Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La peau de Bax
Alex Van Warmerdam  novembre 2015

Réalisé par Alex Van Warmerdam. Hollande. Comédie dramatique. 1h36 (Sortie le 18 novembre 2015). Avec Tom Dewispelaere, Alex Van Warmerdam, Maria Kraakman, Gene Bervoets, Annet Malherbe, Eva van de Wijdeven, Pierre Bokma et Henri Garcin.

Déjà le dixième film pour Alex Van Warmerdan, sans doute l'un des plus grands cinéastes néerlandais avec Paul Verhoeven.

Le réalisateur des "Habitants" et de "Borgman" est devenu célèbre pour son cinéma étrange, absurde, pas très loin de la galaxie surréaliste.

Son dernier film "Borgman" aurait pu être rapproché des cinémas de Luis Bunuel ou de Roy Andersson et, même s'il n'était pas toujours réussi, était un bel exercice mêlant humour et formalisme. Sorti il y a peu, "The Lobster", prix du Jury à Cannes, du premier de la classe cinématographique Yorgos Lanthimos lui devait une fière chandelle.

Dans "La peau de Bax", l'ambition d'Alex Van Warmerdam paraît plus réduite et cette histoire de tueur à gage devenant la proie d'un de ses confrères n'est pas à première vue d'une grande originalité.

Quand le film commence, on a même les ingrédients d'une série B tranquille dont tous les pièces du scénario semblent aussitôt posées. Schneider va fêter son anniversaire et sa belle femme et ses charmantes fillettes sont pleines d'attention en cette journée spéciale.

Sauf qu'un coup de fil survient : il va devoir partir accomplir une mission. On comprend qu'il s'agit d'un contrat, que Schneider est un tueur et qu'il devra accomplir une tâche sanglante - tuer Bax - avant de revenir tranquillement goûter aux joies de son dîner d'anniversaire.

Film apparemment routinier, "La Peau de Bax" d'Alex Van Warmerdam va vite montrer qu'il trompait son monde. D'abord, la "scène de crime" a pour cadre un extraordinaire paysage de marais, avec au milieu d'un paysage d'herbes hautes et de roseaux, une belle maison moderne en forme de rectangle blanc. Ensuite, comme on s'en doute, les choses ne se dérouleront pas comme prévu et peu à peu surgiront quelques personnages singuliers pour perturber la banalité du crime attendu.

Parmi eux, la fille de Bax, psychologiquement très perturbée, et qui, à l'instar des autres figures du film, va devoir souvent se retrouver dans l'eau, dans ce paysage inextricable d'herbes hautes appartenant à une zone protégée.

Comme toujours chez Van Warmerdam, les plans sont superbement composés amenant leur lot d'étrangeté. Ici, l'atmosphère a quelque chose de celle des premiers films d'Ozon et l'on ne peut que constater la virtuosité du réalisateur néerlandais qui d'un argument très ou trop simple tire un film qui gagne de minute en minute en complexité.

On retrouvera aussi quelque chose de "kaurismakien" dans les personnages, à commencer par celui de Schneider, le tueur méthodique et procédurier interprété par Tom Dewispaelere. On saluera également la composition du réalisateur en Bax, ainsi que l'apparition dans son beau costume blanc immaculé du grand Henri Garcin dans un rôle de papy pas très recommandable.

"La Peau de Bax" d'Alex Van Warmerdan est un film qui ne sent pas la "manière", critique que l'on pouvait faire jadis à l'auteur de "La Robe". Son cinéma s'est épuré, a gagné question humour, et ne se complaît dans aucune démonstration.

Autre bonne nouvelle : Alex Van Warmerdan semble résolu à tourner davantage. Qu'il n'hésite pas à continuer dans la veine qui lui réussit, celle de "La Peau de Bax"

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=