Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Phone Tag, vous avez un message
Théâtre des Béliers parisiens  (Paris)  octobre 2015

Pièce radiophonique de Israel Horovitz, mise en scène de Adrienne Ollé, avec Pierre-Edouard Bellanca, Laura Chétrit, Aurélien Gouas, Pierre Khorsand, Léa Marie-Saint Germain et Arnaud Perron (en alternance).

"Phone Tag" est à l'origine une pièce radiophonique d'Israël Horovitz écrite dans les années 1990 pour la BBC. La Compagnie des Aléas, dont Léa Marie-Saint-Germain est le fer de lance, a décidé de s'en emparer sur scène, après avoir déjà joué deux spectacles d'Horovitz, dont "Le Premier" en 2008.

Cette pièce, dont on a pu voir une excellente version aux Déchargeurs en mai 2015, a été énormément jouée, mais Horovitz considère que la Compagnie des Aléas en a tiré le meilleur parti. C'est pour cela qu'il est très présent pour soutenir les cinq comédiens et leur metteur en scène Adrienne Ollé dans leur tentative de monter "Phone Tag" sur les planches.

Pour réussir leur coup, ils ont eu la bonne idée de ne pas gommer l'origine du texte et, au contraire, d'en faire une espèce de "méta-personnage" avec lequel il ne faut pas cesser de composer pour que la pièce de théâtre prenne corps et ne déraille pas.

Ainsi, il y a une voix off chargée de remettre les comédiens dans le "droit" chemin quand ils n'y arrivent plus, quand la pièce radiophonique reprend ses droits. C'est le cas au début, où l'on est censé assister à une simple lecture de "Phone Tag", tapuscrit en mains des acteurs. Comme cela ne fonctionne pas puisqu'il y a plus de personnages que d'acteurs, s'installe une cacophonie qui s'achève par la décision de vraiment jouer la pièce.

Pour cela, il faut bien définir d'où l'on téléphone et à qui. Adrienne Ollé a donc imaginé que, de chaque côté de la scène, les personnages téléphonant ou "téléphoné" sont devant des grands carrés de carton de "taille humain" qui indiquent chez qui on est. Les acteurs devront les manipuler avec dextérité, les plier et les déplier en fonction de qui téléphone...

Ce dispositif pseudo-compliqué est, au contraire, d'une simplicité enfantine et propice à moult gags. Pièce sur le téléphone, pas encore totalement portable puisqu'on aura des carrés qui se déplieront sur une case "cabine téléphonique, "Phone Tag", montée ainsi par la Compagnie des Aléas, devient une mécanique irrésistible qui n'aurait pas déplu à Blake Edwards.

La pièce se suit très bien sans qu'on se préoccupe vraiment de son intrigue et de tout comprendre. Il faut dire qu'on est en confiance avec Israël Horovitz et qu'on suppose qu'il retombe toujours sur ses pattes, pas comme le pauvre chat d'un des personnages de "Phone Tag".

Petit à petit, même s'ils sont quelquefois réprimandés par la voix off deus ex machina, les acteurs s'enhardissent et utilisent d'autres appareils que le répondeur. Et - ô surprise! - l'arrivée de la vidéo, enregistrée ou en direct, ne nuit pas du tout au rythme effréné que toute la petite bande sait insuffler à la pièce d'Horovitz. Au contraire, elle ajoute des gags hilarants comme ce coup de fil passé dans une voiture sous la pluie avec des essuie-glace bien spéciaux.

Devant se démultiplier, le quintet utilise des perruques et des accents différents. De la vieille dame au copain nonchalant, il faudrait s'amuser à compter combien on aura eu de "téléphoneurs" sur scène. Mais le jeu principal consistera à découvrir ce que la guitare de Pierre-Edouard Bellanca interprète.

Car cette pièce radiophonique finit par devenir une véritable comédie musicale. S'y enchaînent les tubes pop ou folk liés à New York et Londres où l'action se déroule entre appartements et aéroports. On aura même un court instant, heureusement réprimé sévèrement par la voix-off, un extrait du "Douanier Rousseau" de la Compagnie Créole...

Pas la peine d'en dire plus. On aura compris qu'on s'amuse autant sur scène que dans la salle. On approuvera totalement Israël Horovitz qui, en présentant la pièce, affirmait qu'il ne tolèrerait aucune critique sur le travail effectué par la petite troupe composée de Laura Chetrit, Pierre Khorsand, Léa Marie-Saint Germain, Aurélien Goulas et Pierre-Edouard Bellanca. Reste à le féliciter lui aussi pour avoir permis à "Phone Tag" de prendre cette belle forme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=