Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Déjeuner chez Wittgenstein
Théâtre L'Atalante  (Paris)  janvier 2016

Comédie dramatique de Thomas Bernhard, mise en scène de Agathe Alexis, avec Agathe Alexis, Emmanuelle Brunschwig, Yveline Hamon et Hervé Van der Meulen.

Orchestré par Agathe Alexis, ce "Déjeuner chez Wittgenstein" séduit, porte, emporte et transporte tant sa proposition, soutenue par un discernement aigu, résulte d'un abouti décryptage de la partition polysémique du dramaturge autrichien Thomas Bernhard.

Inscrite dans le théâtre de l'intime et le registre du théâtre de la dérision, celle-ci, incluant nombre des récurrents thèmes bernhardiens tels la haine de la famille, la folie, les travers bourgeois, repose sur les topiques certes classiques de la famille et du repas mais déclinés de manière ambivalente sous l'aune de la satire féroce.

Le grand mérite de la mise en scène de Agathe Alexis, au demeurant comme toujours rigoureuse et limpide, tient, outre le fait qu'elle dégage tout le le potentiel comique de cette "comédie philosophique", à ce qu'elle décrypte les différentes strates de cette pièce complexe sous son apparence de tragi-comédie bourgeoise et propose une grille de lecture exhaustive laissée à l'appréciation, la sensibilité et la sagacité du spectateur.

En effet, se combinent de manière métamorphique, une satire de la bourgeoisie déliquescente et véhicule d'un monde de décomposition, un psychodrame, sur le mode du rituel régressif des chamailleries de fratrie, et une tragédie, celle de l'homme et de sa quête métaphysique, celle du sens de la vie, qui, en l'espèce, se déroule dans "un caveau exquis où l’on sert des profiteroles", dont les protagonistes sont faits de cette pâte humaine pétrie de tensions et de contradictions.

Par ailleurs, Agathe Alexis n'oublie pas que l'opus a été écrit pour les trois comédiens de prédilection de l'auteur dont les prénoms constituent son titre original, "Ritter, Dene, Voss", et scrute également la voie du méta-théâtre et du simulacre de la représentation théâtrale.

Dans la demeure-mausolée familiale, deux soeurs attendent l'arrivée, ou le retour, du frère interné volontaire dans un asile. Descendants sans talent et ultimes rejetons de la bourgeoisie industrielle aspirant à l'ultime promotion sociale avec les emblèmes aristocratiques que sont le lignage, avec les fameux portraits de famille, et l'appartenance à une élite intellectuelle et artistique, ces quinquagénaires handicapés sociaux et névrosés vivent reclus dans un passé ressassé au regard d'un présent et d'un monde qui ne leur inspire que dégoût, ecoeurement et répugnance.

Entre médiocrité et vacuité, ces enfants gâtés et otages de leur enfance, une enfance trouble et passionnelle, les soeurs, femmes inaccomplies et déchirées par leur rivalité d'actrice et de soeur préférée et le frère maniaco-dépressif, égotiste, destructeur et autodestructeur et manipulateur, se livrent à un délire à l'improbable catharsis.

Dans une scénographie sobre au mobilier art déco/baroque de Robin Chemin et une direction d'acteur au cordeau, trois comédiens excellent à camper les protagonistes équivoques de cette splendide machine à jouer tout aussi dramatique - un judicieux parallèle judicieux avait été suggéré entre les personnages et les figures de la fameuse gravure "Le Chevalier, le Diable et la Mort" de Dürer lors de la mise en scène de Jacques Rosner au Théâtre de la Colline au début des années 1990 - que jubilatoire.

En vases communicants rythmant ce jeu infernal, entre jeu de massacre et illusion théâtrale, Yveline Hamon, superbe, campe l'aînée obsédée par le cérémonial domestique qui masque ses failles sous l'allure d'une reine-mère aussi infantilisante que rigoriste, face à Agathe Alexis, magnifique entre provocation et désenchantement.

Au centre, arbitre et maître du jeu, Hervé Van der Meulen livre une prestation ébouriffante en bouffon infantile alternant plaintes, vitupérations et cocasseries entre deux bris d'assiettes qui ne sauraient entamer la richesse de la vaisselle familiale. Et demain sera un autre et même jour.

 

 

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=