Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La loi des prodiges
La Loge  (Paris)  janvier 2016

Monologue dramatique écrit et interprété par François de Brauer.

"La réforme Goutard" avait été l’un des spectacles révélations du Festival Off d’Avignon 2014 où déjà il se distinguait parmi les découvertes de cette édition comme une pure pépite.

Un an et demi plus tard, sous un autre titre, "La loi des prodiges", le seul en scène écrit et interprété par François de Brauer n’est pas loin d’être devenu un chef d’œuvre.

L’histoire raconte le destin exceptionnel de Rémy Goutard qui, d’abord petit étudiant en histoire, deviendra ministre (dans une société totalitaire imaginaire) et lancera la fameuse "réforme Goutard" consistant à annihiler toute sorte de création dans l’art ou la culture. "La loi des prodiges" démarre par la naissance du petit Rémy, naissance à laquelle n’assistera pas son père Paul, scénariste tentant de vendre son dernier texte…

Dans une ambiance un peu surannée qui rappelle les films des années 50 (et auxquelles une scène convoquant Arletty rend particulièrement hommage), le récit avec un sens de la construction, des dialogues et des situations (on rit énormément) alterne les époques, enchaîne les séquences en d’incroyables transitions, pour finalement ne jamais perdre le spectateur en route un seul moment. Le comédien fabuleux se double d’un scénariste brillantissime.

Le travail splendide des lumières de François Menou met en valeur tout le contraste de cette vaste fresque où les ambiances se fondent, et le regard de bon conseil de Louis Arène et Joséphine Serre qui ont collaboré à la mise en scène a permis encore à l’ensemble de se bonifier. François de Brauer offre près de deux heures d’un immense bonheur théâtral entre absurde et poésie, où l’on ne cesse de s’émerveiller.

Formé à l’école de l’improvisation théâtrale puis du Conservatoire National Supérieur d'art dramatique, celui qu’on a pu voir déjà dans des rôles aussi forts que variés de Shakespeare à Heiner Muller, montre ici tout ce dont il est capable et sa performance séduit autant que le comédien impressionne par son énergie, sa polymorphie et sa vivacité avec un art maîtrisé à la perfection pour passer d’un personnage à l’autre, sans brusquerie avec une grâce et une aisance stupéfiantes, exploitant chez chacun des personnages qu’il convoque, la moindre faille pour l’incarner. Bien sûr, on ne peut s’empêcher de penser aux premiers spectacles de Philippe Caubère, mais il ne ressemble qu’à lui-même.

Les séquences qu’il entremêle avec un timing parfait forment un patchwork d’une fluidité exceptionnelle avec un sens de la dramaturgie remarquable et des répliques destinées à devenir cultes. Tous les personnages, sans exception, sont dessinés à la perfection avec une précision des détails, des ambiances et des décors que c’en est éblouissant.

Oui, François de Brauer est un comédien prodigieux destiné sans aucun doute à être un des plus grands de sa génération. Et "La loi des prodiges", au final grandiose, certainement un des plus beaux seul-en-scène sur la condition d’artiste.

Un spectacle qui laisse admiratif d’un aussi grand talent, qui risque d’avoir une belle et longue route et qu’il serait évidemment impensable de rater.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=