Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Visage de feu
Monfort Théâtre  (Paris)  novembre 2015

Comédie dramatique de Marius von Mayenburg, mise en scène de Martin Legros, avec Stéphane Fauvel, Sophie Lebrun, Julien Girard, Joana Rosnoblet et Baptiste Legros.

Le dramaturge allemand Marius von Mayenburg scrute, analyse et décrypte les dérives mentales et comportementales d'un monde en crise sociale, politique et existentielle avec, sous le masque du burlesque et d'inserts de grotesque borderline, une écriture acérée et anxiogène qui se révèle dès ses premières opus dont "Visage de feu".

Dans le cadre d'un huis-clos propre à prospecter la psychopathologie familiale, cette chronique d'un carnage annoncé met en scène la confrontation convulsive entre des parents plutôt compréhensifs et doltoniens mais impuissants à accompagner leurs enfants dans le passage à l'âge adulte, sans doute car eux-mêmes n'ont pas trouvé de sens à la vie, et deux adolescents en rébellion nihiliste.

Rien que de très ordinaire si n'était l'état psychotique du fils dont la puberté, à laquelle s'ajoute le fait que la soeur aînée accepte sa maturité physique et s'émancipe de leur affection incestueuse, constitue le détonateur qui va plonger la cellule familiale dans le chaos absolu. La puberté avec le dégoût du corps qui, chez lui, n'est pas que symptôme ordinaire de l'adolescence.

En effet, ce trouble prééxistait car il souffre du traumatisme de la naissance qui, en l'espèce, s'avère réfractaire au refoulement comme à la résilience, et qui, tout en laissant persister ses corollaires que sont les angoisses archaïques et la détresse, a entraîné un dégoût de son propre corps en tant que prolifération monstrueuse du corps maternel.

S'y ajoutent l'impossibilité d’identification à une figure, notamment paternelle, considérée comme positive et donc le syndrome de Peter Pan, et la fascination pour le feu qui serait le dieu primordial auquel il voue un véritable culte et auquel il finit par s'identifier à l'issue d'une interprétation erronée de la prose d'Héraclite, qui nommait ainsi non le phénomène physique mais le principe actif de vie actif, mais également en relation avec un héros des mythes et légendes germaniques prônant la destruction de l'univers par le feu.

Commence un cycle irréversible de désespoir, d'auto-destruction et de destruction orchestré avec intelligence et sagacité par Martin Legros qui évite l'écueil d'une lecture au premier degré de l'écriture semée de chausse-trappes de Marius von Mayenburg et assure une direction d'acteur au cordeau.

Dans un décor blanc minimaliste, qui ne crée pas tant un univers clinique qu'il installe une atmosphère d'irréalité exacerbant la représentation d'un réel distancié, et sous des lumières crues, tous deux conçus par Romain Delavaux, les scènes s'enchaînent d'une manière photographique, tels des instantanés flashés qui sortent du néant de l'horreur les épisodes "éclairants" de cette funeste tragédie.

Le jeu des comédiens - Stéphane Fauvel, le père, Sophie Lebrun, la mère, Joana Rosnoblet, la fille, Baptiste Legros, le fils, et Julien Girard, l'amoureux - s'avère d'une belle intensité dramatique, alors même qu'il n'est pas empreint de psychologisme, totalement en adéquation avec une partition terrifiante, miroir d'une humanité en dérélection, qui laisse le spectateur dans un état de sidération.

Un très beau travail à inscrire à l'actif du Collectif Cohue fondé par un groupe de jeunes artistes caennais.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=