claire Diterzi, avec sa plume pointue, sa voix fantastique et ses guitares aiguisées, offre un univers assez complet (et pas complexe) à la croisée du rock, de la chanson française et du théâtre. Cela peut sembler plus difficile à appréhender mais sa musique coule pourtant facilement dans nos oreilles et dans nos coeurs.

Elle est sans conteste une des grandes de la musique française pop contemporaine, à placer non loin des Dominique A et quelques autres réputés comme "patrons de la scène musicale française" qui semble finalement oublier un peu trop souvent les femmes.

Bref, Claire Diterzi est une punk, et le théâtre un bel écrin pour y découvrir ses oeuvres. Le mélange des genres, c'est définitivement son truc ! Courrez la voir.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Tableau de chasse de Claire Diterzi
Claire Diterzi en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Claire Diterzi en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mercredi)
Claire Diterzi en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Claire Diterzi en concert à Folies Bergères (3 décembre 2008)
L'interview de Claire Diterzi (janvier 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Claire Diterzi


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=