Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A peine j'ouvre les yeux
Leyla Bouzid  décembre 2015

Réalisé par Leyla Bouzid. France/Tunisie/Belgique/Emirats Arabes Unis. Drame. 1h42 (Sortie le 23 décembre 2015). Avec Baya Medhaffar, Ghalia Benali, Montassar Ayari, Aymen Omrani et Lassaad Jamoussi.

A peine, j'ouvre les yeux
je vois des gens éteints
coincés dans la sueur,
leurs larmes sont salées,
leur sang est volé
et leurs rêves délavés.

"A peine, j'ouvre les yeux" est une chanson militante que Farah, 18 ans, interprète avec son groupe de rock. Elle dit crûment ce que tout le monde pense tout bas. Avec courage, avec détermination... car la Révolution tunisienne n'est pas encore passée par là. "Dégage, Ben Ali" n'est sorti d'aucune bouche en colère et dans ce Tunis de 2010, Farah, bachelière de "bonne famille" que sa mère voit déjà médecin, va payer cher le prix de son insolence.

Leyla Bouzid synthétise dans son personnage principal tous les maux des pays arabes, même dits relativement progressistes : c'est une jeune fille, dans une dictature qui se méfie de sa jeunesse ; c'est une femme qui se revendique libre dans un monde où l'homme règne en macho ; c'est quelqu'un qui ose parler dans un univers où tous les autres se taisent et ont peur.

Pleine de fraîcheur et de candeur, Farah n'hésite pas à fréquenter les mêmes lieux que son petit ami, lieux où les femmes sont rares et montrer du doigt. Élevée dans un milieu athée, elle vit sur un volcan de non-dits.

Mais si "A peine, j'ouvre les yeux" de Leyla Bouzid s'intéresse à la jeunesse dont la colère fermente sous le joug des Ben Ali, le film n'oublie pas les générations précédentes, ici représentées principalement par Hayet, la mère de Farah. Ce que vit sa fille, elle l'a aussi vraisemblablement vécu. Sauf que l'issue n'a pas été la Révolution qu'on sait proche et qu'elle a dû se soumettre.

Prise entre un mari qui n'a pas voulu servir le régime, tout en étant un cadre dirigeant, et un ancien amant qui est devenu un policier zélé, son histoire est esquissée avec ses zones d'ombres symptomatiques de la Tunisie de la fin du vingtième siècle.

La réussite du film est d'avoir su trouver des incarnations de toutes les contradictions de la Tunisie. Derrière l'histoire du passage d'une jeune fille à l'état de femme, et qui le vit dans sa chair entre caresses et coups, s'inscrit toute l'histoire muette d'un pays dont le réveil ne peut qu'être violent.

Dans tout ce qui se trame dans "A peine, j'ouvre les yeux" de Leyla Bouazid, on ressent confusément que l'histoire à venir de la Tunisie va désormais connaître de nombreux soubresauts, une infinie violence et que la génération de Farah va sans doute elle aussi être une autre génération sacrifiée.

Ce film a la vertu du témoignage tout en construisant une fiction tendue qui se suit à travers les yeux de Farah. Peut-être que le personnage du policier qu'a aimé Hayet est un peu chargé, mais dans l'ensemble Leyla Bouazid s'appuie sur de beaux personnages. On retiendra la belle énergie juvénile de Baya Medhaffar et la grande présence dans le rôle d'Hayet de Ghalia Benali, elle-même chanteuse et figure marquante de la Tunisie artistique.

À la différence de "Mustang", lui aussi "films tiers" également réalisé par une ancienne de la Fémis et écrit avec une scénariste française issue du même moule, "A peine, j'ouvre les yeux" de Leyla Bouazid n'est pas une construction factice, exprimant un point de vue délibérément pro-occidental. On y lit un réel amour pour son pays d'origine et une vraie honnêteté avec son sujet. Un film à voir.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 juin 2022 : un festival de festivals

C'est parti pour la saison des festivals, de musique, de théâtre, de cinéma, de littérature.. tout est bon pour découvrir plein de belles choses pendant l'été ! Profitez-en.

Du côté de la musique :

"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew
et toujours :
"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Romance" au Théâtre Les Déchargeurs
"Mon amant de Saint-Jean" au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
"Les Tontons farceurs" au Théâtre L'Alhambra
"La Ménagerie de verre" au Théâtre Essaion
"Je m'appelle Momo" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

dernière ligne droite pour "Pionnières, artistes d’un nouveau genre dans le Paris des Années Folles" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"J'arrive" de Bertrand Basset
"Parenthèse" de Denis Larzillière
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Nuit magique" de Xaver Böhm
"Ma fille" de Laura Bispuri
"Fiertés" une sélection de films arc-en-ciel
et (re)voir des films de Rainer Werner Fassbinder
"Lili Marleen"
"Tous les autres s'appellent Ali"
et en sortie DVD-VOD: "Todos os Mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Lecture avec :

"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=