Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La coupe à dix francs
Philippe Condroyer  novembre 2015

Réalisé par Philippe Condroyer. France. Drame. 1h40 (Sortie le 18 novembre 2015 - Première sortie 1975). Avec Didier Sauvegrain, Roseline Villaumé, François Valorbe, Marius Balbino, Alain Noël, Jean-Pierre Frescaline, Benoît Tostain et Hervé Lasseron.

Il y a des films qui reviennent de loin, "La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer est de ceux-là.

Quand il est sorti en 1975, le film fut rattaché à une mini-vague naturaliste qui comprenait "Les Doigts dans la tête" de Jacques Doillon, "Il pleut toujours quand c'est mouillé" de Jean-Daniel Simon, "Le Voyage d'Amélie" de Daniel Duval.

C'est finalement Doillon et son apprenti-boulanger en révolte contre son patron qui attira l'attention générale, laissant à "La coupe à dix francs", qui pouvait largement rivaliser en qualité et en intérêt du public, la seule estime des critiques.

Philippe Collin, dans "Elle", résuma parfaitement toute la force d'un film qui n'exprimait pas une thèse politique mais fouillait les entrailles d'une société toujours bloquée malgré l'illusion de mai 1968 : "La coupe à dix francs par le seul déroulement de sa logique palpitante ne nous explique rien, ne nous fait rien comprendre mais nous fait tout savoir"

Les plus anciens revivront en revoyant "La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer les temps pompidoliens du gaullisme en décomposition, cette période lointaine où la majorité civile était à 21 ans et dans laquelle bien des parents étaient soumis à l'ordre ancien, celui des notables de province tout-puissants.

Les plus jeunes découvriront ce qu'était la réalité de ces illusoires "Trente glorieuses", cette France pas encore tout à fait moderne où il y avait encore du travail dans des petites entreprises dans des petits centres urbains.

A l'époque où régnait le cinéma bourgeois de Chabrol et de Sautet, Philippe Condroyer a réalisé un film à contre-courant, un des derniers films à mettre en avant des personnages populaires. Ceux qui vont totalement disparaître quand on décidera, en haut lieu cinéphilique, que les faux prolos arrogants de Pialat sont la vérité unique et définitive pour représenter le prolétariat.

Le petit couple formé par Didier Sauvegrain et Roseline Villaumé, composé d'un ouvrier menuisier que son patron veut soumettre en l'obligeant à se faire couper les cheveux et d'une postière, on ne le reverra jamais plus. Pourtant, il n'est que la continuité du cinéma populaire à la française, les dialogues de Prévert en moins.

Symbolique sera donc sa fin radicale, effroyable et elle clôt sans le savoir une page de l'histoire du cinéma français, de l'histoire de France tout court.

"La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer, dont ce fut hélas aussi le dernier film de "cinéma", a osé aller jusqu'au bout de la violence sociale. Son film témoigne aussi de l'inanité du discours soixante-huitard pour un jeune ouvrier des années 1970. Rien n'a changé pour lui et rien ne pourra changer puisque la crise va bientôt arriver.

Il ne faut pas voir "La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer avec la nostalgie d'une époque révolue où perdurait quand même une certaine solidarité de classe. Il faut le voir pour comprendre comment le cinéma, censé représenter une société, s'en éloigne définitivement pour ne plus en proposer qu'une version fictionnée pour classes moyennes.

Reste que désormais, grâce au numérique, "La coupe à dix francs" est de retour et que c'est un bien beau film.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=