Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pauline Drand
Interview  (Paris)  mercredi 15 juillet 2015

Nous avons rencontré Pauline Drand au mois de juillet. Un mois de juillet chaud à Paris (oui, on a du mal à s'en souvenir). Les terrasses le long du Canal de l'Ourcq débordaient tandis que les pintes de bière se vidaient. Nous étions dans un appartement qui dominaient le canal, vers Jaurès. Dans l'entrée de l'appartement, une affiche rappelait que Pauline Drand avait joué un concert en appartement, avec Eskimo et Eméah, dans ce même lieu, un mois avant.

On te présente très souvent comme "la parisienne Pauline Drand". Te reconnais-tu dans ce qualificatif ?

Pauline Drand : Je me considère comme parisienne parce que c'est la ville où je vis actuellement. Mais j'ai grandi en banlieue, dans une banlieue pavillonnaire, où l'ambiance est assez différente de la vie parisienne. Quant à ma famille, elle est très ancrée en province. Même si je n'y ai pas vécu, j'ai encore des attaches en Lorraine, en campagne, dans des milieux très ruraux. Je suis venue m'installer à Paris. Je connaissais bien la ville, mais je ne me reconnais pas dans ce terme parce que je ne pense pas correspondre à l'identité parisienne pour quelqu'un qui aurait grandi à Paris. C'est un terme qui prétend à une identité qui ne me ressemble pas vraiment. Néanmoins, Paris est une ville que j'aime vraiment, qui m'inspire dans mon écriture. Mais ce n'est pas aussi univoque que cela parce mon écriture s'inspire aussi d'éléments de la nature, d'autres villes et de pays étrangers.

Ton premier EP est sorti chez Microcultures après une opération de crowdfunding réussie. Comment ce choix d'indépendance s'est-il imposé à toi ?

Pauline Drand : On a commencé à enregistrer. On s'est retrouvé seuls, avec dix morceaux enregistrés, en complète indépendance. Nous souhaitions les sortir vite, donc le crowdfunding nous a semblé la meilleure solution. Je ne suis même pas allée voir de label. Nous avions besoin d'une mise de départ pour presser le disque, réaliser la pochette et faire connaître le projet. Mais surtout, c'était un moyen de concrétiser un lien avec les gens qui me suivaient, parfois depuis trois ans, l'époque de mes premiers concerts.

Je t'ai cherché sur des plateformes sans trouver ton disque. Comment parviens-tu à exister sans le format numérique ?

Pauline Drand : Pour le numérique, j'ai choisi de sortir les titres sous Bandcamp uniquement. Cette plateforme me semble plus à taille humaine que d'autres comme Deezer ou Spotify. Celle-ci permettait de faire écouter l'album, mais aussi de commercialiser directement les morceaux, ce qui, vu la taille de mon projet, me semblait une meilleure stratégie. En plus, il y a des gens qui recherchent de nouveaux artistes par ce biais, puisque la plateforme est plutôt orientée vers des réalisations anglo-saxonnes, américaines.

Il y a deux ou trois ans, en concert, tu reprenais Françoiz Breut, "Si tu disais", ou Jacques Brel, "Ne me quitte pas". Récemment tu as adapté "Pink moon" de Nick Drake en français sous le titre de "Lune Rousse".Cela correspond-il à un changement d'influence ou d'orientation musicale ?

Pauline Drand : Ce n'est pas une évolution de mes influences. Nick Drake était là avant. J'ai découvert Françoiz Breut sur le tard. C'est Oliver Peel qui m'en a parlé, j'ai écouté cette chanson que j'ai aimée et décidé de reprendre. J'ai décidé d'adapter Nick Drake en français, car c'est un artiste qui excelle dans son art et qu'il est très délicat de reprendre à l'identique. Si on reprend Nick Drake à la façon de Nick Drake, ça ne peut être que moins bon. J'ai donc amené un peu de mon univers en composant une intro, et comme maintenant je n'écris plus qu'en français, ça me semblait intéressant d'en proposer ainsi une autre lecture. Ça s'est fait de manière spontanée, sans la prétention de faire du Nick Drake.

Dans tes chansons, le thème des couleurs est récurrent. La peinture est-elle une forme d'art qui te parle ?

Pauline Drand : Oui, tout à fait. Je suis très sensible à diverses formes d'art, et particulièrement la littérature et la peinture. J'envisage l'écriture en musique comme le travail d'une matière à la fois sonore, mais aussi visuelle pour les images qui peuvent en naître. Je pense qu'on peut manier l'écriture comme les peintres manient leur palette. Je ne cherche pas forcément à utiliser l'écriture comme une matière littéraire, mais à utiliser le matériau à ma disposition, les mots, en les façonnant, en les mettant ensemble pour créer des images. Il est vrai que je suis attirée par les métaphores poétiques, par la symbolique.

Tu parlais, tout à l'heure, de tes influences qui pouvaient provenir d'autres pays. Tu as tourné un clip au Liban. As-tu un attachement particulier à ce pays ?

Pauline Drand : Oui. Et particulièrement à la ville de Beyrouth. J'y suis allée une première fois, et je suis tombée amoureuse de la ville, de ses habitants, d'une certaine atmosphère, d'une esthétique, de mouvements artistiques. Il y a une énergie créatrice qui m'a tout de suite parlé dans cette ville. Tout se fait très vite, sans moyens parce qu'il n'y a pas de structures institutionnelles. Le clip y a été tourné très vite. Il a été tourné à Gemmayze dans les rues commerçantes, sur la Corniche au bord de mer, dans des taxis... J'ai aussi été touché par la lumière, les sons de la ville. J'y suis retourné trois fois. J'ai travaillé avec des musiciens libanais. Ça fait deux ans que je n'y suis pas allé, mais j'ai envie d'y retourner à nouveau très vite.

Duras a-t-elle eu une influence particulière sur votre écriture ?

Pauline Drand : Je suis une grande fan. Je l'ai redécouverte il y a un an. J'ai presque tout lu d'elle. Mais je ne sais pas si elle a une influence sur l'écriture des chansons du EP parce que je me suis replongée dans son oeuvre après que les textes aient été écrits. Ce que je peux dire, c'est que je me suis retrouvée dans son écriture, et aujourd'hui c'est une source d'inspiration dans sa démarche. Duras allie la sobriété de la langue à la richesse du contenu. Le contenu est profond tout en ayant une forme assez simple. Il y a beaucoup d'évocations et de descriptions de lieux dans son oeuvre. Elle se montre attirée par l'étranger, l'Orient, l'Asie... En outre, son oeuvre est traversée d'une question féminine majeure. Alors oui, aujourd'hui, Marguerite Duras est pour moi une influence majeure parce que son oeuvre forge en moi, presque malgré moi, une esthétique, une discours, un langage.

En concert, tu t'accompagnes essentiellement à la guitare. Mais on t'a aussi vu au piano. Cet instrument pourrait-il, à l'avenir, prendre une place plus importante dans tes compositions ?

Pauline Drand : Oui, je pense. En fait, j'ai commencé par étudier le piano étant petite. J'ai arrêté. Je continue à vaguement pianoter, juste assez pour composer des mélodies simples. La guitare a l'avantage d'être simple à transporter et à utiliser en concert. L'approche de la guitare est plus spontanée pour moi, la symbolique du piano est plus pesante. Mais je pense qu'à l'avenir le piano prendra plus de place dans certaines compositions. Même si je ne sais pas encore exactement de quelle manière.

Enfin quels sont tes projets à court et moyen termes ?

Pauline Drand : Il y a la réalisation de l'album à la rentrée, avec le désir de faire vivre ce disque sur scène. Il y a aussi le souhait de faire évoluer les concerts vers une forme de groupe. En fait, tous les projets suivront la sortie de l'album.

Retrouvez Pauline Drand
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Pauline Drand Double EP de Pauline Drand
Une 2ème chronique de l'album Pauline Drand Double EP de Pauline Drand
La chronique de l'album I See Beauty : 4 poems from Karen Dalton de Pauline Drand
La chronique de l'album Faits bleus de Pauline Drand

En savoir plus :
Le Soundcloud de Pauline Drand
Le Bandcamp de Pauline Drand
Le Facebook de Pauline Drand

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol & Philippe Ache         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Pauline Drand (15 juillet 2015)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=