Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Chiche Capon - LA 432
Apollo Théâtre  (Paris)  octobre 2015

Spectacle d'humour écrit, mis en scène et interprété par Fred Blin, Matthieu Pillard et Ricardo Lo Giudice dans une mise en scène de Karim Adda et Raymond Raymondson.

"Un spectacle intelligent pour ceux qui ne veulent pas réfléchir". C'est ce qu'on peut lire sur l'affiche des "Chiche Capon" et l'on a tout de suite envie d'ajouter : "ils sont quatre et ils ont autant d'esprit que quarante académiciens".

Intelligents, les Chiche Capon ? Certainement, sinon ils n'auraient pas trouvé leur "raison sociale" à Saint-Agil, dans une salle de classe où trônait Martin Squelette. Il faudrait cependant leur signaler que les Chiche-capon inventés par Pierre Véry et qui disparaissaient mystérieusement à Saint-Agil n'étaient que trois. Qui, alors, est de trop parmi eux ?

Est-ce Ricardo, le musicien bon gars ? Patrick, le maigre, créature de bande dessinée élastique aux déplacements improbables ? Frédéric dit Fred, le beau gosse à la voix de fausset ? Mathieu qui a quelque chose de Michael Palin et qu'il l'ignore puisqu'il croit avoir quelque chose de Roy Atkinson ?

Allez. On passera pour cette fois : les Trois mousquetaires étaient bien quatre... comme les Chiche Capon.

Et puis, une chose est sûre : les bestiaux sont talentueux. Dès qu'on les découvre les uns après les autres, on les adopte immédiatement. Cette empathie instantanée, c'est un sacré plus et ça les range tout de suite dans le rayonnage des grands.

Oui, soyons fous comme eux : il y a dans ce groupe préposé au non sens un arrière-petit goût de Marx Brothers. Ils pratiquent leur art avec une folie aussi contagieuse que celle que mettait dans leurs shows les trois furieux frères.

Improvisateurs hors pair, capables de faire passer de multiples incidents techniques pour des choses contenues dans le spectacle, les Chiche-capon sont d'abord drôles. Ensuite, ils sont drôles et pour finir ils sont drôles. Mais certains drôles leur reprochent leur goût du comique de répétition.

On ne les suivra pas et on saluera plutôt toute leur palette comique. Ils savent étirer des gags jusqu'à tard dans la nuit, ils n'hésitent pas à les téléphoner ou à les rater exprès. Même quand ils se hasardent dans la poésie, ils cherchent le gag qui préserve de l'émotion facile. Ils n'aiment pas le mièvre, surtout celui du samedi soir.

Un grand hebdomadaire de programmes télé, qui parle de tout sauf de télé, leur reprochait leur "humour potache". C'est au contraire ce qui est appréciable chez eux, ce goût du gros humour qui potache, bien plus difficile à imposer sur la durée que le rire réaliste d'observation.

Créatifs jusqu'au bout des cheveux, musiciens et acrobates, capables de se transformer au-delà du ridicule, ils n'ont pas "leur" univers propre, mais s'approprient toutes les planètes qui leur passent par la tête.

On en redemande avant même que le spectacle s'achève. Contrairement à ce qu'ils annoncent, le public ne sort pas de chez eux avec un cerveau disponible pour la médiocrité du dehors. Au contraire, il a gagné des neurones joyeux et quelques points de QI, car, grâce aux Chiche Capon, l'imagination est au pouvoir et leur bonne bêtise chasse la mauvaise. Un régal.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=