Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La peau de Bax
Alex Van Warmerdam  novembre 2015

Réalisé par Alex Van Warmerdam. Hollande. Comédie dramatique. 1h36 (Sortie le 18 novembre 2015). Avec Tom Dewispelaere, Alex Van Warmerdam, Maria Kraakman, Gene Bervoets, Annet Malherbe, Eva van de Wijdeven, Pierre Bokma et Henri Garcin.

Déjà le dixième film pour Alex Van Warmerdan, sans doute l'un des plus grands cinéastes néerlandais avec Paul Verhoeven.

Le réalisateur des "Habitants" et de "Borgman" est devenu célèbre pour son cinéma étrange, absurde, pas très loin de la galaxie surréaliste.

Son dernier film "Borgman" aurait pu être rapproché des cinémas de Luis Bunuel ou de Roy Andersson et, même s'il n'était pas toujours réussi, était un bel exercice mêlant humour et formalisme. Sorti il y a peu, "The Lobster", prix du Jury à Cannes, du premier de la classe cinématographique Yorgos Lanthimos lui devait une fière chandelle.

Dans "La peau de Bax", l'ambition d'Alex Van Warmerdam paraît plus réduite et cette histoire de tueur à gage devenant la proie d'un de ses confrères n'est pas à première vue d'une grande originalité.

Quand le film commence, on a même les ingrédients d'une série B tranquille dont tous les pièces du scénario semblent aussitôt posées. Schneider va fêter son anniversaire et sa belle femme et ses charmantes fillettes sont pleines d'attention en cette journée spéciale.

Sauf qu'un coup de fil survient : il va devoir partir accomplir une mission. On comprend qu'il s'agit d'un contrat, que Schneider est un tueur et qu'il devra accomplir une tâche sanglante - tuer Bax - avant de revenir tranquillement goûter aux joies de son dîner d'anniversaire.

Film apparemment routinier, "La Peau de Bax" d'Alex Van Warmerdam va vite montrer qu'il trompait son monde. D'abord, la "scène de crime" a pour cadre un extraordinaire paysage de marais, avec au milieu d'un paysage d'herbes hautes et de roseaux, une belle maison moderne en forme de rectangle blanc. Ensuite, comme on s'en doute, les choses ne se dérouleront pas comme prévu et peu à peu surgiront quelques personnages singuliers pour perturber la banalité du crime attendu.

Parmi eux, la fille de Bax, psychologiquement très perturbée, et qui, à l'instar des autres figures du film, va devoir souvent se retrouver dans l'eau, dans ce paysage inextricable d'herbes hautes appartenant à une zone protégée.

Comme toujours chez Van Warmerdam, les plans sont superbement composés amenant leur lot d'étrangeté. Ici, l'atmosphère a quelque chose de celle des premiers films d'Ozon et l'on ne peut que constater la virtuosité du réalisateur néerlandais qui d'un argument très ou trop simple tire un film qui gagne de minute en minute en complexité.

On retrouvera aussi quelque chose de "kaurismakien" dans les personnages, à commencer par celui de Schneider, le tueur méthodique et procédurier interprété par Tom Dewispaelere. On saluera également la composition du réalisateur en Bax, ainsi que l'apparition dans son beau costume blanc immaculé du grand Henri Garcin dans un rôle de papy pas très recommandable.

"La Peau de Bax" d'Alex Van Warmerdan est un film qui ne sent pas la "manière", critique que l'on pouvait faire jadis à l'auteur de "La Robe". Son cinéma s'est épuré, a gagné question humour, et ne se complaît dans aucune démonstration.

Autre bonne nouvelle : Alex Van Warmerdan semble résolu à tourner davantage. Qu'il n'hésite pas à continuer dans la veine qui lui réussit, celle de "La Peau de Bax"

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=