Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gary Gritness - Battles
Grand Mix  (Tourcoing)  jeudi 29 octobre 2015

Grosse soirée belliqueuse en bonne intelligence au Grand Mix, le rythme dans la peau de bête tendue… et autres.

La bataille commence dès la première partie, dans l'esprit qui malgré lui accorde plus d'importance qu'il ne faudrait à l'aspect du bonhomme qui est sur scène.

Gary Gritness est un peu "trop" pour être honnête. Look 90's, gros blouson, casquette enfoncée, moustache à la Magnum, lunettes noires, "chaîne en or qui brille", keytare (cet instrument mi-clavier mi-guitare qu'on croyait oublié), vocoder à fond les ballons, il nous fait le rappeur west coast antique, nappes de synthés, "flow" de gangsta, poum-clap, la totale. Il est à noter quand même que le gars est de Nancy, et qu'il a signé sur le label néérlandais Clone.

En fait, c'est à Ali G qu'il fait un peu penser. Cet alter ego de Sacha Baron Cohen, faux chanteur boombastic mais vrai comédien manipulateur (le même Cohen fera le film Borat quelques années après). Bon ici, c'est un vrai musicos, clairement, mais l'enveloppe fausse pas mal la perception. Le public cela dit, entre scepticisme et hilarité a vite choisi la troisième voie du kif total et s'est pris au jeu du dance floor.

Parce que passé le recul face à cet anachronisme revendiqué, il faut bien avouer qu'il n'a rien à envier avec plein de DJ populaires dont on regrette qu'ils soient des hommes troncs en live. Là onregrette le contraire au début, mais au fond bien obligé de reconnaître que c'est un mélange rap / soul / electro / transe / bidule (le dernier titre étant possiblement une reprise de Helmet, ancien groupe de John Stanier, héraut des Battles à venir). Et une bête de scène. Et qui pousse à aller au-delà des apparences ; ce n'était pas gagné d'avance, mais ça marche.

Après la bataille dans le verre d'eau de l'esprit étriqué, la bataille navale énorme, ludique mais intraitable, évidente et super complexe, jouissive. Battles. Dave Konopka, bassiste et guitariste, look propret, s'installe accroupi devant ses pédales innombrables, loopse des petits machins tranquilou.

On commence à reconnaître un air, et Ian Williams, l'homme aux claviers penchés et à la guitare chewing-gum arrive et en fait autant, des ptits bouts d'trucs. Et ça monte, le rythme, ça monte, ahah ! Voilà "Ice Cream" ! Morceau bizarre et réjouissant, équivoque. Et enfin l'homme. John Stanier, la moelle épinière de Battles, le batteur. Que dis-je : Le Batteur. Et bim, le Grand Mix de se prendre dans la tête les fracas syncopés, les enchaînements presque illisibles et coulants de source, la Machine.

Bataille rangée. Une application et une précision qui font peur, ils ne sont pas là pour déconner même s'ils sont loin de paraître froids (un rigolo du premier rang se verra invité à prendre la parole…), les corps ramassés ou ondulants (Williams tel un Valentin le désossé), les yeux aux aguets, ils sont au cordeau, ne s'interpellant que pour finir de régler tel ou tel bouton à l'effet obscur mais décisif manifestement.

Bataille à mains nues. C'est à dégoûter quiconque a un jour caressé l'espoir de fricoter avec une batterie. Ce type la maltraite et elle aime ça, laissez tomber. Au troisième titre, il transpire à grosses gouttes, à la fin du concert sa chemise a tout simplement changé de couleur. Il doit avoir des épaules de buffle. Ils sont alignés tous trois, la batterie au milieu, et le pompon, la cymbale haute, au-dessus de tout, c'est la Lune.

Bataille des nerfs. Au fait, on appelle ça du math rock. Parce que c'est compliqué. C'est du "maths-appliqués-rock" plutôt. Surtout ne pas chercher à comprendre. Se laisser imaginer, "imager", parce que c'est plein d'images en plus de notes. Entre mélodies orientales, coups de massues industrielles et zigouigouis rigolos, on oscille entre pleins d'univers, mais beaucoup de jeux, c'est un peu la bande originale parfaite pour jeu vidéo pointu.

Alternant des titres du sommet Gloss Drop et du dernier La Di Da Di (produit par Warp comme le reste de leur discographie), l'heure et demi passe en un rien de temps et se termine sur "The Yabba". Bataille de cordées.

S'il y avait une cathédrale à Gotham City, il faudrait l'appeler Battles.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album E.P. C B de Battles
La chronique de l'album Mountain battles de The Breeders
La chronique de l'album All the Battles de JOY
Battles en concert au Festival La Route du Rock - Collection Hiver 2006
Battles en concert au Festival de Dour 2006 (vendredi)
Battles en concert à La Maroquinerie (10ème édition des Inrocks Indie Club) (21 septembre 2006)
Battles en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Battles en concert à L'Aéronef (mardi 12 avril 2011)
Battles en concert au Cabaret Sauvage (jeudi 30 juin 2011)
Battles en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
Battles en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Battles en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Vendredi
Battles en concert au Festival La Route du Rock #26 (samedi 13 août 2016)


En savoir plus :
Le site officiel de Gary Gritness
Le Soundcloud de Gary Gritness
Le Facebook de Gary Gritness
Le site officiel de Battles
Le Soundcloud de Battles
Le Myspace de Battles
Le Facebook de Battles

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Gleizes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=