Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Maestà
Andy Guérif  novembre 2015

Réalisé par Andy Guérif. France. Tableaux bibliques. 1h (Sortie le 18 novembre 2015). Avec Jérôme Auger, Mathieu Bineau Mathieu Bineau, Jean-Gabriel Gohaux, Paul Benetea, Guillaume Boissinot, Pierre Josse, François Guindon et Gregory Markovic.

Dire qu'un film n'a jamais été fait, qu'il tranche avec la production courante ou qu'il est d'une originalité radicale, est une figure de style employée assez souvent. Depuis 1895, il semble donc que tout ait été dit cinématographiquement, et que réaliser c'est redire autrement ce qui a déjà été dit.

Mais, parfois, apparaît une œuvre vraiment extraordinaire qui prend à rebrousse-poil tous les blasés.

C'est sans contestation possible ce qui arrive avec "Maestà" d'Andy Guérif, objet filmique non identifié qui, littéralement, laisse baba, pantois, la bouche ouverte. Qu'un cinéaste issu des Beaux-Arts ait décidé de reconstituer un retable représentant la passion du Christ en 26 tableaux renvoie à des projets artistiques, pas vraiment à des films emblématiques du 7ème art.

Automatiquement, on pensera au Palais idéal du facteur Cheval, aux écrits de Raymond Roussel, à certaines productions de l'art brut, à toutes ces œuvres hors système produits par de grands esprits purs, fous ou naïfs. Puis, à la réflexion, on n'imagine pas qu'un tel projet soit issu d'un esprit complètement hors rationalité. On pense alors plutôt à "La vie mode d'emploi" de Georges Perec, à une construction ludique, logique et libertaire.

L'idée de reconstituer les 26 saynètes qui composent "La Maestà", le retable peint par Duccio di Buoninsegna entre 1308 et 1311 et que l'on peut contempler au Museo dell'Opera Metropolitana del Duomo à Sienne, nécessitait à la fois une sacrée rigueur et un damné humour.

Il aura fallu sept ans à Andy Guérif pour parvenir à son but inattendu car chacune des scènes reconstituées impliquait de construire un décor spécial et une multitude de figurants pour composer ces "tableaux vivants".

Ce qui frappe de prime abord, c'est la parenté avec des "primitifs" du cinéma. L'idée de raconter les grandes heures du christianisme était naturellement venue à l'esprit des "pré-cinéastes" qui mettaient en images la crucifixion du Christ ou son procès.

Mais "Maestà" d'Andy Guérif n'illustre pas seulement le retable, il l'anime, fait passer les personnages d'une "case" à l'autre, au besoin reconstitue plusieurs actions censées se dérouler en parallèle. Pour être tout à fait clair, il y a un seul moment où, si l'on fait un arrêt sur images, on obtient le panneau peint.

Pour être encore plus clair, sur l'écran, il y a en permanence le retable, ou plutôt le décor de ses vingt-six panneaux. En général, un seul panneau est peuplé de personnages, celui où se déroule l'action en cours de la Passion du Christ. Il faut ainsi s'imaginer qu'un vingt-sixième de l'écran est occupé et que le regard du spectateur qui suit le film est forcément attiré par cette "miniature".

Voir "Maestà" d'Andy Guérif est donc une expérience unique qui nécessite une attention de chaque instant, d'autant qu'il s'en passe des choses - souvent hilarantes - avant que le cinéaste ne se mette dans les pas parfaits du peintre.

Merveille pseudo-naïve qui travaille autant l'image que le son, "Maestà" est une œuvre totalement dépaysante, voire désarmante. C'est une heure de poésie qui renoue avec ce qu'était le christianisme pour les contemporains de Duccio di Buoninsegna.

Le moment de la Crucifixion, que l'on verra deux fois dans le film, est particulièrement impressionnant. Le bruit fait par le maillet des bourreaux enfonçant les clous dans les mains et les pieds des condamnés, suivi de leurs cris, donne la mesure de l'effroyable horreur de ce supplice. Jamais, même dans les plus sanguinolentes reconstitutions de Jésus sur la Croix, on n'avait perçu ce que crucifier voulait dire.

La première fois que l'on assiste à la mise en croix est au tout début du film. Comme l'on n'a pas encore tout à fait compris les principes formels d'Andy Guérif, on aura tendance un peu à ricaner devant cette manière minimaliste, presque simplette, de montrer l'événement qui va changer l'histoire du monde. Quand on y reviendra, plus tard, dans la logique chronologique du retable, on percevra mieux combien cette simplicité absolue dit formidablement bien l'horreur de cette façon de mourir.

"Maestà" d'Andy Guérif n'est peut-être une époustouflante aberration cinématographique que pour cacher pudiquement qu'il est une grande œuvre chrétienne .

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=