Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ingrid Caven en concert
Goethe Institut  (Paris)  novembre 2015

Concert de Ingrid Caven accompagnée par le pianiste Jay Gottlieb.

Rousse éternellement flamboyante, tenue et hauts talons noirs, Ingrid Caven s'avance avec aplomb vers le micro. Altière, arrogante, il lui suffit de quelques mots pour l'apprivoiser et s'installer dans son univers.

Dernière chanteuse expressionniste, elle pourrait n'être que le témoin de ce que fut le cabaret allemand et triompher dans la nostalgie attendue.

Pour elle, elle a une voix rompue à tous les exercices vocaux et la présence charismatique d'une grande actrice. Mais Ingrid Caven aime expérimenter et c'est du côté de la modernité qu'elle inscrit son show.

Ainsi, avec la complicité de Jay Gottlieb, qui a la modestie de mettre totalement à son service un talent de virtuose, elle peut passer des compositions de Peer Raben ("Le" compositeur des musiques des films de Rainer Werner Fassbinder) à celles de John Cage ou de Kurt Weill.

Ceux qui assisteront pour la première fois à une performance d'Ingrid Caven découvriront une facette rarement mise en avant de cette grande artiste : sa fantaisie. Sa robe noire ne rime pas automatiquement avec "tragique". En elle, couve un talent comique que Jean-Jacques Schuhl, prix Goncourt avec un "roman" intitulé "Ingrid Caven", a su faire éclater dans les textes qu'il a écrits pour elle.

On sent qu'Ingrid Caven est heureuse quand elle entend des rires dans les chansons de Schulh comme "Chambre 1050" ou "Blue Liz" et qu'elle brise ainsi la distance de la "respectabilité" due à un monument de la chanson germanique.

Avec une économie de moyens dans sa gestuelle, qui la différencie de certaines "tragédiennes" de la chanson expressionniste, elle "joue" en comédienne ses textes et ne les "surjoue" jamais en star. Aimant son répertoire, elle ne le force pas, traite pareillement une chanson mal connue de son répertoire et un "standard" qui emporte à coup sûr les applaudissements.

Evidemment, quand elle entonne un "Ave Maria" magistral, qu'elle s'amuse à mêler sa voix à celle du King Elvis ou qu'elle reprenne un extrait de Mackie, elle obtient le même triomphe que depuis "quelques décennies", selon sa jolie expression. Elle n'oublie pas de citer ceux qui l'accompagnent depuis les temps fassbindériens, Roland Girard au son, Antoinette Masiak à la lumière.

Dans une vie de spectateur, c'est un bonheur total de pouvoir dire qu'on a vu Ingrid Caven, une légende, une véritable légende qui n'a pas besoin d'être capricieuse ni de passer au Carnegie Hall pour bien faire son métier. Avec elle, pas besoin non plus d'employer toute la gamme des superlatifs.

Il suffit simplement de murmurer : Ingrid Caven est une artiste, une artiste inoubliable.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=