Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mariage à l'italienne
Manufacture des Abbesses  (Paris)  novembre 2015

Comédie de Edouardo de Filippo, mise en scène de Patrice Marie, avec Lyne Mucig, Alain Marcel, Michèle Zeitoun, Guy Hassid, Malika Zirari, Lama Hadid, Amélie Briend, Hugues Rivière, Enzo Bernasconi et Julian Watre-Pelle.

Pour les Italiens, Eduardo De Filippo est désormais un classique. À l’image de Sacha Guitry en France et de Noël Coward en Angleterre, c’est par le cinéma que son œuvre a pu atteindre tous les publics.

Il a lui-même mis en scène une quinzaine de films entre 1939 et 1965, parmi lesquels "Filumena Marturano" en 1951, première version de "Mariage à l’italienne", bien avant celle de Vittorio De Sica où triompheront Sophia Loren et Marcello Mastroianni, qui reprendra le rôle de Domenico Soriano créé par De Filippo lui-même.C’est dire que la barre à franchir était placée haut pour Patrice Marie.

Auteur populaire, De Filippo aimait faire parler le petit peuple de Naples, s’amuser de ses travers. Aidé par la belle traduction de Huguette Hatem, Patrice Marie a déjà évité l’écueil du phrasé "provençal", de la correspondance supposée entre Naples et Marseille.

Contrairement à certaines versions précédentes, influencées certainement par le doublage en "marseillais" des grandes comédies italiennes, les acteurs de Patrice Marie ne prennent pas un accent pour jouer les Napolitains. Pareillement, l’action se passe dans une pièce où trône une table et aucun des éléments du décor n’est vraiment connoté italien ou napolitain.

Chez De Filippo, le texte l’emporte sur le contexte et les situations inventées reposent sur des grands sentiments universels. On pourrait estimé datée cette histoire d’une ex-prostituée vivant avec un riche bourgeois napolitain qui lui fait croire qu’elle va expirer pour qu’il songe, enfin, à l’épouser sur son lit de morte. Mais c’est là où se lit le véritable génie de De Filippo : en quelques minutes, cet argument-prétexte paraît se justifier et tous les éléments qui s’accumulent pour le nourrir apportent une vraie complexité.

Quand elle révèle à Domenico, qui veut la chasser à la suite de son stratagème, qu’elle a trois enfants et que, parmi eux, il y en a un qui provient de sa chair, Filumena ajoute en gravité et en profondeur à l’intrigue de De Filippo.

De cette histoire enchevêtrée, Patrice Marie tire pourtant un récit linéaire qui cherche à respecter le fond de la pensée de son auteur. Pour cela, il a comme atout majeure une distribution parfaite dans laquelle chaque rôle, important ou secondaire, a quelque chose à proposer.

Alain Marcel (Domenico) et Lyne Mucig (Filumena) forment un couple qui sait se chamailler à un rythme alerte de vraie comédie italienne, où le rire se transforme souvent et instantanément en émotion.

L’astuce de cette adaptation tient aux moments choisis de la dispute : jamais, on ne vit l’action, mais toujours le moment d’après, celui où vient le temps de la réflexion. Au fond, très rapidement, le sujet de la pièce n’est plus le mariage en soi, mais ses conséquences et surtout la question de la paternité.

Chez De Filippo, il n’y a pas d’âmes noires mais seulement des coléreux ou des irascibles qui peuvent compliquer l’évidente solution, jamais l’empêcher. Ce théâtre, qui a toujours bon esprit et n’aime pas que les choses finissent mal, est un régal qui porte en lui de beaux moments d’humanité.

Cette version fidèle, montée avec finesse par Patrice Marie, mérite d’avoir un franc succès.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=