Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Foi Amour Espérance
Usine Hollander  (Choisy-le-Roi)  novembre 2015

Comédie dramatique de Ödön von Horváth, mise en scène de Patrice Bigel, avec Francis Bolela, François Chanut, Karl-Ludwig Francisco, Bettina Kühlke, Adèle Le Roux, Jean-Michel Marnet, Noémie Nael, Juliette Parmantier et William Santucci.

Parmi les auteurs allemands de l'époque de la République de Weimar, Ödön von Horvarth a été sans doute le premier à comprendre la nature du national-socialisme et à s'y opposer de toutes ses forces.

Comme le film de Fritz Lang, "M le Maudit" qui lui est contemporain, "Foi Amour Espérance", pièce écrite en 1931, traduit cette intuition que les heures sombres que vit l'Allemagne depuis la grande crise de 1923 vont accoucher d'une terrible catastrophe. Le destin de la jeune Élisabeth en est la parfaite illustration.

Tout commence quand elle veut vendre vivante son futur corps mort. Tout s'achève fatalement par son suicide. Entre temps, c'est un long chemin christique qu'elle va vivre, s'enfonçant de plus en plus dans la misère et la déchéance. Chaque main tendue se referme sur un malentendu. C'est une danse de mort inexorable.

Alors qu'en d'autres temps, les personnages qu'elle croise pourraient être compatissants, dans l'Allemagne de 1931, où l'écho lointain des chants nazis se rapproche peu à peu, ne règnent que l'indifférence et l'incompréhension. La misère est stigmatisante et ne peut conduire une jeune fille délaissée par sa famille qu'à la prison, à la prostitution et à la mort qui délivre enfin.

Sur un plateau qui a l'avantage d'être large et multidimensionnel, Patrice Bigel peut créer minutieusement cette ambiance expressionniste qui caractérise l'Allemagne pré-nazie. Pour cela, les comédiens interprètent des chansons recréant l'atmosphère des cabarets berlinois. Vêtus majoritairement de tenues manichéennes, blanches ou noires, ils sont parfois contredits par un personnage en tenue très ou trop coloré, comme la femme du juge en robe verte qui aurait pu être croquée par Otto Dix.

Jean-Charles Clair, auteur des décors et responsables des lumières, a travaillé particulièrement les ombres et les pénombres. Au premier plan, il a installé un atrium avec un bassin dans lequel se dérouleront les événements les plus paroxystiques. Ici on nagera vraiment entre l'amour et la mort, le grotesque et le pathétique.

Jamais Ödön von Horvath n'aura paru un auteur opérant son époque au scalpel, car Patrice Bigel construit un expressionnisme sans nostalgie kitsch. Ce passé reconstitué est d'une modernité abrupte et prophétique. Du préparateur de cadavres à l'employé du zoo, du juge au policier, tous ont de bonnes raisons d'accepter l'ordre qui arrive et d'y sacrifier en taisant leurs responsabilités sur la mort d'Elisabeth.

Loin de toute emphase formelle, ne cherchant pas à aller au delà du message politique d'Ödön von Horvat en lui donnant une résonance factice avec les situations du jour, "Foi Amour Espérance" est tout bêtement un beau spectacle. On savourera à la fois la mise en scène de Patrice Bigel et l'implication irréprochable de toute la distribution.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=