Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Vie pure
Jérémy Banster  novembre 2015

Réalisé par Jérémy Banster. France. Drame. 1h33 (Sortie le 25 novembre 2015). Avec Stany Coppet, Aurélien Recoing, Elli Medeiros, Daniel Duval, Alex Descas, Jérémy Banster, Marie-Gaëlle Cals et Barbara Cabrita.

En ressuscitant la grande figure héroïque de Raymond Maufrais, explorateur disparu à 24 ans en pleine forêt guyanaise, "La Vie pure" de Jérémy Banster réussit d'emblée son objectif.

Qui, après avoir vu le film, et Stany Coppet dans le rôle de Maufrais, oubliera cette aventure insensée qui se termine par la disparition d'un jeune homme hardi, plein de courage et de rêve ?

Parti de Cayenne en canoë fin septembre 1949, Raymond Maufrais, à la recherche de régions inexplorées et de leurs populations indiennes, s'enfonça dans la forêt amazonienne au moins jusqu'en fin décembre de la même année. Tenant son journal de bord, il a raconté tout ce qui lui arrivait jour après jour.

Ce récit s'achève le 13 janvier 1950, quand il abandonne son carnet près d'un arbre avant de se jeter à l'eau. Un Indien découvrira ses affaires et ; quelques mois plus tard, son père ayant pris possession de ses notes, organisera la première de la bonne vingtaine d'expéditions qu'il montera pour retrouver son fils.

C'est cette matière riche du rêve insensé d'un jeune aventurier au grand coeur que Jérémy Banster a voulu recréer sur l'écran avec l'aide inestimable de Stany Coppet, totalement dans la peau de Raymond Maufrais.

Avant de précipiter son héros dans cette forêt d'une beauté folle qui sera son tombeau, Jérémy Banster l'a volontairement inscrit dans une ambiance très fin des années quarante. Couleur en plus, tout le début du film rappelle le cinéma très décoratif de l'époque.

Le père et la mère de Raymond Maufrais paraissent sortis d'un catalogue de mode ou d'arts ménagers. Pipe en bouche, Aurélien Recoing est un Edgar Maufrais que l'on croirait en provenance d'un numéro de Spirou où il interpréterait le fameux "Oncle Paul".

Cette référence n'est pas saugrenue puisque l'on aura aussi vu le jeune Raymond en scout, genre "Patrouille des Castors", trouvant dans le ciel étoilé, de quoi faire naître sa vocation d'explorateur..

Pareillement, le Cayenne où il prépare son expédition a quelque chose à voir avec les lieux lourds de fatalité dont se nourrira le cinéma français au cours des années cinquante. Daniel Duval, que l'on aperçoit avec beaucoup d'émotion dans l'une de ses dernières compositions, en fournit la preuve, en ancien bagnard alcoolique en toute fin de parcours.

Mais quand Raymond quitte ces anciens parapets chers à Rimbaud, le film abandonne sa gaine volontairement sclérosée pour éclater en beauté et en sauvagerie. Bientôt, Stany Coppet sera l'unique personnage vivant du film. En quête d'absolu, il deviendra absolument méconnaissable en naufragé de la forêt. Seul à des milliers de kilomètres de son premier semblable, il se condamnera même à la pire des solitudes quand la faim l'obligera à un acte de barbarie envers son dernier compagnon.

Dans cette Amazonie étouffante, même filmée sur écran large, Jérémy Banster fait parfaitement sentir la nature du piège qui se referme sur Raymond Maufrais et qui le fait sombrer dans une espèce de folie mêlée de peur de mourir. En le voyant vainement avancer dans cet enfer vert, on pense évidemment aux récits épiques de Werner Herzog.

Mais Raymond Maufrais n'est pas Aguirre, ni Stany Coppet Klaus Kinski. Quand il comprend que sa soif de terres inconnues et de peuples purs ne peut plus être étanchée, il ne se proclame pas Dieu mais tente un exercice incroyable de survie.

Rarement film n'aura disséqué à ce point le sens de l'aventure humaine. Promis à la gloire s'il avait réussi, Maufrais n'est déjà plus qu'un clochard dérisoire au moment où il s'abandonne au désespoir dans un dernier geste que le film rend sublime.

Parallèlement à l'acharnement désespéré de Raymond pour s'extraire de ce labyrinthe marron vert, Jérémy Banster en revient à Edgar déjà prêt à épuiser toutes les solutions pour tenir à nouveau son fils dans ses bras. Ce n'est pas forcément le meilleur du film, même si vouloir montrer que ce père s'avérait aussi admirable que son fils était une légitime tentation.

"La vie pure" de Jérémy Banster est un récit plus grand que la vie. Cette aventure hors du commun unit à tout jamais dans les mémoires des spectateurs Raymond et Edgar Maufrais.

Un film à voir pour avoir des rêves encore plus beaux.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 janvier 2021 : Cette semaine c'est CONCERT !

C'est reparti pour une semaine rythmée par le couvre feu, en attendant pire ? peut être. Mais d'ici là voici quelques découvertes culturelles qui espérons-le vous plairont. Par ailleurs, samedi on reprend les concerts en ligne, venez nombreux soutenir les artistes ! Et bien entendu on commence par le replay de la MAG #19.

Du côté de la musique :

"Timbaland" le mix #10 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Avenue des Falquières" de 17f
"Go" de Célia Forestier & Komorebi
"Accents" de Ensemble K & Simone Menezes
"Live recital 'Correspondance'" de Jean-Baptiste Fonlupt
"A place that has no memory of you" de Laurent Dehors & Matthew Bourne
"Là, la lumière particulière" de Léopoldine HH
"C'est une parole" de Louis Arti
"A la ligne" de Michel Cloup, Pascal Bouaziz & Julien Rufié
"Night network" de The Cribs
Interview de Yann Landry autour du nouveau label Tadam Records
et toujours :
"The missing view" de Sol Hess en concert sur la TV de Froggy le 30 janvier
"Théo Charaf" de Théo Charaf
"Welfare jazz" de Viagra Boys
"Adonais" de Bruno Ducol
"Collector" de Chapi Chapo
"Regard 1882" de Duo Neria
"Mozart piano 4 hands" de Duo Pégase
"The fates EP" de Grandma's Ashes
"Folies berbères" de Karimouche
"Wasteland : What ails our people is clear" de Lice
"Another night in" le mix #9 de Listen In Bed

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le Chemin de fortune et Le Legs" de Marivaux
"Le Pays lointain (Un Arrangement)" de Jean-Luc Lagarce
"Féminines" de Pauline Bureau
"La Chose commune" de Emmanuel Beix et David Lescot
"Treize à table" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Le plus beau jour" de David Foenkinos
"Madame Arthur dépoussière Queen"

Expositions :

en virtuel :
"Bruce Nauman" à la Tate Modern
"David Hockney - Ma Normandie" à la Galerie Lelong
"Marc Riboud - Histoires possibles" au Musée Guimet
"Voyages d'hiver - Regards sur les collections" au MuMa Le Havre
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol

Cinéma :

at home :
"Plein Sud" de Sébastien Lifshitz
"La mécanique de l'ombre" de Thomas Kruithof
"Un chat un chat" de Sophie Fillières
"Dieu seul me voit" de Bruno Podalydès
"Au loin s'en vont les nuages" d'Aki Kaurismaki
"The Swann" de Asa Helga Hjörleifsdóttir

Lecture avec :

"Créatures" de Crissy Van Meter
"La traversée" de Pajtim Statovci
"Le rêve de l'assimilation : de la Grèce antique à nos jours" de Raphael Doan
"Les enfants de la clarée" de Raphael Krafft
"Solitudes" de Niko Tackian
"Une gifle" de Marie Simon
et toujours :
"Belladone" de Hervé Bougel
"Le chant du perroquet" de Charline Malaval
"Les grandes occasions" de Alexandra Matine
"Nos corps étrangers" de Carine Joaquim

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=