Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ödipus der Tyrann
Théâtre de la Ville  (Paris)  novembre 2015

Tragédie de Friedrich Hölderlin d'après Sophocle, mise en scène de Romeo Castellucci, avec Bernardo, Arias Porras, Iris Becher, Jule Böwe, Rosabel Huguet, Ursina Lardi et Angela Winkler.

L'heure serait venue du glas qui sonne la fin des grandes stars internationales du théâtre ?

Après les sifflets qui ont accueilli la "Primera carta" de lAngélica Liddell, la première parisienne de l'"Ödipus der Tyrann" de Romeo Castellucci n'a pas fait un triomphe. Car si l'affiche suscite la curiosité, car le chantre du théâtre mutique se confronte à un texte dialogué et met en scène la troupe du Théâtre La Schaubühne de Berlin réputée pour son excellence, pour le moins, le spectacle déconcerte.

Comme il est difficile d'abandonner ses fondamentaux, il commence par un très long - et ennuyeux - prologue muet quoique saturé d'éthérés chants religieux pendant lequel se déroule, à grand renfort de virtuosité technique, un incessant ballet de décors ténébreux immergeant le spectateur dans la vie quotidienne d'un couvent de moniales durant l'agonie d'une religieuse phtisique.

Le rapport avec Oedipe, figure de la mythologie grecque, la découverte par une religieuse d'un livre renfermant le texte de la tragédie écrite par Friedrich Hölderlin qui servait de cale au lit de la défunte.

Fiat lux et apparaît un temple primitif comportant un autel sommaire, duquel apparaîtront les objets de la liturgie chrétienne, dans lequel va se jouer la tragédie d'Oedipe. Mais non celle du héros thébain de l'Orestie qui scelle le crépuscule des dieux, mais un Oedipe biblique, avec la révélation d'un dieu unique, un dieu d'amour symbolisé par le Christ, au terme d'une interprétation préexistante reprise par Romeo Castellucci.

Ainsi, partant du principe qu'Oedipe serait un martyr, c'est Jésus qui porte ses paroles, et la Vierge Marie, Saint-Pierre et Saint Jean-Baptiste celles de Jocaste, Créon et Tisérias.

Quel que soit l'entendement sur le fond du propos et le paradigme castellucien, le spectacle proposé s'inscrit dans un théâtre de décorateur, en raison de l'importance accordée à la spectacularité des décors et un théâtre d'images esthétisantes qui résulte du talent de Romeo Castellucci, signataire de la scénographie, et du créateur lumières Erich Schneider qui la sublime, à construire des tableaux, en l'espèce inspirés de la peinture nazaréenne, pour indique-t-il susciter une image qui ne serait ni visible ni sensible mais imaginée par celui qui regarde.

Mais, hors leur beauté formelle, ces images restent vides de sens pour le commun des mortels comme le texte abscons et antithéâtral de Friedrich Hölderlin déclamé, de manière statique et absolument pas incarnée, essentiellement par des officiantes, car il renverse la tradition antique qui excluait les femmes de la scène, qui semblent dans un état de quasi-hébétude sulpicienne,

En épilogue, sur la scène vide, une trinité de petites masses informes, mouvantes et "pétantes", dont la signification est laissée à la sagacité du spectateur.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 janvier 2021 : Voir le bon côté des choses

Dans ce couvre-feu avancé à 18h il faut voir le bon côté des choses, vous aurez du temps pour lire, écouter des disques, voir des films et des capataions de spectacles et surtout pour nous rejoindre sur la TV de Froggy's Delight sur laquelle nous vous préparons une nouvelle Mare Aux Grenouilles et une nouvelle série de concerts en direct ! Suivez la chaine, c'est gratuit, pour ne rien manquer !

Du côté de la musique :

"The missing view" de Sol Hess en concert sur la TV de Froggy le 30 janvier
"Théo Charaf" de Théo Charaf
"Welfare jazz" de Viagra Boys
"Adonais" de Bruno Ducol
"Collector" de Chapi Chapo
"Regard 1882" de Duo Neria
"Mozart piano 4 hands" de Duo Pégase
"The fates EP" de Grandma's Ashes
"Folies berbères" de Karimouche
"Wasteland : What ails our people is clear" de Lice
"Another night in" le mix #9 de Listen In Bed
et toujours :
"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le Jeu des ombres" de Valère Novarina
"Nous l"Europe : le banquet des peuples" de Laurent Gaudé
"Les Justes" d'Albert Camus
"Icone" de Gérard Watkins
"Hamlet Kebab" de Rodrigo Garcia
"Comme il vous plaira" de Shakespeare
"Figaro divorce" de Odon von Orvath
"Ebauche d'un portrait" de Jean-Luc Lagarce
"Pichet Klunchun and myself" de Jérôme Bel et Pichet Klunchun

Expositions :

en virtuel :
"Joan Miro Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon

Cinéma :

at home :
"L'Exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Caché" de Michael Haneke
"Métisse" de Mathieu Kassovitz
"Sauvage" de Nicolette Krebitz
"Arlington Road" de Mark Pellington
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Fin du monde" de Carolina Hellsgard
et un Spécial Georges Méliès
avec "Le mystère Méliès" documentaire de Eric Lange et 13 courts métrages

Lecture avec :

"Belladone" de Hervé Bougel
"Le chant du perroquet" de Charline Malaval
"Les grandes occasions" de Alexandra Matine
"Nos corps étrangers" de Carine Joaquim
et toujours :
"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=