Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Onomatopée
Théâtre de la Bastille  (Paris)  octobre 2015

Spectacle conçu par le tg STAN, De KOE, Dood Paard et Maatschappij Discordia interprété par Gillis Biesheuvel, Damiaan De Schrijver, Willem de Wolf, Peter Van den Eede et Matthias de Koning.

Au départ, assis, alignés autour de plusieurs tables de café, il y a cinq hommes en vestes blanches à la propreté douteuse, cousues de galons jaunes, qui donnent l'air à leurs propriétaires d'appartenir à une armée d'opérette ou d'être des garçons de piste.

Mais comme dernière eux, il y a une porte battante comme celle qui conduit aux cuisines d'un restaurant, on leur donne plutôt comme métier celui de garçons de café.

Mais comme on est au théâtre, même si les spectateurs ont été installés dans ce qu'on suppose être des coulisses, on se doute que ces garçons de café sont des acteurs. Des acteurs néerlandophones qui jouent avec parfois des hésitations ou des approximations dans la langue de Marguerite Duras.

Ce club des cinq, on le sait si on a lu la plaquette présentant le spectacle, est formé de la réunion des membres de quatre troupes belgo-bataves, dont la plus illustre est celle de TG Stan, connue davantage pour son sens du texte que celui du burlesque. C'est pour cela, peut-être, que ce spectacle en roue libre déconcertera.

Car, si l'on est prêt à accepter de participer à une expérience clownesque avec une forte dose de non-sens et d'absurde, plus près des Branquignols ou de l'univers de Mack Sennett que de Beckett ou de la Commedia dell'arte, on se demande vite si on ne fait pas fausse route.

En effet, les cinq larrons ne souhaitent pas être confondus avec de faux clowns primaires et bêtement apolitiques. Eux, ils ont la prétention d'avoir un message qui est inscrit sur un calicot en haut du faux-mur de papier contre lequel ils sont alignés : "L'élan spontané a disparu de l'environnement libéral que la société est (après tout) devenue à présent".

Comprendra qui peut. En tout cas, ce ne sera pas de la tarte (à la crème) pour souscrire à ce que, dans leur programme commun, ils affirment être une "joyeuse anarchie". Comme ils n'ont rien à dire, et beaucoup à répéter, il est évident qu'ils vont tout détruire et que les éléments branlants de leur univers circassien vont finir à la casse.

Cela se fera en respectant plus ou moins le public proche et dans une bonne humeur assez communicative, les spectateurs présents ignorant pour la plupart l'existence d'un autre monde, sans calicot explicatif, où se pratiquent depuis toujours ce comique de destruction.

On repense évidemment à Robert Dhéry et à ses Branquignols adeptes de ce même art, mais pour l'art de simplement faire rire dans la tradition marxiste tendance Brothers. On pense aussi à Jango Edwards et à d'autres fous furieux qui n'agissent que pour la beauté du gag et l'amusement d'un public bon enfant.

Dans "Onomatopée", il faut aussi, à un moment ou à un autre, donner sens au titre choisi. Ce sera l'objet de la seconde partie du spectacle, qu'on pourrait définir comme un "retour à la normale".

De nouveau assis en formation de combat théâtrale, le spectateur est convié à l'écoute de poèmes. Des poèmes pseudo-lettristes faisant parfois référence au gloubi-boulga, suivis d'autres bouts-rimés écrits avec plus d'efforts que de grâce. Encore une fois, tout cela n'est pas déplaisant ni déshonorant mais cadre bien peu avec l'exigence et l'aisance coutumières aux Tg STAN.

Serge Gainsbourg disait que "la connerie, c'est la décontraction de l'intelligence". On qualifiera donc "Onomatopée" de spectacle décontractant pour ses acteurs et pour ses spectateurs intellectuels. Et l'on n'émettra qu'un vœu, celui de revoir les Tg STAN entre eux, dans leur classique et consanguine formation, celle où peut éclater, avec la beauté de l'évidence, leur immense talent d'interprètes de grands textes.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=