Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jaurès ou la nécessité du combat
Théâtre de l'Epée de Bois  (Paris)  décembre

Partition historico-politique écrit par Jérôme Pellissier, mise en scène par Milena Vlach, avec Eric Wolfer, Alexandre Palma-Salas, Milena Vlach, Guillaume Van’t Hoff et François Perrin.

En juillet 1914, le député socialiste Jean Jaurès, fondateur du quotidien l'Humanité, était assassiné quelques jours avant la mobilisation générale qui marquait l'entrée de la France dans la Première guerre mondiale contre laquelle il avait tant milité et que, prophétique, il prédisait comme une guerre d'enlisement et une hécatombe.

Un siècle plus tard, sans doute son nom n'évoque-t-il, dans l'inconscient collectif, rien de plus qu'un lieu topographique, une station de métro ou un collège. Hommage est rendu à cette grande figure politique de la Troisième République avec la partition "Jaurès ou la nécessité du combat" écrite par Jérôme Pellissier qui signe une excellente partition.

Ecrite avec intelligence et discernement, elle s'inscrit dans un genre novateur, donc atypique et singulier, celui du biopic idéologique, en réussissant, d'une part, l'hybridation harmonieuse et cohérente du théâtre documentaire, du théâtre politique et de la médiation pédagogique, et, d'autre part, celle de la réalité historique et de la fiction.

En effet, l'insertion de personnages fictionnels assurent l'enchaînement fluide d'une suite de tableaux chrono-thématiques judicieusement agencés de l'affaire Dreyfus à 1914, illustrant le parcours de Jaurès et l'idéal socialiste avec des extraits de ses textes, éditoriaux et discours relatifs à l'idéal socialiste, l'avènement du prolétariat, la lutte contre le capitalisme, le suffrage universel, la laïcité, la liberté de la presse et l'éthique du journalisme, le colonialisme, le pacifisme, le patriotisme et l'attachement à une culture nationale.

Nombre de sujets à la résonance contemporaine qui reviennent aujourd'hui, tel un boomerang, sur le devant de la scène et après la superbe prose éclairée de l'agrégé de philosophie humaniste, le retour à la réalité du troisième millénaire avec les politiciens technocrates inféodés au capitalisme qui ne connaissent - et manipulent, dans tous les sens du termes - que le langage économique et financier, est aussi brutal qu'édifiant.

Avec une bienvenue objectivité, Jérôme Pellissier dresse également le portrait de l'homme avec ses failles et ses faiblesses, ses revirements et ses contradictions, et en évitant tous les écueils du didactisme pesant, du prosélytisme comme de l'angélisme, et ne versant jamais dans l'hagiographie et écartant tout anecdotisme.

Pour sa mise en oeuvre, la Compagnie L’Aigle de sable, réalise un remarquable travail de troupe.

Simplicité et efficacité de la mise en scène et de la direction d'acteur de Milena Vlach qui, dans une sobre scénographie de Alexandre Palma-Salas, sans micro et vidéo ni même images d'archives, uniquement des piles de journaux et de modestes tables de travail et de café faisant également office de pupitre d'assemblée ou de tribune de meeting, voire de barricades, et la mise en lumières de Mathieu Courtaillier, contrebalance la reconstitution historique par la pluralité d'espaces scéniques s'ordonnant de manière dynamique et quasi-chorégraphique.

Aucune dissonance au jeu mis au service du texte et des idées. Les commentaires narratifs d'un vendeur de journaux à la criée, résurgence du Gavroche hugolien qui n'a pas sa langue dans la poche (Guillaume van't Hoff gouailleur qui assure quelques inserts musicaux du répertoire populaire de l’époque) et l'intervention d'une jeune journaliste engagée et féministe (Milena Vlach), assurent le lien et la mise en situation des personnages historiques.

Eric Wolfer, dont le physique avec "barbe républicaine" ad doc, induit un mimétisme avec la petite silhouette trapue de Jaurès, ce fils de maquignon comme l'assemblée composée de notables obséquieux lui lancera au visage comme une insulte, campe parfaitement le leader socialiste.

A ses côtés, permettant une dynamique confrontation d'idées, Alexandre Palma-Salas interprète le disciple dissident, l'écrivain et poète Charles Péguy, socialiste libertaire reconverti en nationaliste exalté tué au combat en septembre 1914, et François Perrin, le fidèle Amédée Dunois, un des membres fondateurs du précurseur du Parti Communiste, puis, dans les années 1940, rédacteur au "Populaire", revue de propagande socialiste et internationaliste, mort en déportation.

Bien évidemment à voir absolument pour tous ceux qui croient à l'impérieuse nécessité non seulement de la résistance mais également du combat pour l'Humanité. Et, plus encore, pour les autres.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=