Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Libres sont les papillons
Théâtre Rive-Gauche  (Paris)  janvier 2016

Comédie de Leonard Gershe, mise en scène de Jean-Luc Moreau, avec Nathalie Roussel, Anouchka Delon, Julien Dereims et Guillaume Beyeler.

Quentin, vingt ans, s'est donné un but : se passer de sa mère pendant au moins un mois. Dans son studio bohème de Barbès, il se croit loin de Neuilly et enfin libre comme un papillon...

Surtout quand il découvre qu'il a une charmante voisine, Julia, toute aussi envahissante que sa maman, mais qui se fait une autre idée des relations qu'elle peut avoir avec lui. Ah... une petite information qu'il faut révéler même si, comme Julia, on ne le découvre pas tout de suite quand on est spectateur : Quentin est privé de la vue. Pour un aveugle de naissance, être libre comme un papillon, c'est déjà un sacré défi, mais que dire quand il se combine avec un choix cornélien entre deux femmes volcaniques ?

Scénariste de "Drôle de frimousse", parolier de comédies musicales, Leonard Gershe obtient avec "Libres sont les papillons" son plus grand succès comme dramaturge. La pièce sera portée à l'écran en 1972 et vaudra même Eileen Eckhart qui joue le rôle de la mère de Quentin, un oscar.

Avec un argument qui n'a pas vieilli, pas plus que son traitement, la pièce a constamment été reprise ou adaptée, comme en 2008, par Hélène Zidi-Cheruy, dans une version avec Tahar Rahim, qui marqua les esprits dans le rôle du jeune aveugle et fut déterminant pour Jacques Audiard pour lui donner le rôle du "Prophète"

C'est donc au tour d'Eric-Emmanuel Schmitt d'en proposer une adaptation. Il a, selon son habitude, cherché à être avant tout efficace. La pièce, très anglo-saxonne, très portée sur les rapports psychanalytiques, devient très française. Barbès s'oppose à Neuilly et la chambre de bonne de Quentin effraie sa mère grande-bourgeoise.

Comme à l'accoutumée, certains reprocheront à Éric-Emmanuel Schmitt d'avoir schématisé à l'extrême un canevas plus enchevêtré. D'autres, au contraire, le féliciteront d'avoir élagué le synopsis de la pièce et de n'en avoir retenu que de beaux affrontement d'acteurs.

Faisant fi de la complexité des caractères, il laisse avant tout s'exprimer les cœurs et donne l'occasion à de vrais affrontements entre les trois acteurs principaux. En aveugle lancé dans le grand bain des voyants,

Julien Dereims est émouvant et tient son rôle de bout en bout, ne s'accordant aucune facilité quand les spectateurs ont compris qu'il est censé ne pas voir. Anouchka Delon est très à l'aise dans son personnage de jeune femme libre et inconséquente qui découvre ici que papillonner n'est pas forcément synonyme de liberté.

Quant à Nathalie Roussel, elle sait s'extraire du manichéisme que son rôle de mère possessive et égoïste pouvait impliquer et lui donner une belle duplicité ambigüe, qui pourrait bien lui valoir les honneurs des Molière.

Guillaume Beyeler complète la distribution et a bien du mérite à faire exister ce metteur en scène branché qu'Éric-Emmanuel Schmitt n'aime visiblement pas.

Cela ne gênera pas la plupart des spectateurs qui devraient apprécier cette proposition originale, jamais mièvre ni compassionnelle, et qui, servie par la mise en scène allègre de Jean-Luc Moreau, leur fera passer une bonne soirée théâtrale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 janvier 2021 : Cette semaine c'est CONCERT !

C'est reparti pour une semaine rythmée par le couvre feu, en attendant pire ? peut être. Mais d'ici là voici quelques découvertes culturelles qui espérons-le vous plairont. Par ailleurs, samedi on reprend les concerts en ligne, venez nombreux soutenir les artistes ! Et bien entendu on commence par le replay de la MAG #19.

Du côté de la musique :

"Timbaland" le mix #10 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Avenue des Falquières" de 17f
"Go" de Célia Forestier & Komorebi
"Accents" de Ensemble K & Simone Menezes
"Live recital 'Correspondance'" de Jean-Baptiste Fonlupt
"A place that has no memory of you" de Laurent Dehors & Matthew Bourne
"Là, la lumière particulière" de Léopoldine HH
"C'est une parole" de Louis Arti
"A la ligne" de Michel Cloup, Pascal Bouaziz & Julien Rufié
"Night network" de The Cribs
Interview de Yann Landry autour du nouveau label Tadam Records
et toujours :
"The missing view" de Sol Hess en concert sur la TV de Froggy le 30 janvier
"Théo Charaf" de Théo Charaf
"Welfare jazz" de Viagra Boys
"Adonais" de Bruno Ducol
"Collector" de Chapi Chapo
"Regard 1882" de Duo Neria
"Mozart piano 4 hands" de Duo Pégase
"The fates EP" de Grandma's Ashes
"Folies berbères" de Karimouche
"Wasteland : What ails our people is clear" de Lice
"Another night in" le mix #9 de Listen In Bed

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le Chemin de fortune et Le Legs" de Marivaux
"Le Pays lointain (Un Arrangement)" de Jean-Luc Lagarce
"Féminines" de Pauline Bureau
"La Chose commune" de Emmanuel Beix et David Lescot
"Treize à table" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Le plus beau jour" de David Foenkinos
"Madame Arthur dépoussière Queen"

Expositions :

en virtuel :
"Bruce Nauman" à la Tate Modern
"David Hockney - Ma Normandie" à la Galerie Lelong
"Marc Riboud - Histoires possibles" au Musée Guimet
"Voyages d'hiver - Regards sur les collections" au MuMa Le Havre
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol

Cinéma :

at home :
"Plein Sud" de Sébastien Lifshitz
"La mécanique de l'ombre" de Thomas Kruithof
"Un chat un chat" de Sophie Fillières
"Dieu seul me voit" de Bruno Podalydès
"Au loin s'en vont les nuages" d'Aki Kaurismaki
"The Swann" de Asa Helga Hjörleifsdóttir

Lecture avec :

"Créatures" de Crissy Van Meter
"La traversée" de Pajtim Statovci
"Le rêve de l'assimilation : de la Grèce antique à nos jours" de Raphael Doan
"Les enfants de la clarée" de Raphael Krafft
"Solitudes" de Niko Tackian
"Une gifle" de Marie Simon
et toujours :
"Belladone" de Hervé Bougel
"Le chant du perroquet" de Charline Malaval
"Les grandes occasions" de Alexandra Matine
"Nos corps étrangers" de Carine Joaquim

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=