Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alex Nevsky
Himalaya mon amour  (Audiogram / Zamora / L'Autre Distribution)  septembre 2015

Alors voilà, je plaide coupable, j’aurais dû faire cette chronique il y a un moment puisque cet album est sorti il y a déjà deux ans au Québec et il y a 4 mois en France. Et oui, je vais vous parler d’un artiste québécois. Autant vous dire que vous avez une chance inouïe que cette chronique soit écrite et non orale, vous allez échapper à mon incroyable imitation de l’accent québécois. Et quitte à éviter cet inévitable écueil, je vous ferai même grâce des expressions fleuries qui font le charme du français de la belle province.

Si, comme moi, vous êtes français et n’avez jamais entendu parler d’Alex Nevsky, sachez qu’il a grandi à Granby (je me suis engagé à ne pas singer le québécois, j’ai quand même le droit de m’amuser un peu), ville qui accueille l’Ecole Nationale de la Chanson, école sur les bancs de laquelle notre héros a donc usé ses fonds de culottes (et dont il est sorti par la grande porte, son diplôme sous le bras). Et si, comme moi, vous n’avez que faire du cursus scolaire d’un artiste, appuyez donc sur la touche "play".

Play >

Chanson pop française teintée de rock. Chronique finie.

Malheureusement, le comité de rédaction de Froggy’s Delight me fait savoir que je ne peux pas me contenter de ça et que, contrairement à une idée véhiculée par certains chroniqueurs, les pages web n’ont pas de limite de taille. Allons donc plus loin.

Himalaya mon amour est probablement une référence cinématographique. On va sûrement y parler d’amour mais assez peu du Japon. D’ailleurs, la pochette (très belle) évoque plus les plaisirs charnels que le petit garçon qui a ravagé une ville entière et mis à genoux un pays. Mais les chansons, elles disent quoi ?

Les mélodies restent dans la tête dès la première écoute. Les mots sont simples, au point que ceux du titre éponyme qui ouvre cet album s’affichent dans ma tête avant d’avoir été prononcé par leur auteur. Mais il ne faut pas s’arrêter à cette première impression, elle ne va pas durer. Alex Nevsky écrit des chansons pop de bonne facture. Il se situe sur une sorte de frontière entre la chanson grand public et un courant plus underground, et essaie de marcher sur ce fil ténu sans tomber. Le québécois sait y faire et arrive à placer quelques tubes efficaces sans pour autant se limiter au vocabulaire d’une poupée de supermarché, exercice délicat. Il joue avec les mots et allie le français à des mélodies puisant leur inspiration aussi bien dans une pop un peu sucrée que dans la musique folk des grands espaces. Ce qui donne deux parties bien différentes et différenciées.

La première est plus pop, entraînante, pleine d’effets de voix, choeurs et "Oh-oh-oh" qui meublent les chansons de ce type. Puis on bascule en quelques titres vers une deuxième partie plus sobre, guitare-voix, piano-voix, belles ballades sensibles qui n’oublient tout de même pas de prendre de l’ampleur. Choix étonnant. Là où un mélange des genres aurait permis de donner du relief au disque, cet enchaînement laisse à l’auditeur une sensation d’essoufflement progressif.

[] Stop

Que penser ? Que dire ? Fifty-fifty, mi-figue mi-raisin. A ne pas vouloir tomber dans le mainstream sans pour autant s’engager sur des chemins plus sinueux, Alex Nevsky nous laisse un peu sur notre faim. Mais il tire tout de même son épingle du jeu grâce à l’efficacité de son écriture aussi bien littéraire que mélodique. Bref, ça fait la job, comme on dit là-bas.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Alex Nevsky en concert au Festival international de la chanson de Granby 2014 (46ème édition) - jeudi 11 septembre
Alex Nevsky en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)

En savoir plus :
Le site officiel de Alex Nevsky
Le Facebook de Alex Nevsky


Alex BBH         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=