Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Trois voiles
Rolla Selbak  octobre 2015

Réalisé par Rolla Selbak. Etats Unis. Drame. 1h40 (Sortie le 28 octobre 2015). Avec Sheetal Sheth, Angela Zahra, Mercedes Masöhn, Madline Tabar, Erick Avari et Garen Boyajian.

S'il était tourné par une américaine pur jus et des acteurs au teint halé par le soleil californien, ce film paraîtrait pour beaucoup de spectateurs comme une œuvre de divertissement répondant aux canons du "soap opera".

Mais, si on regarde "Trois voiles" de Rolla Selbak avec un peu plus d'attention, on va s'apercevoir que, derrière sa forme très convenue, il y a des choses peu banales dans ce film.

A commencer par un dialogue où certains personnages parlent un anglais bizarrement accentué, alors que d'autres le parsèment de mots arabes ou persans. Cette histoire, racontée trois fois sous les points de vue complémentaires de ses trois héroïnes, constitue en effet l'un des premiers films "arabo-hollywoodiens".

Alors qu'on est habitué à franchir le seuil d'un certain nombre de communautés ethniques ou religieuses qui s'additionnent aux États-Unis, c'est la première fois que l'on va ne voir vivre que des ressortissants d'origine moyen-orientale.

La force paradoxale de ce "Sex and the City" à la sauce arabe, c'est de pouvoir traiter de manière frontale, et sans soucis de pur réalisme, les problèmes qui se posent à des jeunes femmes de ces communautés alors même qu'elles sont riches, éduquées et ont assimilé les valeurs américaines.

Les trois héroïnes, Leila, Amira et Nikki, ont chacune une histoire douloureuse dont on va suivre tout ou partie dans "Trois voiles". La belle Leila est sur le papier la plus "américaine". Beauté de magazine, elle pourrait épouser n'importe quel Américain de la haute bourgeoisie.

Le hic, c'est que sa mère reste attachée à la tradition et qu'elle veut que le prince charmant de sa fille s'appelle Ali. On découvrira vite dans "Trois voiles" de Rolla Selbak l'envers de ce conte des mille et une nuits et ce qu'il advient des mélanges des genres, même dans une famille arabe huppée.

Nikki, elle, paraît la plus intégrée dans ce coin de l'Amérique le plus libérée : elle est sexy, sans tabou et promise à des gueules de bois à répétition. Encore une fois, c'est après que le puzzle des trois récits sera reconstitué que l'on découvrira le pot aux roses et la part maudite qui se cache derrière son exubérance.

Quant à Amira, au physique plus ingrat, elle est aussi celle qui porte en permanence le voile et sans doute le secret le plus lourd pour des sociétés dans lesquelles la femme ne peut pas choisir sa sexualité...

Habilement construit, "Trois voiles" de Rolla Selbak se suit sans aucune déplaisir. Les trois comédiennes sont excellentes et aucun des personnages, sauf peut-être Ali le fiancé "islamo-macho", n'est caricatural.

Au contraire, la réalisatrice sait faire vivre autour de son trio une bonne dizaine de personnages bien dessinés. Chaque famille est crédible et, grâce à "Trois voiles", on saura désormais qu'il existe des "arabo-américains", dont les voix pourraient un jour compter pour faire évoluer la perception américaine concernant les conflits du Moyen-Orient.

Mais ceci est une autre histoire... Pour l'instant, il faut découvrir "Trois voiles" de Rolla Selbak qui est bien mieux qu'une curiosité cinématographique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 3 juillet 2022 : Rythme d'été

Moins d'émissions mais toujours des chroniques tout au long de l'été sur le site évidemment, avec des spectacles, des nouvelles du Festival Off d'Avignon, des expos en région et peut être quelques concerts de temps en temps : restez connectés !

Du côté de la musique :

"Violetta y el jazz" de Emiliano Gonzalez Toro
"Leoni Leoni" de Leoni Leoni
"Circus envy" un nouveau mix à écouter en ligne signé Listen In Bed
"L'album du centenaire 1922-2022" de Odette Gartenlaub
"Folklore chapter 1" de Pilani Bubu
"Mami Wata" de Reuben's Daughters
et toujours :
"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Malade imaginaire" au Théâtre Le Lucernaire

"Boule de Suif" au Théâtre Le Lucernaire
"Novecento Pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
"B+B=BB" à La Folie Théâtre
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Hexagone" au Théâtre Essaion
les autres spectacles déjà l'affiche
et les spectacles à l'affiche du Festival Off d'Avignon

Expositions :

"ORLAN - Les femmes qui pleurent sont en colère" au Musée Picasso Paris
"Manifeste ORALN - Corps et sculptures" aux Abattoirs à Toulouse
dernière ligne droite pour "Love Brings Love" au Palais Galliera
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en streaming gratuit avec :
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Séjour dans les monts Fuchun" de Gu Xiaogang
"Rapsody" de Constance Meyer
"Sashinka" de Kristina Wagenbauer
"Corps of Tobi" d'Alexa Bakony

Lecture avec :

"Cao Bang 1950" de Ivan Cadeau
"La fille sur le coffre à bagages" de John O'Hara
et toujours :
"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=