Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mariage à l'italienne
Manufacture des Abbesses  (Paris)  novembre 2015

Comédie de Edouardo de Filippo, mise en scène de Patrice Marie, avec Lyne Mucig, Alain Marcel, Michèle Zeitoun, Guy Hassid, Malika Zirari, Lama Hadid, Amélie Briend, Hugues Rivière, Enzo Bernasconi et Julian Watre-Pelle.

Pour les Italiens, Eduardo De Filippo est désormais un classique. À l’image de Sacha Guitry en France et de Noël Coward en Angleterre, c’est par le cinéma que son œuvre a pu atteindre tous les publics.

Il a lui-même mis en scène une quinzaine de films entre 1939 et 1965, parmi lesquels "Filumena Marturano" en 1951, première version de "Mariage à l’italienne", bien avant celle de Vittorio De Sica où triompheront Sophia Loren et Marcello Mastroianni, qui reprendra le rôle de Domenico Soriano créé par De Filippo lui-même.C’est dire que la barre à franchir était placée haut pour Patrice Marie.

Auteur populaire, De Filippo aimait faire parler le petit peuple de Naples, s’amuser de ses travers. Aidé par la belle traduction de Huguette Hatem, Patrice Marie a déjà évité l’écueil du phrasé "provençal", de la correspondance supposée entre Naples et Marseille.

Contrairement à certaines versions précédentes, influencées certainement par le doublage en "marseillais" des grandes comédies italiennes, les acteurs de Patrice Marie ne prennent pas un accent pour jouer les Napolitains. Pareillement, l’action se passe dans une pièce où trône une table et aucun des éléments du décor n’est vraiment connoté italien ou napolitain.

Chez De Filippo, le texte l’emporte sur le contexte et les situations inventées reposent sur des grands sentiments universels. On pourrait estimé datée cette histoire d’une ex-prostituée vivant avec un riche bourgeois napolitain qui lui fait croire qu’elle va expirer pour qu’il songe, enfin, à l’épouser sur son lit de morte. Mais c’est là où se lit le véritable génie de De Filippo : en quelques minutes, cet argument-prétexte paraît se justifier et tous les éléments qui s’accumulent pour le nourrir apportent une vraie complexité.

Quand elle révèle à Domenico, qui veut la chasser à la suite de son stratagème, qu’elle a trois enfants et que, parmi eux, il y en a un qui provient de sa chair, Filumena ajoute en gravité et en profondeur à l’intrigue de De Filippo.

De cette histoire enchevêtrée, Patrice Marie tire pourtant un récit linéaire qui cherche à respecter le fond de la pensée de son auteur. Pour cela, il a comme atout majeure une distribution parfaite dans laquelle chaque rôle, important ou secondaire, a quelque chose à proposer.

Alain Marcel (Domenico) et Lyne Mucig (Filumena) forment un couple qui sait se chamailler à un rythme alerte de vraie comédie italienne, où le rire se transforme souvent et instantanément en émotion.

L’astuce de cette adaptation tient aux moments choisis de la dispute : jamais, on ne vit l’action, mais toujours le moment d’après, celui où vient le temps de la réflexion. Au fond, très rapidement, le sujet de la pièce n’est plus le mariage en soi, mais ses conséquences et surtout la question de la paternité.

Chez De Filippo, il n’y a pas d’âmes noires mais seulement des coléreux ou des irascibles qui peuvent compliquer l’évidente solution, jamais l’empêcher. Ce théâtre, qui a toujours bon esprit et n’aime pas que les choses finissent mal, est un régal qui porte en lui de beaux moments d’humanité.

Cette version fidèle, montée avec finesse par Patrice Marie, mérite d’avoir un franc succès.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=