Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Marseillaise de Serge Gainsbourg : anatomie d’un scandale
Laurent Balandras  (Editions Textuel)  octobre 2015

Une fois n’est pas coutume surtout pour une chronique où il est question d’un livre, le texte qui suit peut et doit se lire en écoutant de la musique, mais c’est moi qui choisis le morceau, parce que sinon ça n’a aucun sens, alors cliquez sur Play et cætera.

Voilà, vous écoutez donc "Aux Armes Et Cætera" de Serge Gainsbourg, morceau datant de 1979, vous l’avez sans doute écouté plus d’une fois, c’est aujourd’hui considéré comme une "Chanson Patrimoniale", pas seulement parce que c’est presque la Marseillaise, (la musique n’est pas signée Rouget de Lisle et les paroles sont un peu modifiées) mais surtout parce que c’est LA version de Gainsbourg. Il est presque difficile à croire aujourd’hui que ce morceau ait provoqué à sa sortie un scandale, qu’il a été à la une de la presse, qu’il est devenu une affaire nationale, et cætera.

C’est à l’histoire de cette chanson, et également celle de la polémique que Laurent Balandras consacre aujourd’hui un livre. L’auteur en plus de s’occuper d’artistes comme producteur, agent, est aussi un grand connaisseur de chanson française et il est aussi un vrai grand fan de Gainsbourg. Comment reconnaître un vrai grand fan de Gainsbourg par rapport à un fan normal ? C’est assez facile en fait : quand un vrai grand fan écrit un livre sur la chanson française en général, il s’en servira forcément pour donner son avis sur "qui est / sont vraiment les compositeurs des musiques de films signées Gainsbourg ?", et c’est ce qu’il fait page 72 (je vous laisse découvrir sa réponse, je ne veux pas polémiquer et cætera).

Donc Laurent Balandras est un vrai grand fan de Gainsbourg, et un fan chanceux car il a eu l’occasion de consulter les notes et le dossier constitué par Serge lui-même autour d’Aux armes et cætera. C’est sur cette base documentaire qu’il bâtit son livre mais pas seulement, Laurent Balandras va s’attacher à montrer l’environnement, les tenants et aboutissants de cette affaire, mais résumons rapidement, et cætera.

En 1979 sort Aux Armes Et Cætera dont le morceau qui donne le titre à l’album est le premier 45 tours, il est diffusé en télévision, en radio et permet à Gainsbourg de renouer avec le succès, en fait plutôt même de "nouer", il n’avait pas vraiment eu succès en tant que chanteur jusqu’à présent hormis pour "je t’aime moi non plus", autre chanson scandaleuse. Le disque se vend bien, une nouvelle génération découvre un Gainsbourg moderne, et reggae. Le premier juin 1979, dans le Figaro Magazine, Michel Droit, écrivain résistant gaulliste, publie un pamphlet contre la version de La Marseillaise de Gainsbourg, en plus d’être assez insultant, il accuse Gainsbourg de favoriser l’antisémitisme et en profité également pour "outer" Gainsbourg en tant que juif. Une association de Parachutistes s’en mêle accusant Serge de profaner l’hymne national, allant même jusqu’à empêcher un concert à Strasbourg, et cætera.

En plus de raconter les faits, Laurent Balandras nous livre une véritable photographie des évènements, des différents protagonistes, de l’affaire qui permet de mieux comprendre le choc que cela a pu être à l’époque, une époque où la guerre n’était pas si loin, où tout n’a pas été encore réglé et où l’antisémitisme est malgré tout encore présent. Richement et abondamment illustré de photos et de fac similé d’articles de presse, de lettres tant d’insulte que de soutien, le livre explique et donne à comprendre, se permettant toutefois des analogies quelque peu hasardeuses avec les évènements de janvier 2015, comment cette histoire va transformer Gainsbourg à jamais et ce qu’une chanson peut dire d’une époque, un livre passionnant et cætera.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Gainsbourg, le génie sinon rien" de Christophe Marchand-Kiss


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=