Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Libres sont les papillons
Théâtre Rive-Gauche  (Paris)  janvier 2016

Comédie de Leonard Gershe, mise en scène de Jean-Luc Moreau, avec Nathalie Roussel, Anouchka Delon, Julien Dereims et Guillaume Beyeler.

Quentin, vingt ans, s'est donné un but : se passer de sa mère pendant au moins un mois. Dans son studio bohème de Barbès, il se croit loin de Neuilly et enfin libre comme un papillon...

Surtout quand il découvre qu'il a une charmante voisine, Julia, toute aussi envahissante que sa maman, mais qui se fait une autre idée des relations qu'elle peut avoir avec lui. Ah... une petite information qu'il faut révéler même si, comme Julia, on ne le découvre pas tout de suite quand on est spectateur : Quentin est privé de la vue. Pour un aveugle de naissance, être libre comme un papillon, c'est déjà un sacré défi, mais que dire quand il se combine avec un choix cornélien entre deux femmes volcaniques ?

Scénariste de "Drôle de frimousse", parolier de comédies musicales, Leonard Gershe obtient avec "Libres sont les papillons" son plus grand succès comme dramaturge. La pièce sera portée à l'écran en 1972 et vaudra même Eileen Eckhart qui joue le rôle de la mère de Quentin, un oscar.

Avec un argument qui n'a pas vieilli, pas plus que son traitement, la pièce a constamment été reprise ou adaptée, comme en 2008, par Hélène Zidi-Cheruy, dans une version avec Tahar Rahim, qui marqua les esprits dans le rôle du jeune aveugle et fut déterminant pour Jacques Audiard pour lui donner le rôle du "Prophète"

C'est donc au tour d'Eric-Emmanuel Schmitt d'en proposer une adaptation. Il a, selon son habitude, cherché à être avant tout efficace. La pièce, très anglo-saxonne, très portée sur les rapports psychanalytiques, devient très française. Barbès s'oppose à Neuilly et la chambre de bonne de Quentin effraie sa mère grande-bourgeoise.

Comme à l'accoutumée, certains reprocheront à Éric-Emmanuel Schmitt d'avoir schématisé à l'extrême un canevas plus enchevêtré. D'autres, au contraire, le féliciteront d'avoir élagué le synopsis de la pièce et de n'en avoir retenu que de beaux affrontement d'acteurs.

Faisant fi de la complexité des caractères, il laisse avant tout s'exprimer les cœurs et donne l'occasion à de vrais affrontements entre les trois acteurs principaux. En aveugle lancé dans le grand bain des voyants,

Julien Dereims est émouvant et tient son rôle de bout en bout, ne s'accordant aucune facilité quand les spectateurs ont compris qu'il est censé ne pas voir. Anouchka Delon est très à l'aise dans son personnage de jeune femme libre et inconséquente qui découvre ici que papillonner n'est pas forcément synonyme de liberté.

Quant à Nathalie Roussel, elle sait s'extraire du manichéisme que son rôle de mère possessive et égoïste pouvait impliquer et lui donner une belle duplicité ambigüe, qui pourrait bien lui valoir les honneurs des Molière.

Guillaume Beyeler complète la distribution et a bien du mérite à faire exister ce metteur en scène branché qu'Éric-Emmanuel Schmitt n'aime visiblement pas.

Cela ne gênera pas la plupart des spectateurs qui devraient apprécier cette proposition originale, jamais mièvre ni compassionnelle, et qui, servie par la mise en scène allègre de Jean-Luc Moreau, leur fera passer une bonne soirée théâtrale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 janvier 2022 : Cultivons notre culture

C'est important de rester ouvert et curieux. Voici notre nouvelle sélection culturelle pour vous apporter quelques belles choses à découvrir encore cette semaine ! C'est parti.

Du côté de la musique :

"Bach, Brouwer : Canciones" de Andreas Scholl & Edin Karamazov
"Lighting concept" de Archi Deep
"Issue" de Bipolar Club
"Things take time, take time" de Courtney Barnett
"A l'americaine" de Imparfait
"La sélection de Carim Clasmann de PSAPP volet 2" par Listen In Bed
"Poussière d'or" de Manu
"Landscapes unchanged" de Mewn
"Onze heures onze orchestra volume 4" de Onze Heures Onze Orchestra
"Concerto n2 for violoncello and symphony orchestra, hommage à Oskar Dawicki" de Pawel Mykietyn
et toujours :
"La mémoire du feu" de Ez3kiel
"And the city woke up alone" de Sol Hess & The Boom Boom Doom Revue
"Deux" de Aldorande
"Ysaye : Six sonates pour violon op.27" de David Grimal
"Too fare gone" de Dead Chic
"Live from Salzburg" de Elina Garanca & Christian Thielmann
"L'âme des poetes" de Guillaume de Chassy
"How I long" 8eme mix de cette 3eme saison de Listen In Bed
"Musica imperialis" de Martin Haselböck & Orchester Wiener Akademie
"Factory" de No Money Kids
"II" de Octantrion
"Hope" de Six Ring Circus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Pierre" au Théâtre de Belleville
"Pôles" au Studio Hébertot
"Pas de deux" au Théâtre La Croisée des Chemins/Belleville
"La Promesse de l'aube" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Image" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Bons Becs - Big Bang"à L'Alhambra
les reprises :
"Le Roi des pâquerettes" au Théâtre Le Lucernaire
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Fantaisies pour un palais" au Chäteau de Rambouillet
"Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité" au Musée des Arts Décoratifs
dernière ligne droite pour :
"Iya Répine - Peindre l'âme russe" au Petit Palais
"Botticelli - Artiste et designer" au Musée Jacquemart-André
"Jean-Jacques Henner - La Chair et l'Idéal" au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"The Chef" de Philip Barantini
en streaming gratuit avec :
"TwentyNine Palms" de Raoul Ruiz
"Trois vies et une seule mort" d'Arnaud Desplechin
"La sentinelle" de Arnaud Desplechin
le cinéma de Nuri Bilge Ceylan en 5 films

Lecture avec :

"Début de siècles" de Arnaud Cathrine
"En hiver" de Karl Ove Knausgaard
"Il y aurait la petite histoire" de Elsa Jonquet-Kornberg
"Légère" de Marie Claes
"Respire" de Niko Tackian
"Sucre amer" de Avni Doshi
et toujours :
"Kharkov 1942" de Jean Lopez
"La révolution n'est pas terminée" de Jean Clément Martin
"Laicité, un principe" de Eric Anceau
"Les enchanteurs" de Geneviève Brisac
"Portrait du baron d'Handrax" de Bernard Quiriny

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=