Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bang Gang
Eva Husson  janvier 2016

Réalisé par Eva Husson. France. Drame. 1h38 (Sortie le 13 janvier 2016). Avec Finnegan Oldfield, Marilyn Lima, Daisy Broom, Lorenzo Lefebvre et Fred Hotier.

Si le cinéma français sait traiter de la jeunesse ou de l'adolescence à travers les émois de quelques personnages, il est, en revanche, souvent incapable de restituer la vie scolaire, que ce soit au collège ou à l'université.

On avait, il y a deux ans, dit tout le bien qu'il fallait penser de "La Crème de la Crème" de Ken Chapiron qui contait de manière crédible et acérée les aventures de trois jeunes gens plongés dans l'âpre compétition des écoles de commerce. On avait souligné notamment qu'aucun des nombreux jeunes comédiens incarnant des étudiants n'était mauvais et qu'aucun personnage n'était une caricature.

"Bang Gang" d'Eva Husson pourrait à son tour recevoir les compliments faits à "La Crème de la Crème". Cette fois-ci, il ne s'agit pas d'étudiants mais de lycéens et le thème sous-jacent n'est pas la prostitution dans les grandes écoles mais les soirées très sexe organisées par ces jeunes gens de bonne famille originaire d'une ville tranquille de la côte atlantique.

"Soirées très sexe", c'est un euphémisme pour définir ces soirées où sous fond de drogue et d'alcool, les corps vont s'enchevêtrer dans une furie qui rappelle un peu celle qui saisissait les héroïne de "Spring Breakers" d'Harmony Korine. Dans son titre, Eva Husson a interverti les mots "Bang" et "Gang", mais fait référence à l'anglicisme "gang bang" qui permet de ne pas employer le terme francophone de "partouze"...

Et si l'on est un peu chochotte ou prude, il est conseillé de ne pas franchir le seuil de la belle maison isolée du jeune Alex, celle où tout va se passer et souvent se repasser. Car Eva Husson ne sera pas avare de figures horizontales ou verticales rassemblant de jeunes corps appétissants.

Mais, attention, que les pervers ne se pourlèchent pas trop vite les babines : "Bang Gang" d'Eva Husson n'est ni un soft porno ni un film érotique qui cherche à ne pas cacher ce que tout le monde veut voir. Elle réussit à filmer "normalement" les scènes "osées" et, comme on l'annonçait d'entrée, tous les jeunes gens y sont aussi naturels que dans les scènes de classe.

Outre ces moments qui feront parler du film, "Bang Gang" vaut d'abord pour sa description sociologique de cette France préservée des maux qui touche l'autre, celle des régions dégradées par le chômage, qui servait de cadre à "Chante ton bac d'abord" de David André.

Dans la ville non citée où se déroule "Bang Gang", on assiste au rêve sarkozyste ou hollandais, celui d'une union entre la bourgeoisie et les classes moyennes salariées. Si ces soirées sont possibles, c'est que les rejetons de la grande bourgeoisie sont laissés à eux -mêmes, pendant que les autres appartenant à des familles dé-ou-recomposés ont une vraie liberté de mouvement, surtout que, par ailleurs, ils peuvent être de bons élèves...

Dans "Gang Bang" d'Eva Husson, l'union des uns et des autres est évidemment bien métaphorique. La cinéaste décrit astucieusement combien tout cela repose sur un volcan prêt à se réveiller et son film est un joli suspense qui aboutira, ruse suprême, à un happy end subtilement moraliste.

Il est fort possible que de nombreux spectateurs refusent le sujet d'un film qui, mine de rien, comme celui de Kim Chapiron, dresse un constat pas très réjouissant de l'état psychologique d'une certaine jeunesse française.

Il faudra cependant se souvenir des jeunes acteurs qui illuminent le film d'Eva Husson, et notamment Finnegan Oldfield et Lorenzo Lefebvre, qui fournissent deux versions antithétiques du lycéen type.

Quant à Marilyne Lima, qui joue George la petite blonde faussement sulfureuse, on dirait une Lou de Laâge qui coucherait au lieu d'user de son beau sourire. A coup sûr, elle est déjà la révélation de l'année 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=