Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Pire. Personne. Au monde.
Donald Coupland  (Editions Au Diable Vauvert)  août 2015

Depuis 2004, avec "Toutes les familles sont psychotiques", les Editions Au Diable Vauvert publient les romans du dynamiteur social Douglas Coupland, dont "Génération A", et "Joueur 1", qui décrypte et dynamite les dérives sociétales postmodernes.

Son dernier opus en date intitulé "La Pire. Personne. Au monde." surprend doublement. D'une part, parce que l'auteur annonce dans une brève préface que ce roman constitue une tentative de réanimation d'un genre de la littérature chinoise classique correspondant au carnet de notes, celle du biji tel qu'il résulte de la définition Wikipédia.

Ce qui explique qu'il est ponctué de quelques brefs inserts concernant, au hasard et entre autres, l'oxycontin, le spork, l'allergie aux noix, Stonhenge et Mister Bean, dont non seulement le contenu et l'intérêt laissent dubitatif, mais ne forment qu'une portion congrue dans un roman homodégétique de facture classique. D'autre part, il ressort au genre du comic dès lors que les péripéties vécues par le narrateur s'avèrent aussi rocambolesques qu'invraisemblables.

Roman empathique sans doute par sa résonance avec ce que le lecteur peut subodorer du plaisir jubilatoire de son ateur qui use d'une écriture et d'un univers qui se situent au centre d'une trinité formée par Dan Fante, Bukowski et Donald Westlake, et le plaisir du traducteur Walter Gripp.

La quarantaine venue, Raymond Gunt, prototype de l'anti-héros détestable et cumulard car misanthrope, homophobe, xénophobe, machiste et davantage encore, se trouve à un moment de sa vie où il est au bout du rouleau.

Et triplement impuissant, impuissance professionnelle (réalisateur devenu improductif),sexuelle (corollaire d'un alcoolisme avéré et d'une addiction aux stupéfiants) qui le ramène à une sexualité infantile au stade anal (il érectue par tous les orifices) et existentielle (écoeuré par son humanité ravagée, la haine de soi entraînant la haine de l'autre) et immature, son dieu et figure héroïque étant Jason Bourne, un des personnages récurrents du romancier Robert Ludlum.

Au bord de la clochardisation, il revient vers son ex-femme, la queue entre les jambes au sens propre comme figuré, un warrior qui répond au doux prénom de Fiona une femme superbe qui lui a fait endurer "les pires saloperies" et qu'il qualifie, avec le langage châtié devenu son seul viatique, de "vide couilles ratatiné, anti-coït et bombe nucléaire de souffrance", qui dirige une florissante agence de casting.

Pas question pour celle-ci, qui connaît bien son ex-bonhomme, de dégainer le porte-feuilles. Tout au plus lui propose-t-elle un job de cameraman dans une émission de télé-réalité de survie en milieu hiostile qui doit se dérouler dans une île du Pacifique sud.

Ce qui entraîne l'abominable Raymond, secondé par un sdf qu'il a sorti du caniveau et qui devient son assistant, et son double positif, intelligent, entreprenant et séducteur, dans un espirale infernale qui le fait tourner en rond, dans tous les sens du terme, et l'empêche de rejoindre la fameuse île.

Nonobstant la verve couplandienne, cet interminable "very bad trip", qui ne mène nulle part tout en sacrifiant au happy end rédempteur, finit par faire également tourner en rond le lecteur, de surcroît, saturé par le flot d'insanités et de grossièretés fielleuses déversé par le quidam. Donc pour les amateurs du genre.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=