Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce John Cale
Music for a New Society / M:FANS  (Domino Recording)  janvier 2016

Quelques grandes lignes de l’impressionnant curriculum vitae de John Cale à l’attention de celles et ceux qui n’ont jamais entendu parler de notre gallois :

John naît au Pays de Galles en 1942. Montrant très tôt des prédispositions pour la musique, il suit une formation classique à Londres où il apprend un certain nombre d’instruments (piano, alto, guitare, basse).

A l’âge de 21 ans, ayant obtenu la bourse Leonard Bernstein, il intègre aux Etats-Unis le Conservatoire Eastman pour y apprendre la composition contemporaine. Déménagement à New-York, il y fréquente la crème de la musique contemporaine et expérimentale américaine : John Cage, La Monte Young, Aaron Copland. C’est en 1965 qu’il rencontre Lou Reed avec qui il fonde The Primitives qui deviendra le Velvet Underground

John Cale apportera au Velvet les éléments issus de la musique contemporaine, son travail sur le son et les dissonances de son alto. Leurs égos respectifs se révélant particulièrement encombrants, John Cale se fera virer du Velvet en 68 par un Lou Reed se voulant seul maître à bord pour diriger le groupe vers un succès grand public rêvé (qu’il n’atteindra qu’un peu plus tard en solo).

La décennie 70 verra John Cale producteur de nombreux groupes précurseurs du punk : The Stooges, Sham 69, The Modern Lovers ou encore Siouxie & the Banshees. Ses propres albums, inégaux, seront marqués par les excès de leur auteur qui expérimente les drogues dures et les prestations scéniques violentes. De cette période, on retiendra plus particulièrement les albums Paris 1919 faussement calme et apaisé, Helen of Troy sous camisole et le bien nommé Fear.

Peter Hook (Joy Division / New Order) n’a par ailleurs jamais caché son admiration pour le gallois : "Le hard-rock ce n’est pas cette merde, tous ces groupes qui essaient de faire peur à leurs grand-mères… C’est John Cale...".

C’est au début des 80’s, rincé par une décennie d’abus en tous genres, que John Cale sort Music for a New Society. "Hanté" est le terme que m’a toujours évoqué cet album dont les onze morceaux originaux, de structure relativement classique et mélodieuse (les merveilleux "I keep a Close Watch" ou "Chinese Envoy"), sont parcourus, dans, et entre, les titres, de présences aux voix fantomatiques, de bruits stressants, de vides et silences angoissants, le tout servi par une production glaciale. La voix de John Cale y reflète son épuisement, ses angoisses et colères ("Damn Life").

Aujourd’hui, le coffret qui sort s’intitule M:FANS. Il regroupe la version remasterisée de l’album originel, agrémentée de quelques inédits. Mais surtout une version totalement retravaillée de l’œuvre initiale (les deux sont disponibles séparément) :

"Toute forme d'art est un cheminement personnel selon moi. Lors de l'enregistrement de M:FANS je me suis mis à détester chaque personnage qu'évoquaient les enregistrements originaux de Music For A New Society" explique John Cale. "Déterrer ces bandes a rouvert des blessures. Il était temps de balayer le désespoir de 1981 et de respirer une énergie nouvelle, de réécrire l'histoire. C'est alors que l'impensable est arrivé. Ce qui témoignait à l'époque de relations perdues et tourmentées en 1981 se répétait de nouveau. La perte de Lou (trop douloureuse à admettre) m'a forcé à reconsidérer l'ensemble du processus d'enregistrement et de recommencer depuis le début... Une perspective différente - un nouveau sentiment d'urgence à raconter une histoire d'un point de vue complètement opposé. Ce qui était alors de la peine, était désormais une forme de colère. Un terrain fertile pour exorciser les épreuves passées et réaliser qu'elles sont immuables. De la tristesse a jailli une force de feu !"

L’écoute de "Close Watch", titre apparu en 1975 sur "Helen of Troy", premier extrait disponible en ligne, donnera une idée du travail qui a été réalisé pour ces nouvelles versions. L’atmosphère y est plus dense et tendue qu’en 82, les fantômes qui habitaient les morceaux d’origine ont été remplacés par un brouillard de fréquences tout aussi angoissant.

Pas encore certain d’être totalement convaincu par le résultat de cet exercice, qui n’est pas sans rappeler la tentative de Brian Wilson (autre grand "cramé" du rock) de rebâtir, il y a quelques années, Smile son chef-d’œuvre perdu des 60’s, je m’accorde un peu de temps.

Il est trop tôt pour savoir si cette nouvelle version aura le même impact que la précédente, mais on peut encore reconnaître à John Cale, à 73 ans, une capacité intacte à se remettre en cause, se réinventer.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bataclan 72 de Lou Reed, John Cale & Nico
John Cale en concert à l'Elysée Montmartre (10 décembre 2003)
John Cale en concert au Café de la Danse (6 octobre 2005)
John Cale en concert au Festival Les Volcaniques de Mars 2007
John Cale en concert au Splendid (lundi 24 octobre 2011)
John Cale en concert à Fondation Cartier (jeudi 23 octobre 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de John Cale
Le Soundcloud de John Cale
Le Facebook de John Cale


GT         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=