Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Onomatopée
Théâtre de la Bastille  (Paris)  octobre 2015

Spectacle conçu par le tg STAN, De KOE, Dood Paard et Maatschappij Discordia interprété par Gillis Biesheuvel, Damiaan De Schrijver, Willem de Wolf, Peter Van den Eede et Matthias de Koning.

Au départ, assis, alignés autour de plusieurs tables de café, il y a cinq hommes en vestes blanches à la propreté douteuse, cousues de galons jaunes, qui donnent l'air à leurs propriétaires d'appartenir à une armée d'opérette ou d'être des garçons de piste.

Mais comme dernière eux, il y a une porte battante comme celle qui conduit aux cuisines d'un restaurant, on leur donne plutôt comme métier celui de garçons de café.

Mais comme on est au théâtre, même si les spectateurs ont été installés dans ce qu'on suppose être des coulisses, on se doute que ces garçons de café sont des acteurs. Des acteurs néerlandophones qui jouent avec parfois des hésitations ou des approximations dans la langue de Marguerite Duras.

Ce club des cinq, on le sait si on a lu la plaquette présentant le spectacle, est formé de la réunion des membres de quatre troupes belgo-bataves, dont la plus illustre est celle de TG Stan, connue davantage pour son sens du texte que celui du burlesque. C'est pour cela, peut-être, que ce spectacle en roue libre déconcertera.

Car, si l'on est prêt à accepter de participer à une expérience clownesque avec une forte dose de non-sens et d'absurde, plus près des Branquignols ou de l'univers de Mack Sennett que de Beckett ou de la Commedia dell'arte, on se demande vite si on ne fait pas fausse route.

En effet, les cinq larrons ne souhaitent pas être confondus avec de faux clowns primaires et bêtement apolitiques. Eux, ils ont la prétention d'avoir un message qui est inscrit sur un calicot en haut du faux-mur de papier contre lequel ils sont alignés : "L'élan spontané a disparu de l'environnement libéral que la société est (après tout) devenue à présent".

Comprendra qui peut. En tout cas, ce ne sera pas de la tarte (à la crème) pour souscrire à ce que, dans leur programme commun, ils affirment être une "joyeuse anarchie". Comme ils n'ont rien à dire, et beaucoup à répéter, il est évident qu'ils vont tout détruire et que les éléments branlants de leur univers circassien vont finir à la casse.

Cela se fera en respectant plus ou moins le public proche et dans une bonne humeur assez communicative, les spectateurs présents ignorant pour la plupart l'existence d'un autre monde, sans calicot explicatif, où se pratiquent depuis toujours ce comique de destruction.

On repense évidemment à Robert Dhéry et à ses Branquignols adeptes de ce même art, mais pour l'art de simplement faire rire dans la tradition marxiste tendance Brothers. On pense aussi à Jango Edwards et à d'autres fous furieux qui n'agissent que pour la beauté du gag et l'amusement d'un public bon enfant.

Dans "Onomatopée", il faut aussi, à un moment ou à un autre, donner sens au titre choisi. Ce sera l'objet de la seconde partie du spectacle, qu'on pourrait définir comme un "retour à la normale".

De nouveau assis en formation de combat théâtrale, le spectateur est convié à l'écoute de poèmes. Des poèmes pseudo-lettristes faisant parfois référence au gloubi-boulga, suivis d'autres bouts-rimés écrits avec plus d'efforts que de grâce. Encore une fois, tout cela n'est pas déplaisant ni déshonorant mais cadre bien peu avec l'exigence et l'aisance coutumières aux Tg STAN.

Serge Gainsbourg disait que "la connerie, c'est la décontraction de l'intelligence". On qualifiera donc "Onomatopée" de spectacle décontractant pour ses acteurs et pour ses spectateurs intellectuels. Et l'on n'émettra qu'un vœu, celui de revoir les Tg STAN entre eux, dans leur classique et consanguine formation, celle où peut éclater, avec la beauté de l'évidence, leur immense talent d'interprètes de grands textes.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=