Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce New Order
Casino de Paris  (Paris)  mercredi 4 novembre 2015

C’est toujours avec une petite appréhension que l’on se rend, ces temps-ci à des concerts, écouter tous ces groupes qui ont un peu de "bouteille". New Order en était la parfaite illustration ce mercredi au Casino de Paris. Cette crainte était d’autant plus fondée après un dernier album Music Complete qui en a laissé plus d’un sur sa faim et une formation toujours à géométrie variable entre absents et revenants… Les deux autres, Stephen Morris et Gillian Gilbert étaient donc réunis autour de Barney Sumner qui, ce soir-là, a dû endosser le costume du "patron", rôle pour lequel il n’a jamais été très à l’aise.

On pouvait craindre le pire et le meilleur est arrivé. Un début de set équilibré avec des titres à la fois récents du dernier album – "Restless" / "Tutti Frutti" – ou "Crystal" sur l’album Get Ready mais aussi très tôt dans le set "Ceremony" et un tir groupé autour de "Age of consent", "586", "Lonesome tonight" et "Your silence face" indiquant que l’on allait passer la soirée plus dans un passé ancien que récent. Ce dosage fin a permis de faire passer la pilule du dernier album dont les titres ne produisent pas d’effets surpuissants en live.

La deuxième partie du concert ne fut pas simplement un festival de tubes et une cérémonie du souvenir. Elle fut la démonstration que les grandes équipes ne meurent jamais et que les titres mythiques tels "Bizzare love triangle", "The perfect kiss", "True faith", "Temptation" ou "Blue Monday" sont intrinsèquement plus forts que ceux qui les interprètent et qu’ils gardent pour l’éternité leur pouvoir émotionnel et dansant. Cet avis quelque peu définitif trouve tout de même une exception, TomChapman n’est pas Peter Hook… Un autre fantôme hantait la soirée, Ian Curtis figurant dans un montage photo derrière le groupe avec la mention "Joy division for ever" pour les deux derniers titres du rappel, le très émouvant "Atmosphere" et l’incourtournable mais peu être inutile, en tout cas ce soit là, "Love will tear us apart".

Accompagné d’un visuel époustouflant mêlant des films, sur Manchester par exemple, mais surtout des lumières magnifiques se reflétant sur de bizarres figures géométriques qui fait de New Order un groupe musical autant que visuel. Une très belle soirée qui ne respirait pas du tout la naphtaline ni la nostalgie. Dreams never ends !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A new order rising de Washington
La chronique de l'album Live at Bestival 2012 de New Order
New Order en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (vendredi)
New Order en concert au Festival International de Benicàssim #18 (dimanche 15 juillet 2012)
New Order en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Vendredi


En savoir plus :
Le site officiel de New Order
Le Soundcloud de New Order
Le Facebook de New Order

Crédits photos : François Remoué


François Remoué         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=