Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Scènes pour une conversation après le visionnage d'un film de Michael Hanecke
Théâtre de la Bastille  (Paris)  novembre 2015

Spectacle conçu et mis en scène par la Compagnie El Conde de Torrefiel d'après un texte de Pablo Gisbert, avec David Mallols, Isaac Forteza, Quim Bigas, Mario Pons-Macià et Tanya Beyeler.

D'abord dire - et le Collectif El conde de Torrefiel en convient lui-même - que le titre du spectacle est une pure imposture. Ici, il ne sera jamais question de "scènes pour une conversation après le visionnage d'un film de Michael Haneke".

Mais ce faux-titre dit bien ce que le spectacle veut dire : une certaine banalité bobo prétentieuse, où l'on ne peut converser qu'après avoir vu un film d'un réalisateur professeur, possesseur de deux palmes d'or pleines d'ennui didactique.

Pas question pour le quintet (quatre gars, une fille) de parler autour d'un James Bond. Le film référence chez eux est la plus ambiguë des œuvres de Lars Von Trier, "Melancholia" et sa fin du monde fasciste.

Apparemment, El Conde del Torrefiel n'est pas dupe des histoires minuscules qu'il conte. Il les conçoit comme la description clinique de l'univers de jeunes post-bourgeois catalans entre bars branchés et semaine de vacances dépaysantes.

Si l'on adhère à leur démarche, on pourrait écrire qu'ils sont le croisement parfait du Philippe Delerm de "La première gorgée de bière" et du Georges Perec des "Choses". Evidemment, si on ne fonctionne pas à leur dispositif, on n'y verra qu'une illustration banale de la banalité, cachée derrière quelques provocations potaches.

En effet, à l'extrême droite de la scène, statique devant un micro, un des cinq mousquetaires de dos au public, psalmodie un texte, qui, peut - ou non - être celui qui s'inscrit sur le fond blanc qui occupe l'arrière de la scène. Pendant ce temps, entre danse et mime, les autres membres ou seulement quelques-uns d'entre eux illustrent ses propos.

En ouverture du spectacle, on pourra ainsi voir un zizi prenant diverses formes en sortant du trou d'une plaque blanche qui cache son possesseur, selon le principe des "back rooms". A l'occasion, se développeront quelques mouvements incongrus comme ce moment où les quatre acteurs actifs seront à la queue leu leu à quatre pattes.

Dans l'ensemble, les dix saynètes sont plaisantes et les textes chuchotés sous fond musical électronique bien écrits. En quelques mots, on saisit les situations, comme celle de cet homme heureux qui rentre dans un bar et ne l'est plus quand il en sort.

Concis comme une narration rock, l'univers du groupe a sa cohérence. Il a tout pour envouter par sa séduction minimale, reste que, malgré sa brièveté, "Scènes pour une conversation après le visionnage d'un film de Michael Haneke" perd peu à peu en force. Cet effet "déceptif" est-il aussi calculé que le reste ? N'est-ce pas là, la preuve que le sujet a été traité dans toute sa fatalité ?

Eu égard à la jeunesse des protagonistes, on conclura surtout que leur travail est en devenir et que cette fin pas très aboutie indique qu'ils sont en pleine recherche. On est impatients de savoir si leur démarche ne débouchera que sur une belle habilité formelle ou si elle les fera aller dans des directions plus fortes et plus inattendues.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=