Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Médiation
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  janvier 2016

Comédie de Chloé Lambert, mise en scène de Julien Boisselier, avec Julien Boisselier, Raphaëline Goupilleau, Chloé Lambert et Ophelia Kolb.

Il y a deux ans, un film américain,"In the family" de Patrick Wang, hélas pas assez vu, prouvait, en assumant sa théâtralité, que le thème de la "médiation familiale" pour déterminer qui devait avoir la garde d'un enfant, pourrait fournir l'argument d'une pièce.

Ce que Patrick Wang réussissait outre-Atlantique dans une optique dramatique, Chloé Lambert le démontre avec "Médiation" sous l'angle de la comédie.

Aux larmes qui accompagnaient le film, elle a substitué le rire, sans toutefois se priver d'emprunter, au fur et à mesure que se déroule la médiation, les voies de l'émotion, une émotion contenue et qui se refuse aux facilités mélodramatiques.

La grande force de "Médiation" réside à la fois dans la simplicité de son point de départ, un couple se sépare et tente de s'entendre sur le partage de la garde d'Archimède, leur fils unique de trois ans, et dans la compréhension que cet argument linéaire, qui aurait suffi à nourrir une comédie moyenne, devait se combiner avec une autre intrigue pour prendre toute sa mesure.

Les deux combattants de l'amour perdu ne devaient pas simplement s'affronter sous le regard d'un médiateur arbitre. C'est pour cela, qu'elle a eu l'idée qu'il y ait autant de juges que de parties et que les deux médiatrices faisant face aux plaignants devaient avoir une histoire commune, qui, peu à peu, pouvait prendre corps et gagner en importance face au couple Chloé Lambert-Julien Boisselier.

Dès lors, l'enjeu des trois séances de conciliation auxquelles on va assister n'est pas de simplement connaître le résultat factuel de la médiation - même si cela s'opère au prix d'un suspense assez jouissif - mais c'est avant tout un très large questionnement sur ce que vivre ensemble veut dire.

Grâce à une écriture d'une grande qualité, un réel sens de la réplique qui fait mouche, Chloé Lambert gagne son pari. Héritière de la comédie cinématographique italienne d'antan, elle mêle les situations drôles et les moments de réelle tension. Dans ce contexte, elle permet à ses partenaires d'avoir tous de quoi jouer.

Julien Boisselier, par ailleurs maître d'oeuvre d'une mise en scène sans temps morts, est un mari élégant et farfelu, égoïste et de mauvais foi, qui n'a qu'un véritable tort : il ne sait pas aimer simplement ou simplement aimer. Plein de charme, Boisselier est de la race en voie de disparition des acteurs sympathiques qui savent se rendre odieux.

Chloé Lambert ne s'est pas ménagée en jouant les femmes bafouées et les mères excessives. Elle a su construire un personnage dont on doute parfois de la sincérité et qui évolue dans les nuances là où d'autres sombreraient dans la caricature.

Les deux médiatrices forment un couple aussi fort que l'autre. Ophelia Korb a su transformer un personnage qui n'aurait pu être qu'anecdotique en véritable moteur de la pièce. Quant à Raphaëline Goupilleau, elle acquiert, dans son rôle de juge pas si arbitre que ça, l'épaisseur des grandes comédiennes matures capables de tout et se hisse au niveau d'une Popesco ou d'une Maillan.

Avec ce texte qui a l'intelligence de l'évidence, ces comédiens qui sont poussés à leur meilleur, on a tout de suite une sensation de plénitude et la certitude qu'on va passer un agréable moment. Chloé Lambert tient là les rênes d'un spectacle qui devrait attirer les spectateurs avant de collectionner les Molière.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=