Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Chronique de Manchester - 14ème épisode
Manchester  du 28 au 31 octobre 2015

Je n’étais pas retourné à Manchester depuis un an et demi, mais tout est immédiatement familier à la seconde où j’y remets les pieds. On ne pourrait pas en dire autant à propos de Berlin, par exemple, où tout semble évoluer si vite que le quartier à la mode n’est pas celui de la semaine dernière. Manchester n’est pourtant pas une ville figée, mais son rythme est décidément laidback, comme je l’évoquais ici.

Rien n’a donc véritablement changé, à part peut-être le volume sonore au Twenty Twenty-Two, qui rendait impossible toute conversation raisonnable lorsqu’on est allé y boire un verre ce vendredi soir. Les classiques hip-hop diffusés étaient, heureusement, impeccables ; et après tout, le concept est moins tourné autour des échanges verbaux qu’à coups de raquettes (il y a des tables de ping-pong un peu partout). J’admire d’autant plus le calme de la jeune responsable du vestiaire, plongée dans la lecture d’un roman de Patricia Highsmith dans le tumulte des beats et des éructations des pongistes plus ou moins alcoolisés. Le stoïcisme à l’état pur.

Voilà donc une ville qui mettrait presque à mal l’adage d’Héraclite, selon lequel on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve ; mais ce serait oublier une partie de sa signification : lorsqu’on y retourne, le fleuve a changé, et soi-même aussi. Et en effet, il y a 18 mois, James Blake n’avait pas encore bouleversé ma perception de la musique contemporaine.

J’ai pris mon avion à Genève, cette fois. Les vols depuis l’aéroport helvétique sont souvent bien moins chers que Lyon, pour peu qu’on évite l’exorbitant parking (petite astuce : se garer à Ferney Voltaire et prendre le bus Y jusqu’à l’aéroport). C’est donc en chemin vers la Suisse que j’ai découvert Overgrown, cet album incroyable jamais encore chroniqué dans ces pages, où il se passe avec l’électro chantée à peu près ce que le 41 de Swell avait fait avec le folk-rock à l’américaine : l’intelligence poussée jusqu’à l’abstraction.

Dans les chansons de James Blake, l’électronique sert une base piano-voix d’une délicatesse extrême, comme une version moderne de Nina Simone. Pas moins. Sa musique est sensuelle, voire sexuelle : il a une manière très fine d’en garder constamment sous le pied, de ne jamais tout révéler, à quelques orgasmes soniques près, ponctuant l’album avec une régularité donjuanesque. Une chanson de Blake est à prendre sur une échelle complète, que l’on doit explorer entièrement pour la comprendre. Lorsqu’on les découvre, les couplets d’ouverture peuvent sembler curieux, surprenants, tarabiscotés. Il faut attendre les écoutes suivantes, que l’on écoutera cette fois avec un léger sourire, à la fois parce qu’on aura saisi les grandes subtilités mélodiques, et parce qu’on se rendra compte qu’elles continuent de réserver de petits pièges, des détours joueurs. James Blake doit être un sacré amant.

Dans sa manière de plaquer certains accords avec un léger décalage, et d’utiliser les effets plutôt comme un peintre que comme un rat de studio, James Blake est hallucinant de maîtrise.

C’est virtuose, sans être démonstratif. Il faut le voir, petit coquin, rajouter des complexités mélodiques à son chef d’oeuvre Retrograde en concert : chez Letterman par exemple, ou dans cette magnifique session KEXP. J’avais eu la chance de voir Jeff Buckley deux fois sur scène, et c’est à cette expérience belle, violente et charnelle, que je pense par moments à l’écoute d’Overgrown.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Chronique de Manchester - 1er épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 2ème épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 3ème épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 4ème épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 5ème épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 6ème épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 7ème épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 8ème épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 9ème épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 10ème épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 11ème épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 12ème épisode - Manchester
Articles : Chronique de Manchester - 13ème et dernier épisode - Manchester


Mickaël Mottet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=